WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Installation d'une ferme avicole moderne dans la localité de Niamey au Niger

( Télécharger le fichier original )
par Ibrahim SOFO MAGAGI
CESAG - Master II 2006
  

sommaire suivant

Introduction

Au 21e siècle, les changements climatiques demeurent l'une des menaces les plus graves qui pèsent sur le développement durable de l'humanité. Le climat a connu des variations naturelles occasionnant de ce fait des bouleversements au niveau mondial à savoir l'accroissement des concentrations dans l'atmosphère des rejets de gaz à effets de serre. En effet, ces variations se traduisent par des effets touchant directement les ressources naturelles et l'ensemble des secteurs de la vie, notamment la sécurité alimentaire, la santé humaine et animale et surtout l'activité économique.

En Afrique de l'ouest, ces manifestations se caractérisent par la sécheresse qui aujourd'hui, accélère le déboisement, mettant ainsi en péril les forets tropicaux et les surfaces cultivables. En plus, elles entraînent de nombreuses transformations défavorables au maintien de la biodiversité des espèces. Toutefois, cette forte dépendance par rapport aux ressources naturelles et la précarité des conditions de vie de la population fait de cette zone la région la plus vulnérable en terme d'insécurité alimentaire.

Au Niger, les changements climatiques se sont caractérisés par une faible production agricole en général et des ressources animales en particulier. En effet, en 1974, 1983 et 2005 les productions agricoles ont connu une baisse considérable engendrant du coup des déficits céréaliers dans les zones rurales.

Le Niger est un pays dont l'économie repose essentiellement sur l'exportation de l'uranium et des produits agropastoraux. En 1998, l'élevage occupait 80% de la population et se composait essentiellement des bovins, des ovins, des caprins, de la volaille,....) et représente 24 % du PIB selon les données du ministère des ressources animales. Certes, l'élevage est extensif mais il se caractérise surtout par une faible productivité et est pratiqué par des petits exploitants (échelle de la famille) et des éleveurs nomades avec des moyens rudimentaires. C'est justement pour relancer le secteur de l'élevage que les pouvoirs publics ont mis en oeuvre des projets de développement pour accroître la production nationale.

1

Présentation de l'étude 1. Problématique

Depuis son ascension à l'indépendance en 1960, le Niger a initié de multiples projets d'élevage en vue de renforcer sa politique globale de développement économique.

Pays sahélien de l'Afrique de l'Ouest, le Niger exporte ses produits d'élevage vers les pays africains notamment la Cote d'Ivoire, le Ghana, la Libye et l'Algérie.

L'élevage est surtout extensif et se compose essentiellement des bovins, des ovins, des caprins et de volaille.

Malgré l'importance de ce secteur, le rendement des espèces reste faible du fait des contraintes climatiques et du caractère traditionnel des activités. Ces difficultés se ressentent avec acquitté au niveau de la filière avicole. Ainsi, la production nationale des produits avicoles demeure encore insuffisante. En 2003, elle est estimée à 4420650 oeufs de consommation, 32711 poulets de chair et 1522560 poules et pintades alors que la demande d'oeufs est estimée à 153045811. Cette filière avicole n'est pas développée pour répondre à la demande du marché global malgré les potentialités de la zone. C'est pourquoi, le Niger a initié depuis 1980 l'élevage intensif de la volaille comme un moyen de lutte contre l'insécurité alimentaire et au delà la pauvreté.

En effet, trois (3) périodes caractérisent la politique de développement de l'aviculture au Niger :

- la période de lancement : 1960 à 1980 avec l'élaboration des premières politiques de développement de l'aviculture (mise en place des centres avicoles de l'Etat).

- la période d'expansion : 1980 à 1990 au cours de laquelle fut exécutée le projet « filière avicole moderne » et également marquée par une redynamisation des structures étatiques existantes (usine d'aliment de bétail, centres avicoles) et un soutien aux élevages privés ; - la période de léthargie à partir de 1990 marquée par le désengagement de l'Etat, la fermeture des élevages privés et le développement des circuits parallèles (importations).

