WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Regard sur l'agir de la société civile en Afrique

( Télécharger le fichier original )
par Davy Dossou
Faculté de philosophie saint Pierre Canisius affiliée à l'Université pontificale grégorienne - 1ère année de philosophie 2006
  

sommaire suivant

Introduction

Lorsque les Grecs demandèrent à Solon de leur donner une constitution, celui-ci répondit à la forme interrogative : « pour quel peuple et quelle époque ? En effet, une constitution se présenterait comme réponse à une attente. Mais elle répondrait à quelle dynamique sociale dans quelle dynamique historique, à quelle ordonnance du temps pour reprendre les termes d'Anaximandre ?

Cette demande légitime d'une constitution faite par les Grecs pour régir leur société peut être également formulée aujourd'hui en Afrique sous une autre forme par la couche minoritaire laquelle, se considérant longtemps marginalisée, revendiquerait un organe pouvant faire entendre ses préoccupations et ses aspirations. Et pour réponse, on pourrait se demander : quel peut être cet organe ou cette structure, capable de prendre la défense de la cause de la couche muette incapable de faire prévaloir ses droits et d'obtenir le minimum social commun dont elle a besoin ? Dans les pays du Nord comme dans ceux du Sud, l'organe habilité à accomplir une telle mission est celui que nous appelons sous le vocable de société civile. Cette structure qui, bien que tard, a connu son émergence en Afrique et en particulier en Afrique subsaharienne dans des conditions qu'on ne peut dire, mérite d'être examinée avec beaucoup d'attention. Réfléchir sur l'agir de la société civile en Afrique n'est pas seulement l'apanage des politiciens et des organismes qu'ils soient locaux ou régionaux, nationaux ou internationaux , mais aussi implique tous les esprits épris de réflexion, de connaissance, mieux de sagesse au sens philosophique du terme.

Le présent exposé intitulé regard sur l'agir ou les actions de la société civile en Afrique traitera tour à tour du concept de société civile, de son émergence en Afrique et de ses diverses actions accomplies.

I - Qu'est-ce que la société civile ?

La société civile est un concept qui a beaucoup préoccupé les chercheurs depuis les temps anciens. On peut lui donner des explications philosophiques, sociologiques ou pratiques. Référence faite au dictionnaire des synonymes et des antonymes d'Hector Dupius et de Romain Legare, (édition Fides-l'Ecole, 1975), il est aisé de constater qu'au mot civil se rapportent trois synonymes :

· civique opposé à militaire

· langue opposée à religieux

· affable, courtois, civilisé, sociable, en opposition à brutal, discourtois, incivil, malhonnête etc.

En outre, la quête étymologique du mot civil fait découvrir qu'il provient du terme latin civilis, tiré de cives signifiant citoyen, terme juridique en usage dès le 13è siècle. De même, un autre dérivé de cives «civicus » traduit « civique » et en vogue au 18è siècle, éclaire davantage le sens moderne de patriotique, dévoué, loyal.

Quant au terme société, du latin societas, on peut en lire les synonymes ci-après :

· civilisation, culture, Etat, Humanité

· académie, association, confrérie, église

· affaire, compagnie, entreprise, établissement

· relation, fréquentation, entourage, aristocratie etc.

Cette intrusion dans l'univers sémantique des termes permet de préciser le sens de l'expression société civile.

La société civile est loin d'être une corporation militaire, une bande armée ou une horde de mercenaires. Elle ne désigne pas non plus une coterie associative, une confrérie religieuse ou un clan politique de partisans chauvins et bornés.

Il convient de dire que ce n'est qu'après la révolution française et la conception unitaire de l'Etat-nation, imposée par elle, que la notion de société civile a été opposée à l'Etat pour signifier ce qui relève du domaine privé, de la société sans l'Etat. Pourtant, les droits civiques concernent celui qui s'associe au pouvoir de l'Etat et participe à la communauté politique alors que les droits civils définissent les obligations qui régissent les rapports entre individus dans leur vie privée. Le concept de société civile trouve sa formulation systématique en 1821 dans Les principes de la philosophie du droit de Hegel. En introduisant ce concept, Hegel prenait acte du changement le plus significatif de la modernité politique. Ce changement significatif de la modernité politique a trait à la séparation de la vie civile et de la vie politique, de la société et de l'Etat.

En science politique, la société civile se définit comme l'ensemble des rapports interindividuels, des structures familiales, sociales, économiques, culturelles, religieuses qui se déploient dans une société donnée, en dehors du cadre et de l'intervention de l'Etat. La société civile, c'est ce qui reste d'une société quand l'Etat se désengage complètement ou n'est pas du tout engagé. Autrement dit, la société civile est l'ensemble des citoyens d'un Etat qui, pétris de patriotisme, conscients de leur identité propre, s'unissent, s'organisent sur la base de lois définies, et s'emploient à édifier une nation développée, libre et prospère où chacun s'épanouit et se réalise sans barbarie militaire, sans chauvinisme partisan ni dogmatisme religieux. En ce sens, la société civile inclut généralement les individus, les familles, les associations, les organisations bénévoles, bref tout ce qu'on appelle les corps intermédiaires - intermédiaires entre l'Etat et l'individu - dans la mesure où ils n'émanent pas de l'Etat, comme de l'Eglise.

Ainsi définie la société civile, il importe de savoir comment cette société civile a émergé sur le continent surtout en Afrique au Sud du Sahara.

sommaire suivant

Ledger Nano S - The secure hardware wallet