WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Développement financier et causalité entre épargne et investissement en zone UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest Africaine )

( Télécharger le fichier original )
par Relwendé SAWADOGO
Université Ouaga II Burkina Faso - DEA/ Master macro économie appliquée 2009
  

précédent sommaire suivant

II-3-La volatilité des spreads des taux bancaires

Les théories de la libéralisation financière prévoyaient aussi que, l'écart entre les taux d'intérêt débiteur et créditeur augmentera légèrement dans les premiers temps d'instauration des réformes, de façon à ce que les banques s'adaptent aux lois du marché. A terme, la concurrence accrue entre les banques doit entraîner non seulement l'harmonisation des taux d'intérêt, mais aussi la réduction de la marge bancaire. En effet, en situation de concurrence pure et parfaite, les forces du marché conduisent à l'égalisation des taux d'intérêt créditeur et débiteur. Autrement dit, la marge bancaire est nulle.

Dans la zone UEMOA, la libéralisation financière a entrainé une augmentation considérable des spreads de taux bancaires. Ces marges demeurent encore relativement élevées et ce contrairement aux prédictions de la théorie économique. En effet, la politique de la libéralisation avait pour principal objectif l'augmentation des taux d'intérêt et l'égalisation des taux créditeur et débiteur par le biais d'une concurrence accrue. Mais force est de constater que, la libéralisation des taux d'intérêt n'a pas eu les effets désirés et qu'elle a entraîné une phase d'instabilité sur les marchés du crédit. Les marges bancaires se sont accrues mais ont tendance à varier très fortement.

Le graphique 3 indique l'évolution des spreads des taux dans les pays de l'UEMOA au cours de la période 2006-2010. On remarque sur le graphique que de façon générale les spreads des taux ont continué à augmenter malgré la libéralisation entamée depuis les années 1990 et que dans les pays économiquement faibles de la zone, les spreads sont élevés (par exemple la Guinée-Bissau) par rapport aux pays développés de la zone (exemple : le Sénégal) et de l'Union. Cet état de fait peut être expliqué par le fait que la libéralisation a permis la constitution d'oligopole sur le marché Bancaire de la zone ( quelques grandes structures bancaires détiennent l'essentiel des parts de marché) mais aussi la présence de l'asymétrie informationnelle qui a entrainé une augmentation de la prime de risque.

Graphique 3: Evolution des spreads en zone UEMOA sur la période 2006-2010.

en%

15

10

0

5

Spreads dans la zone BCEAO en % 2006-2010

Pays

année 2006 2007 2008 2009 2010

Source : calcul de l'auteur à partir des données de la BCEAO.

En résumé méme si la libéralisation financière a entrainé l'augmentation du nombre des structures bancaires, elle n'a pas permis la réalisation des objectifs escomptés. Elle a plutôt entrainé un développement inégal des structures financières de la zone. Par exemple la Côte d'Ivoire détient 19,59%18 des banques agrées de la zone contre 4,12% pour la Guinée-Bissau.

La section suivante a pour objectif principal l'évaluation empirique de l'hétérogénéité financière de la zone.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.