WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Développement durable et gestion des forêts du bassin du Congo: étude comparative des politiques forestières du Cameroun et de la République du Congo

( Télécharger le fichier original )
par Parfait Oumba
Université de Limoges - Master en Droit international et comparé de l'environnement 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

B- Les nouvelles institutions forestières au Congo

Au Congo, les activités de gestion forestière relèvent à la fois de l'administration publique (Etat, propriétaire des terres), du secteur privé ou parapublic (propriétaire des outils de production) et des communautés rurales (qui possèdent des droits d'usage). L'organisation de l'administration forestière est constituée d'une administration centrale, de directions régionales (départements) exerçant dans la pratique des compétences décentralisées, ainsi que d'organisme sous tutelle. Au sein du Ministère de l'économie forestière et de l'environnement, c'est la direction des forêts, faisant partie de la direction générale de l'économie forestière, qui est notamment chargée de proposer la politique de gestion durable des ressources forestières et de veiller à son application. Elle s'appuie en particulier sur les services forestiers départementaux, qui réalisent la plupart des actes de gestion (permis, taxation, contrôle, registres et statistiques).

La structure du Ministère de l'économie forestière et de l'environnement est conçue avec ce qu'il faut d'horizontalité pour permettre une bonne répartition et une spécialisation des tâches tout en évitant les chevauchements, et suffisamment de verticalité pour permettre la coordination et les arbitrages.

Notons toutefois qu'une étude récente (REM, 2005) indiquait que 60% des agents de l'administration forestière étaient concentrés dans les services centraux et qu'une centaine seulement se trouvait au niveau des brigades de contrôle, ce qui correspond à un agent de terrain pour contrôler 100.000 hectares de forêts exploitables. Une dynamique de recrutement d'un millier d'agent sur 5 ans avait été engagée depuis 2005 pour pallier à ce déficit49(*).

* 49 N'ZALA (D.), GAMI (N.), NKEOUA (G.), FORNI (E.), NSOSSO (D.), NKOUNKOU (F.), « La gestion des concessions forestières en République du Congo » in Exploitation et gestion durable des forêts en Afrique centrale, Paris, l'Harmattan, 2006, pp. 161-162.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net