WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La microfinance et sa contribution à  l'amélioration des conditions de vie des adhérents; cas de la préfecture de Tchaoudjo dans la région centrale du Togo

( Télécharger le fichier original )
par Abdou-Wahabi ABDOU
Université de Lomé - Maitrise en sociologie 2010
  

précédent sommaire suivant

II-2- Présentation géo-climatique et démographique de la

préfecture de Tchaoudjo

Chef lieu de la région centrale, la préfecture de Tchaoudjo est située au centre du pays à une altitude moyenne de 340 m à mi-chemin entre l'océan Atlantique et la bande sahélienne. Elle est limitée au Nord par la préfecture d'Assoli, au Sud par celle de Soutouboua, à l'Est par celle de Tchamba et à l'Ouest par celle de Bassar. Elle s'étend sur une superficie de 2650 km2 et compte environ 169723 habitants37. La préfecture de Tchaoudjo jouit d'un climat sahélo-guinéen avec deux saisons distinctes : une saison pluvieuse allant de Avril à Octobre avec une pic de Juillet à Septembre et une saison sèche allant de Novembre à Mars. Les précipitations annuelles varient entre 1100 mm et 1500 mm de pluie pour un nombre de jours se situant entre 100 et 120. La température moyenne de la préfecture varie entre 20° C et 32° C. L'évaporation est élevée et particulièrement marquée en période d'Harmattan

37 Source : Ministère de l»administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales/ Région Centrale/ Préfecture de Tchaoudjo.

(de Novembre à Janvier). Le taux d'humidité est très variable et dépend de tous les facteurs précités.

Deux types (2) principaux de sols sont observés dans cette préfecture : - Sols peu épais et pauvres (zones montagneuses)

- Sols ferrugineux lessivés.

Sur le plan hydrographique, Tchaoudjo est irriguée par un certain nombre de cours d'eau dont la plupart ne sont pas permanents. Il s'agit du Mono, Na et le Mô.

Dans la préfecture de Tchaoudjo, le nombre moyen de personnes par ménage est de 6,2 contre 5,4 sur le plan national.

III-3-Aperçu socio-politique

Tchaoudjo est la préfecture qui a la plus forte proportion de la population musulmane du Togo (70% de la population). Les 30% restants étant chrétiens, en grande majorité catholique. La plupart des habitants parlent le Kotokoli (ou le tem). L'ethnonyme Kotokoli correspond à l'appellation qui était donnée à ces locuteurs tem par les commerçants soudanais de la boucle du Niger. De nombreuses autres langues y sont parlées : en particulier l'Ewé et le Kabyè. Il faut mentionner au passage que Tchaoudjo a pour fêtes traditionnelles Gadao - Adossa - Kosso. Célébrée à la veille d'Adossa, Gadao a pour fonction de remercier les ancêtres pour l'abondance des récoltes. Adossa ou fête des couteaux, est une fête initiatique dont l'origine remonte aux guerriers Semassi qui exerçaient leurs puissances et leur vaillance en se soumettant à des épreuves de forces. Le lendemain a lieu Kosso, la fête des femmes, où ces dernières viennent danser sur le terrain municipal de Sokodé. En dehors de ramadan et tabaski (deux fêtes religieuses), les autres fêtes sont plutôt événementielles et sans dates précises.

Sur le plan politique, étant un centre administratif depuis l'époque allemande jusqu'à l'indépendance, la préfecture de Tchaoudjo compte aujourd'hui douze (12) cantons qui sont : Kpangalam, Komah, Kolina, Aléhéridé, Kéméni, Kparatao, Kadambara, Agoulou, Lama-Tessi, Tchalo, Wassarabo et Kpassouadè. Il faut noter que l'urbanisation de Sokodé n'est pas seulement provoquée par l'implantation des allemands, mais elle est venue achever une évolution historique de la société Tem déjà bien organisée.

Dans la course effrénée de l'occupation coloniale, le 23 juillet 1897, il eut un accord franco-allemand qui fixa les échanges de territoires, le Docteur Kersting quitta Djougou et se replia sur Adjéidè au poste de Kri-Kri d'où il décida de créer un nouveau poste à Didouaré. La construction du nouveau poste commença à Sokodé à la fin de l'année 1897 sur la colline rocheuse. Ce poste serait mis en service le 21 avril 1898. Les Allemands, depuis leur installation jusqu'à leur départ obligé en 1914, organisèrent le centre en construisant leurs bâtiments administratifs et en réalisant des aménagements dans les quartiers.

L'administration coloniale française s'installa à Sokodé après le départ des Allemands (le 15août 1915). Une agence spéciale pour la collecte des impôts fut créée le 2 février 1915 à Sokodé. Le 4 septembre 1935, par arrêté n°398 portant réorganisation générale de l'administration du territoire du Togo, Sokodé devient le chef-lieu du centre du Nord.

Dès lors, elle fait figure de « capitale » du Nord-Togo. Chef lieu de la région centrale, Tchaoudjo est non seulement un centre administratif important mais aussi un grand centre commercial depuis la période précoloniale.

précédent sommaire suivant

Ledger Nano S - The secure hardware wallet