WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Politique monétaire et croissance économique en zone CEMAC: une évaluation empirique en données de panel

( Télécharger le fichier original )
par SIMONYANNICK FOUDA EKOBENA
Université de Yaoundé II - DEA / Master 2 2010
  

précédent sommaire suivant

2-2) Quelques recommandations de politique économique

En économie ouverte, la politique économique a deux objectifs principaux que sont l'équilibre
interne et l'équilibre externe. L'équilibre interne concerne le plein emploi, la stabilité des

prix, la croissance. L'équilibre externe quant à lui concerne la balance des paiements. C'est autour de ces deux aspects que seront bâties nos propositions.

Proposition 1 : la maîtrise des tensions inflationnistes dans les pays de la sous-région Cette première proposition découle directement des résultats que nous avons obtenus à l'issu de l'analyse. Il est question ici de contenir l'inflation dans des proportions compatibles avec un cadre macroéconomique stable susceptible d'attirer les investisseurs dans la sous-région. Il faut éviter les fluctuations incontrôlées du taux d'inflation qui entraînent une incertitude dans l'évolution des prix et débouchent sur une série de distorsions qui peuvent s'avérer dangereuse à long terme par l'économie. La réalisation de l'objectif de stabilité des prix est l'une des conditions à la viabilité d'un marché financier régional et contribuerait à donner plus de crédibilité à la politique monétaire menée dans la sous-région. Afin d'éviter les spéculations et les anticipations incontrôlées des agents économiques, il serait mieux que la BEAC suivent des règles au lieu de décisions discrétionnaires.

Proposition 2 : la nécessité d'une discipline budgétaire accrue

Le respect des critères de convergence en terme d'endettement public permettra de limiter l'impact négatif de ce dernier sur l'évolution du PIB comme le montre nos résultats. Ce qui aura aussi pour effet de consolider le policy-mix régional.

Par ailleurs, les dépenses publiques peuvent accroître le stock de capital physique et humain et donc avoir une influence positive sur la croissance potentielle. Dès lors réduire ces dépenses serait néfaste pour l'économie car cela engendrerait une baisse du sentier de croissance de l'économie et entraînerait des variations pro-cycliques des politiques budgétaires. D'où le plafond imposé par les critères de convergence peut avoir un effet dépressif sur la croissance. Il est donc préférable de mettre sur pied une règle de déficits publics structurels hors dépenses d'investissement nuls (Creel, Latreille et Le Cacheux, 2002). Autrement dit, il est question de limiter à zéro le solde budgétaire corrigé des effets conjoncturels plutôt que le solde global. Cette règle est appropriée pour la zone CEMAC, parce que cinq des pays de la zone sur six sont producteurs de pétrole et leur solde budgétaire est très sensible aux variations du prix du pétrole sur le marché international.

Proposition 3 : mener une politique d'accroissement des exportations

L'une des propositions afin de faire entrer les devises dans nos pays, est de promouvoir les
exportations et de limiter les importations. Il faut aussi pouvoir détacher les exportations de
l'exclusivité dont jouissent les matières premières et les produits pétroliers. Il faut mettre un

accent sur les formations ayant pour but de former une main d'oeuvre qualifiée pour la transformation sur place des produits. Mais aussi accélérer l'intégration économique dans la sous-région afin d'avoir un marché commun effectif. A terme cela doit aboutir à une diversification des exportations à prix compétitifs, à la réduction de la trop forte dépendance des économies de la zone vis à vis de l'extérieur et à renforcer la capacité de ces économies à absorber les chocs exogènes.

Proposition 4 : consolider l'efficacité de la politique monétaire

La BEAC devrait, en plus de son objectif de stabilité des prix, mettre un accent sur le soutien de l'activité économique dans la sous-région. Il faut conforter l'orientation libérale de la politique monétaire avec la libéralisation totale des conditions de banque. Enfin il faudrait harmoniser les statistiques régionales notamment avec l'harmonisation de l'indice des prix à la consommation qui permettra de fixer une valeur de référence à l'inflation mais aussi unifier la politique monétaire par la fixation d'objectifs communs de prix, de masse monétaire et de crédits.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.