Le marché avicole au Niger est ravitaillé essentiellement par deux (2) secteurs :

- le secteur traditionnel : son apport dans la production nationale est estimée à 95%.2 Selon une étude de l'ONUDI (Organisation des Nations Unies pour le Développement

1 MAIZAMA Dambagi Gilbert, SANAKO Fatokoma, BEIDOU Adamou, GANAHI Abdou ; Repères pour un développement de la filière avicole moderne au Niger ; Ministère des Ressources Animales ; Niger ; 2003

2 Dare : 1977

2

Industriel) réalisée en 1989, le secteur traditionnel fournit un tonnage annuel de 8700 de viande de volaille et 17 millions d'oeufs représentant une valeur de 11 milliards de Fcfa3 ; - le secteur moderne ne fournit que 132 tonnes de viande de volaille et 18 millions d'oeufs pour une valeur globale de 1,5 milliards de Fcfa.

L'aviculture traditionnelle est surtout l'apanage des populations rurales qui approvisionnent le marché local en produits avicoles. Ce commerce de volaille représente surtout une source de revenus pour ces populations. En plus, ces produits garantissent une bonne nutrition aux consommateurs.

Selon la FAO, la production de la viande de volaille en 2004 représente un peu plus de 30% de la production mondiale de viande (soit 78 millions de tonnes) et gagne progressivement des parts du marché mondial des viandes, occupant la seconde place derrière le porc (100,4 millions de tonnes en 2004) et devançant largement la viande bovine (58,7 millions de tonnes Malgré l'importance de l'aviculture, plusieurs contraintes se posent au développement de la production traditionnelle des volailles. Il s'agit des contraintes liées à :

- la présence des maladies de Newcastle (peste aviaire), la variole aviaire, la spirochétose et les parasites internes (coccidies) qui sont des pathologies pouvant décimer la totalité

du cheptel aviaire ;

- le faible potentiel génétique de production d'oeufs et de chair ;

- le mauvais environnement des élevages : des poulaillers inappropriés qui favorisent la propagation de maladies infectieuses et parasitaires et les prédateurs (présence des éperviers, serpents) responsables des pertes importantes ;

- l'alimentation insuffisante et souvent mal équilibrée contribue à limiter la performance de l'aviculture traditionnelle.

Face aux risques et aux faiblesses liés au secteur traditionnel, l'Etat nigérien a encouragé la création de fermes avicoles modernes privées en vue :

- d'accroître la production locale de produits avicoles ;

- de réduire autant que possible les coûts de production de ces produits ;

- d'améliorer la qualité des produits livrés à la consommation.

Ainsi, ces fermes sont appelées à jouer un rôle important dans le développement du cheptel aviaire local.

3 Creunet, 1997

3

En revanche, elles rencontrent de nombreux problèmes liés à :

- la mortalité enregistrée dans les élevages due à une pathologie aviaire (la conduite de l'élevage hors des normes, absence de programme de prophylaxie et de calcul économique) ;

- l'absence ou l'insuffisance de l'encadrement des services de l'élevage ;

- l'environnement économique défavorable (difficulté d'approvisionnement en intrants, fluctuation de la production agricole) ;

- la prolifération des circuits de commercialisation informels ;

- l'insuffisance et l'inadaptation des moyens de financements pour l'exploitation des fermes (surface financière faible).

Aujourd'hui, l'apparition des épizooties de grippe aviaire en Asie, Europe puis en Afrique de l'Ouest depuis 2005 a permis d'attirer l'attention des consommateurs de la viande de volaille sur le caractère professionnel de l'aviculture.

Certains consommateurs ont dès lors cessé de consommer cette viande. Du coup, la demande de la volaille a connu une baisse considérable provoquant ainsi le ralentissement des activités des fermes.

Parmi les facteurs explicatifs des problèmes de la filière avicole nigérienne, il convient de citer :

- le manque de compétences technico-commercial des exploitants de ferme ;

- l'inorganisation de la filière avicole (absence de coopérative des aviculteurs) ; - la concurrence des produits avicoles importés ;

- l'insuffisance du fonds de roulement pour le démarrage des activités des fermes avicoles ;

- le manque de suivi des services techniques de l'élevage ;

- la baisse des rendements des productions agricoles influant sur le prix des aliments de la volaille.

Traditionnellement, la conception des projets avicoles est plus orientée vers les aspects techniques au détriment des critères liés à la rentabilité. Ce qui pour toutes ses raisons ne favorise pas souvent la pérennité du projet ou de l'affaire.

Au regard de toutes ces causes, les pistes de réflexions suivantes ont été dégagées : - le renforcement des compétences des propriétaires des fermes avicoles ;

- l'installation d'une nouvelle ferme avicole moderne avec toutes les compétences requises ;

4

Ainsi, le choix est porté sur la conception d'un projet d'installation de ferme avicole moderne. La question fondamentale est alors de savoir :

Quelle est la rentabilité d'un projet de ferme avicole dans un environnement dominé par des exploitants ruraux et des importateurs?

De façon précise, il s'agit de vérifier l'attractivité du marché de volaille pour les promoteurs désireux de créer un projet dans ce secteur et la rentabilité.

2. Objet de l'étude L'objet de l'étude porte sur l'installation d'une ferme avicole moderne susceptible

d'approvisionner régulièrement le marché intérieur du Niger en produits avicoles dans les meilleures conditions de prix et de qualité.

3. Objectifs de l'étude

3.1 Objectif général

De façon générale, l'objectif de l'étude est l'installation d'une ferme avicole moderne dans la

localité de Niamey.

3.2 Objectifs spécifiques

Pour atteindre cet objectif global, les objectifs spécifiques suivants doivent être réalisés :

- étudier le marché avicole du Niger ;

- élaborer un plan technique du projet ;

- proposer un schéma organisationnel et institutionnel ;

- évaluer la rentabilité financière et économique du projet.

4. Intérêts de l'étude :

La réalisation de cette étude de faisabilité d'installation de ferme avicole présente un intérêt pour :

- l'Etat du Niger

Cette idée de projet vient une fois de plus asseoir le concept de « moins d'Etat » en impliquant le secteur privé dans l'augmentation de la production locale avicole.

5

- le CESAG

L'étude vient renforcer la mission de culture d'excellence en matière de formation professionnelle du CESAG. Elle assure également la diversification de sa banque de données et ouvre de nouveaux champs de recherches en conception de projet.

- le stagiaire

Ce mémoire contribuera à approfondir les enseignements suivis et surtout à une maîtrise de la démarche et des outils de conception des projets.

- le lecteur

L'exploitation de ce mémoire permettra d'enrichir le capital de connaissance du lecteur à travers la démarche de conception et les outils d'analyse de projet.

- le consommateur

Ce projet d'installation de ferme contribuera à fournir des produits de qualité et à moindres coûts pour les consommateurs.

5. Délimitation du champ de l'étude La présente étude prendra essentiellement en compte l'étude de faisabilité du projet et

concernera uniquement la zone de Niamey pour des raisons d'ordre financier et temporel.

6. Démarche de l'étude La démarche adoptée dans la réalisation de cette recherche repose sur les points suivants :

- une revue de la littérature afin de définir les concepts et de cerner la démarche d'une étude de faisabilité de projet ;

- une conception d'un modèle pratique d'élaboration de projet ;

- une élaboration d'un guide de collecte d'informations ;

- une collecte des données par administration de guide d'entretien aux exploitants de ferme avicole ;

- une interprétation des résultats de l'enquête suivant le modèle prédéfinis ; - une formulation de propositions d'une étude détaillée de projet.

6

7. Plan de l'étude

En plus de l'introduction et de la conclusion, la présente étude s'articule autour de quatre (4)

points regroupés en deux (2) parties.

La première (1 ere) partie fait l'exposé du cadre théorique au chapitre 1, du contexte et de la méthodologie au chapitre 2 de l'étude.

Enfin, la deuxième partie traitera des résultats de l'étude en tenant compte dans le chapitre 1 de l'analyse préalable du projet et dans le chapitre 2 de l'évaluation du projet du point de vue financier et économique.

7

PARTIE I

sommaire suivant