WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Problématique du coàt des services dans les microfinances au Cameroun


par Achille Landry WOMEGNE POKAHA
Institut de recherche et d'enseignement en relation internationale et européeene (IRERIE LLC) - Master II en gestion et finance 2011
  

précédent sommaire suivant

PREMIERE PARTIE :

ORIGINE ET EVOLUTION

DE LA MICRO FINANCE

AU CAMEROUN

S'il est admis que les structures de microfinance ont actuellement le vent en pourpre dans les pays de la zone CFA, il faut reconnaitre que ce dynamisme découle directement de la grave crise bancaire qui a frappé les pays de la zone dans les années 80 et des restructurations qui ont été engagées dès les années 90.

En effet, cette crise ayant entrainé une perte de confiance de la population vis-à-vis des structures financières, les EMF grâce à leur proximité avec la clientèle et l'assouplissement de leur condition d'entrée en relation ont su en tirer le meilleur parti de cette situation.

Avant d'aborder l'installation des premiers EMF au Cameroun, il nous semble important de présenter au niveau mondial le développement de ce secteur d'activité.

I- MICRO FINANCE DANS LE MONDE

Si le crédit coopératif et populaire fait son apparition au 19ème siècle en Europe et en Amérique, il faut retenir que les premières caisses rurales sont créées par le maire (Friedrich Wilhem Raiffeisen) d'une petite commune du Sud de l'Allemagne dans le but de faire jouer la « garantie collective » afin de permettre l'obtention des crédits auprès des banques par les membres de la caisse. Dès 1900, Alphonse Desjardins l'introduit au Québec avant que les Etats Unis ne suivent en 1909 sous le nom d'Unions de Crédit (Crédit Unions).

La micro finance sous sa forme actuelle telle que préconisée par les bailleurs de fonds et qui tient lieu d'outil de développement et d'intégration économique et sociale des couches défavorisées est l'oeuvre du Docteur MUHAMMAD YUNUS qui à la faveur des travaux avec ses étudiants sur les théories de l'investissement découvre l'extr~me indigence de ses concitoyens Bangladais. En effet, ayant remarqué le manque de moyens pour ses concitoyens fabricants de tabourets en bambou de se procurer des matières premières, il prête de ses poches 27 dollars à 42 paysans et découvre combien leur activité gagne

12

Réalisé et soutenu par WOMEGNE POKAHA Achille Landry

en plus-value tout en générant de nouveaux emplois lorsqu'ils peuvent acheter d'avance la matière première. Dès 1976, il va formaliser cette expérience en créant la Gramen Bank qui propose des prêts aux populations pauvres du Bangladesh et dont le succès va inspirer de nombreuses autres expériences à travers le monde.

 

MODELE DE MICRO CREDIT DE LA GRAMEN BANK

Créée en 1976, l'objectif de la Gramen Bank est de remédier au refus des banques d'octroyer des crédits aux pauvres réputés insolvables et non rentables. C'est ainsi que le Dr YUNUS instaure un système de prt basé sur la solidarité des emprunteurs à travers les groupes de caution mutuelle. Les membres du groupe (généralement 5 personnes) se soutiennent grâce à un système de parrainage, de conseils et d'entraide, évaluant ensemble la viabilité des projets et veillant mutuellement au remboursement. Les prêts étant accordés à tour de rôle après remboursement par les précédents bénéficiaires suivant le principe d'incrémentation, c'est-à-dire que le montant octroyé croît au fur et à mesure de la régularité du remboursement. Les femmes jugées plus solvables et plus responsables sont préférées dans l'octroi des prfts. Les groupes bénéficient de l'appui technique (encadrement de la production) et social (encouragement de l'épargne, conseils sur l'hygiène, l'éducation, l'apprentissage de la vie en communauté, ) de la part des équipes de la Gramen. L'excellent taux de recouvrement (98%) est la preuve du génie du système qui bénéficie d'un large consensus au plan local et international.

Ainsi donc, sous l'impulsion de la Banque Mondiale, s'est' il étendu non seulement à de nombreux Pays en Voie de Développement mais aussi à certains pays développés comme la France ou les Etats Unis qui en font une arme de réduction de la fracture urbaine.

précédent sommaire suivant