WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La psychologie, un genre médiatique devenu rentable

( Télécharger le fichier original )
par Ariane Gaffuri
Celsa-Université de Paris IV-Sorbonne - Master 2 Pro en Information et Communication spécialisé en Journalisme 2008
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2.2 « Lorsque l'enfant paraît », Françoise Dolto

« C'est en femme qui, bien que psychanalyste, est en âge d'être grand-mère et plus que je parle. » 44(*)

Françoise Dolto, « Lorsque l'enfant paraît », 1990.

Françoise Dolto a été, en France, la première psychanalyste à s'exprimer sur l'enfance à la radio45(*). Son approche se démarque diamétralement de celle de Menie Grégoire.

C'est sur France Inter en 1976 qu'elle se fait connaître du grand public. Pourtant elle était déjà apparue sous le pseudonyme « Docteur X » sur Europe n° 1 en 1967. Le Conseil de l'Ordre des médecins lui ayant interdit de donner son patronyme, elle répond anonymement aux questions que lui posent de jeunes auditeurs et leurs parents au téléphone.46(*)

Sept ans plus tard, cette dernière modifie son concept initial. Avec « Lorsque l'enfant paraît » sur France Inter, de 1976 à 1979, elle évite de se présenter en qualité d'experte, mais comme une personne de bon sens. « J'essaie seulement d'éclairer la question du demandeur. Il ne faudrait pas que les auditeurs [...] s'imaginent que je suis dépositaire d'un vrai savoir qu'ils n'auraient pas à remettre en question », prévient-t-elle.47(*)

Animé par Jacques Pradel, le programme s'adresse aux parents et rassemble une large audience. Les lettres des auditeurs sont sélectionnées avec la fille de Françoise Dolto, Catherine, en fonction de leur pertinence et de leur représentativité des préoccupations de l'époque. L'émission est calibrée à environ six minutes quotidiennes. La psychanalyste répond aux missives, apportant des conseils et un regard nouveau sur l'enfance pour de nombreuses familles. Selon celle-ci, l'enfant est une personne intelligente dès sa naissance, un « être de langage » qu'il convient de traiter avec respect.

« Dois-je allaiter mon nourrisson ? », « Pourquoi mon fils ne marche-t-il pas encore ? », « Quand mon enfant doit-il être propre ? », « Que faire si le père s'en va ? », Françoise Dolto répond aux interrogations des auditeurs en recommandant d'écouter son enfant, de jouer avec lui, de lui dire la vérité qui le concerne avec des mots simples (bannissant les mensonges sur l'identité des parents, l'adoption, la séparation, la mort...), de ne pas laisser les baisers remplacer l'échange de paroles et de lui faire confiance,48(*) comme en témoigne la séquence suivante :

Jacques Pradel : « Cette lettre concerne un petit garçon de dix-sept mois, enfant unique, qui a des difficultés de propreté [...] Nous, les jeunes mamans, nous sommes souvent désorientées par les manuels, les conseils, les idées toutes faites pour élever un bébé. Mon enfant, à dix-sept mois, ne parle pas. A quel âge est-ce qu'un enfant doit parler ? »

Françoise Dolto : « Il n'y a pas de "doit parler". Mais pour qu'un enfant parle à l'âge où il aura à parler, il faut qu'on sente que, lorsqu'on lui parle, il est vivant, il vous regarde, il fait des mimiques et que de son côté, il cherche les contacts, veut se faire

comprendre [...] Un enfant apprend le langage parlé en voyant sa mère parler de lui,

ou pour lui, à son père, l'introduisant dans la conversation lorsqu'elle parle de quelque chose. Que cette mère ne s'inquiète pas pour la parole. Un garçon parle généralement plus tard qu'une fille [...] »49(*)

Se penchant sur la période, Yannick François, psychiatre et psychanalyste, analyse la problématique des émissions. « Les questions posées naissent le plus souvent de la vie courante des familles : demandes de conseils concernant la toilette, le rangement, le coucher, les rythmes journaliers, l'entrée à la maternelle ou à l'école primaire, etc. Quelquefois les parents posent une question plus particulièrement en relation avec une situation critique ou une difficulté plus spécifique avec leur enfant. Le plus souvent Françoise Dolto répond en proposant ici un petit "truc", là une analyse plus complexe, mais toujours avec humour, simplicité et une totale maîtrise didactique. Si la situation lui paraît plus grave, elle essaie surtout de convaincre les parents de la nécessité de recourir à une aide spécialisée. »50(*)

La distinction entre la consultation en cabinet et les échanges à l'antenne est particulièrement sensible dans les thèmes sélectionnés. Françoise Dolto s'impose en effet des limites à la radio et certains sujets ne sont jamais évoqués. « Elle considérait qu'il valait mieux ne pas aborder à la radio le suicide des adolescents [...] Il fallait faire des silences, il fallait des tabous, en tout cas dans la parole publique, confirme Jacques Pradel. Même dans la foulée de 1968 - il est interdit d'interdire - elle rappelait qu'une société doit avoir des tabous. »51(*)

Malgré cette précaution, elle est vivement critiquée par ses pairs : « En passant sur les ondes, Dolto transgressait un interdit, le secret du cabinet de l'analyse. »52(*)

Dans la mémoire collective, Françoise Dolto a pris le pas sur Menie Grégoire, occultant souvent la contribution de cette dernière. « Menie Grégoire a vulgarisé l'approche psychanalytique. Toutes les deux sont compétentes, mais Françoise Dolto a, par ses diplômes et son expérience clinique, une légitimité plus importante »,53(*) se souvient la psychologue clinicienne Evelyne Dubreu.

La praticienne ne fait pas de psychanalyse à l'antenne, mais elle simplifie la discipline et incite l'auditeur à se prendre en charge en allant consulter.

* 44 Dolto, Françoise, « Lorsque l'enfant paraît », Seuil, 1990, p. 14.

* 45 Quatorze ans après Donald Winnicott, le premier pédiatre et psychanalyste à la BBC, en Angleterre.

* 46 Yannick, François (psychiatre, psychanalyste), « Françoise Dolto, La langue des images », Bayard, 1999.

* 47 Dolto, Françoise, « Lorsque l'enfant paraît », Seuil, 1990, p. 14.

* 48 David, Catherine, « Notre Dolto » article sur le livre biographique « Ma Dolto » de Sophie Chérer, paru chez

Stock en 2008 (sorti à l'occasion du centenaire de la naissance et du vingtième anniversaire de la mort de

Françoise Dolto), Le Nouvel Observateur, n° 2257, 7 au 13 février 2008.

* 49 Dolto, Françoise, « Lorsque l'enfant paraît », Seuil, 1990, op. cit., p. 111.

* 50 Yannick, François, « Françoise Dolto, la langue des images », Bayard, 1999, « Docteur X ».

* 51 Interview de Jacques Pradel dans « Psy et média sont-ils compatibles ? », Dossiers de l'audiovisuel,

n° 111, INA, septembre-octobre 2003.

* 52 David, Catherine, « Notre Dolto », Le Nouvel Observateur, n° 2257, 7 au 13 février 2008.

* 53 Dubreu, Evelyne, Interview, 3 décembre 2007.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net