WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

République du Bénin

( Télécharger le fichier original )
par Gaston MASSIM OUALI
Université d'Abomey Calavi- Cotonou (Bénin) - Diplôme d'études supérieure spécialisée (DESS option Finances et Contrôle de Gestion) 2005
  

précédent sommaire suivant

Introduction

Si on considère d'emblée le développement comme étant la résultante largement contingente d'interactions entre acteurs, plutôt que comme l'apport de techniques, de savoirs ou de finances, la communication prend une importance déterminante dans l'élaboration des stratégies de développement.

Une approche réellement concertée et appropriée du développement requiert que chaque acteur puisse avoir accès aux moyens et aux informations lui permettant de prendre une part active et équitable dans la conception et la réalisation des projets. Depuis longtemps déjà, des panoplies d'outils d'information et de techniques de communication sont déployées afin de faciliter cet accès et on ne compte plus aujourd'hui les initiatives ayant pour objectif l'appropriation des médias audiovisuels et informatiques par les populations elles-mêmes. En Afrique, la tendance se caractérise en particulier depuis une quinzaine d'années par l'émergence de centaines de radios locales et communautaires.

Ces radios communautaires sont au coeur de la valorisation et de l'autonomisation des communautés. Elles ont des fonctions distractives, éducatives, informatives et culturelles au profit des populations dans les localités concernées.

Au Bénin, la libéralisation de l'espace audiovisuel est devenue une réalité depuis août 1997 ; ainsi dans le cadre de l'application de la loi 97-010 du 20 août 1997 portant libéralisation de l'espace audiovisuel, plusieurs nouvelles chaînes de radiodiffusion sonore émettent au Bénin.

Aussi bien l'intervention de l'Etat à travers la Haute Autorité de l'Audiovisuel et de la Communication (HAAC), que celle des partenaires étrangers dont la France et la Suisse à travers respectivement l'Agence de Coopération Culturelle et Technique (ACCT) et le Programme d'Appui à la Communication (PACOM) ont permis d'enraciner et de promouvoir les radios communautaires. Ces accompagnements ont conduit à l'atteinte de résultats significatifs; on peut retenir :

- La création d'un cadre juridique, réglementaire, administratif et institutionnel qui assure une clarification des rôles respectifs de l'Etat, des représentants des communautés et des intervenants extérieurs. La HAAC, dans cette configuration, est plus résolument sensible et favorable à la promotion du droit à l'information des populations rurales et périurbaines en oeuvrant activement à la création et au renforcement de la viabilité des radios communautaires;

- l'enrichissement du paysage radiophonique par l'implantation /la restructuration et la mise en onde de dix (10) radios communautaires, fruits d'un partenariat dynamique entre les communautés et le PACOM;

- le fonctionnement de plus en plus maîtrisé des radios communautaires, par des conseils d'administration élus, qui acquièrent progressivement les compétences pour assumer leur charge vis à vis de la radio, des communautés, de l'Etat et des intervenants extérieurs;

- les radios disposent d'agents assez bien formés, conscients de leurs place, rôle et responsabilités par rapport aux communautés ;

- un fonctionnement régulier et une gestion sociale des radios fondés sur une vision claire des enjeux relatifs au développement participatif, au genre et à une gouvernance de qualité ;

- l'émergence d'un réseau de radios communautaires (ayant évolué vers une Fédération), comme force de négociation au plan national, face aux institutions de l'Etat, s'ancrant résolument dans le tissu relationnel du développement local, capables de porter les revendications du droit à l'information des communautés à la base et d'organiser les solidarités nécessaires à la viabilité des radios mises en place ;

- la capitalisation systématique de l'expérience d'accompagnement des projets de radios communautaires et la mise en place de divers instruments pour assurer la viabilité sociale, économique, matérielle et technique des radios ;

- l'émergence progressive d'un nouveau modèle de radio, tirant les enseignements nécessaires des expériences antérieures au Bénin et en Afrique, un modèle de radio au service des communautés et contrôlé par elles, mais visant l'idéal de fonctionnement d'une véritable entreprise de presse ;

- l'amélioration progressive de la qualité des productions et la mise en place d'un système de feed-back qui permet une meilleure prise en compte des préoccupations des différentes couches sociales.

Toutefois, beaucoup de problèmes de gestion se posent dans cet environnement communautaire, ce qui ne permet pas de combler toutes les attentes des autorités béninoises en charge de la communication, des partenaires techniques et financiers ainsi que celles des communautés.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.