WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les investissements internationaux et la diplomatie économique de la RDC

( Télécharger le fichier original )
par Joel KIONI
Université Protestante au Congo - Licence en droit économique et social 2011
  

sommaire suivant

Aidez l'hopital de Montfermeil

INTRODUCTION

1. Problématique

Le problème économique de l'humanité est de combiner trois choses : l'efficacité, la justice sociale et la liberté individuelle1(*).

L'investissement se révèle être le facteur par excellence de la croissance et l'efficacité économique, ce qui conduit forcément au développement, en ce qu'il consiste dans l'augmentation de grandeurs économiques. La croissance économique suppose elle-même des changements majeurs des structures et d'importantes modifications correspondantes dans les conditions institutionnelles et sociales du pays et dans le contexte mondial.

La diplomatie économique est une diplomatie de développement adapté au contexte mondial : économique, commercial et politique, contexte de la mondialisation-globalisation.

Pays d'immenses ressources du sol et du sous-sol, objet des convoitises étrangères multiples, la RD Congo pour assurer sa croissance économique ainsi que le bien-être de sa population doit aujourd'hui inscrire son avenir dans la logique de la conquête de l'économie mondiale. Celle-ci donne lieu chaque jour à d'intenses négociations sur toutes les questions de finance et de gouvernance économique. Les acteurs ou agents de la diplomatie économique étant désormais les entreprises multinationales, le gouvernement de la RD Congo doit non seulement intégrer les atouts économiques ou ses immenses ressources naturelles dans son ambition diplomatique mais plus se doter d'une politiques des relations avec les entreprises multinationales.

La RD. Congo est un pays pauvre dans un monde riche et où la communauté internationale à travers les OMD2(*) demande à tous les Etats de prioriser le développement humain durable. Elle doit chercher à attirer les investisseurs étrangers tant privés que publics dans l'espoir ainsi d'enrichir le monde tout en s'enrichissant elle-même. Cela suppose une politique volontariste et d'une appropriation nationale de la mondialisation et de la globalisation ; soit une addition aux ressources d'une vision et d'une intelligence économique. Les acteurs porteurs de l'intelligence économique devront oeuvrer de concert avec les représentants de la diplomatie congolaise dans le monde.

La voie pour y parvenir est la coopération internationale ; appliquée au contexte particulier de la RD Congo pays en guerre économique de pillages des ressources, la perspective de sa paix et de son redressement économique l'oblige justement à une diplomatie spéciale généralement appelée diplomatie de développement ou diplomatie économique. Une telle diplomatie au service de l'avenir économique doit reposer sur plusieurs critères ou principes.

Quels sont les atouts, les forces, les moyens pour la RDC de conduire une telle diplomatie dans un monde où les capitaux financiers et technologiques sont entre les mains de grandes entreprises multinationales qui contrôlent pratiquement tous les flux des investissements ?

Quelles peuvent être les conditions légales d'une telle entreprise?

A quelle condition de droit de la coopération internationale l'ambition congolaise d'une telle diplomatie peut-elle aboutir?

En effet, la réponse à ces questions et la proposition de quelques remèdes (solutions) conduiront naturellement à une amélioration de l'importance du volume des investissements internationaux et nationaux, et cela contribuera à la croissance et à l'efficacité économique ainsi qu'à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement.

* 1 MAYNARD KEYNES (J.) cité par DALTON George in Economic system and society, capitalism, communism and third world, Penguin Books, Harmondsmorth, England, 1974, p. 18 cité par KIONI KIABANTU TOMASIKILA Augustin-Romain, « Pour une remise en question des idées dominantes sur l'approche du développement», La République Démocratique du Congo face aux défis du XXième siècle Hommage à Michel NORRO, Bruxelles, 2001.

* 2 Les Objectifs du Millénaire pour le Développement ont été définis lors de la signature du pacte du Millénaire à New-York en 2000 pour éliminer la pauvreté jusqu'à l'échéance 2015. La RDC figure parmi les 30 pays (dont 16 en Afrique), retenus au niveau mondial pour produire des rapports nationaux sur la réalisation des OMD. Le choix porté sur la RDC tient à la nature et à l'importance des défis qu'elle doit relever pour faire avancer son développement et réduire par conséquent, l'incidence et la profondeur de la pauvreté. Les cibles prévues et définies pour la RD Congo sont :

- Réduction de l'extrême pauvreté et de la faim ;

- Assurer l'éducation primaire pour tous ;

- Promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes ;

- Réduire la mortalité infantile ;

- Améliore la santé maternelle ;

- Combattre le VIH/SIDA, le paludisme et d'autres maladies ;

- Assurer un environnement durable ; et

- Mettre en place un partenariat mondial pour le développement.

sommaire suivant






Aidez l'hopital de Montfermeil

Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour