WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Développement durable et gestion des forêts du bassin du Congo: étude comparative des politiques forestières du Cameroun et de la République du Congo

( Télécharger le fichier original )
par Parfait Oumba
Université de Limoges - Master en Droit international et comparé de l'environnement 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

B- Les réseaux sous-régionaux

En ce qui concerne les réseaux sous-régionaux les plus représentatifs de gestion durable des forêts du bassin du Congo, il y a entre autre : Le Programme pour la conservation et l'utilisation rationnelle des écosystèmes forestiers en Afrique centrale (ECOFAC) ; le Programme Régional de l'Afrique Centrale pour l'Environnement (CARPE),50(*) lancé en 1995 avec pour objectif global de réduire la déforestation des forêts tropicales du bassin du Congo ; le Programme de Capitalisation et de transfert des résultats des recherches menées dans les forêts denses et humides d'Afrique (FORAFRI),51(*) lancé en 1996 ; le Centre de Coopération Internationale en Recherche agronomique pour le Développement (CIRAD) ; le Centre International pour la recherche forestière (CIFOR) ; le Projet Régional de Gestion de l'Information Environnementale (PRGIE)52(*), lancé en 1996 et mis en oeuvre par l'association pour le développement environnemental (ADIE), issue d'un protocole d'accord de coopération entre les pays membres en vue d'honorer leur engagement vis-à-vis de la Convention sur la diversité biologique.

Pour ce qui concerne les réseaux régionaux, on peut citer : le Réseau de Politiques Forestières du Bassin du Congo (REPOFBAC)53(*) né en 1999; Le Réseau des Institutions de Formation Forestière et Environnementale d'Afrique Centrale (RIFFEAC)54(*), créé en 2001, au Gabon; le Réseau des Femmes Africaines pour le Développement Durable (REFADD)55(*) créé lors de la 2e conférence sur les écosystèmes de forêts denses et humides d'Afrique Centrale tenue à Bata, en Guinée Equatoriale en juin 1998 ; le Réseau Africain d'Action Forestière (RAAF) 56(*); Le Réseau des Parlementaires d'Afrique Centrale57(*) dont la mise en place a été recommandée par la 3e session de la CEFDHAC organisée en juin 2000 à Bujumbura au Burundi. Les objectifs du réseau sont axés sur le partage des expériences nationales sur les processus de formulation et de mise en oeuvre des lois, la réflexion sur les thèmes transfrontaliers communs et partagés, la prise en compte des communautés locales dans l'élaboration des textes législatifs en matière de forêt et d'environnement et, la sensibilisation des Etats pour qu'ils mettent en oeuvre les Conventions internationales. Ces institutions sont relayées sur le plan national par des institutions dont les rôles sont tout aussi fondamentaux.

* 50 Voir  « Bassin de Congo, bulletins d'information », CARPE, mars 2001.

* 51 Lire à ce sujet le rapport, « Etude sur la mise en place d'un cadre légal de coopération sous régionale pour la gestion des écosystèmes de forets danses et humides d'Afrique Centrale », UICN, Yaoundé, mai 2004, p.44.

* 52 Idem p.43.

* 53 Lire HAKIZUMWAMI (E.) et NDIKUMAGENGE(C.), « Initiative et processus sous- régionaux de conservation et de gestion forestière en Afrique Centrale : cohérence ou incohérence », UICN, Yaoundé, p.6.

* 54 Idem p, 6

* 55 Ibid,p, 7

* 56 Ibid, p, 7

* 57 Ibid, p, 7

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net