WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La France et la reconstruction de la République Démocratique du Congo

( Télécharger le fichier original )
par Guelord Mpongo Ngamake
Université de Lubumbashi - relation internationale 2010
  

précédent sommaire suivant

Aidez l'hopital de Montfermeil

CHAPITRE IV. LA FRANCE ET LA RECONSTRUCTION DE LA RDC

Ce chapitre analysera profondément des tenants et des aboutissants de l'implication de la France à la reconstruction de la République démocratique du Congo.

Pour ce faire, nous aborderons successivement les possibilités de relances économiques de RDC, l'accompagnement de la France à la reconstruction de la RDC et en fin les défis à relever par la RDC.

SECTION I. DES POSSIBILITES DE RELANCE ECONOMIQUE DE LA RDC

Il sera question dans cette section de démontrer les différents mécanismes de la relance économique de la RDC, les financements français dans les secteurs agricoles en RDC, la réalisation de quelques chantiers du gouvernement et en fin la RDC et la relance des investissements directe étrangers.

§1. LES DIFFERENTS MECANISMES DE LA RELANCE ECONOMIQUE DE LA RDC

Tous les pays du monde ont besoin de relance leurs économies. Pour un pays qui sort de la guerre comme la République Démocratique du Congo et qui reste fragile passe d'abord et avant tout par la consolidation de la stabilité politique, aux financements extérieurs et intérieurs.

1. La stabilité politique

Pour investir dans un pays, les investisseurs, ont besoin de la stabilité politique, qui nous renvois souvent a la paix, or la paix se définie par rapport à la tranquillité et à l'absence de trouble.

Pour que l'investissement contribue à la relance économique de la République Démocratique du Congo, cet investissement doit être durable, ce qui veut dire la création d'une technologie efficace.

Par la technologie efficace en voit la présence de l'implantation d'une industrie de transformation qui permettra l'exportation de matières en produits finis. Cela nous donnera la possibilité d'avoir une mais d'oeuvre qualifiée.

2. Financement extérieurs et intérieurs

a. financement extérieur

Ce terme renvoie à l'aide extérieure qui peut parvenir soit des institutions de Brettons woods, soit des accorts bilatéraux, et multilatéraux. Toutes ses aides doivent être utilisée a bon échéant c'est-à-dire servir l'intérêt général de la nation.

Malgré ce la en relation internationale, la notion de bonne moralité n'existe pas quand bien même elles, se définissent comme étant pas l'action sans intérêt, c'est donc le rendez vous d'y donne et d y recevoir, c'est-à-dire quand on donne avec la main droite on sous entend récupérer avec la main gauche or l'adage camerounais nous dit qu'une main qui demande est toujours en bas. Ces aides sont donne avec beaucoup des conditions aux états bénéficiaires. Donc ici, il faut diminuer considérablement les défenses de l'état à l'égard de ses citoyens.

Premièrement l'état doit renoncer à la prise en charge totalement voir partielle les dépenses de la population dans les domaines tel que celui de la santé et l'éducation.

Deuxième en procèdent à l'élancement de travailleur et en évitant l'augmentation des salaires.42(*)

C'est à la suite de constat amène fait sur la situation économique africaine que la plupart des pays africains dénoncent la dictature de fonds monétaire internationale (FMI) en l'accusant de porter atteinte à la souveraineté et indépendance de l'état, par se immixtions dons les affaires intérieure des pays africains. Le mécanisme du fond monétaire international (FMI), nous parait comme susceptible, de maintenir le domaine et les relations de dépendance.

Ainsi, aujourd'hui, la dépendance des pays africains s'accroît, elle est d'abord financière puis économique, mais aussi technique43(*).

Dans la plupart des études sur les efforts et les actions menées par le fond monétaire international nous constatons qu'il y a toujours des insuffisances. Ainsi écrit KAMANDA WA KAMANDA supprimons le fonds monétaire internationale car il est inutile et absoluité44(*).

Les Etats africains ne doivent pas seulement attendre des grandes choses des aides extérieures pour se développer, ils doivent plutôt changer des stratégies, ils doivent compter sur eux-mêmes, car il est dit dans la bible, aide toi et le ciel t'aidera et on n'apprend pas à marcher e restant assis, mais en apprenant à marcher en tombant puis pour se relèves.

Qui conque s'engage à lutter pour telle ou telle cause doit savoir qu'il y a toujours quelques chose à gagner et a perdre. Ainsi certaines sociétés parmi les plus développé économiquement à l'ère actuelle sur notre planète ont atteint le niveau de développement sans aide extérieure parfois même sans crédits étrangers importante, c'est le cas notamment de la chine.45(*)

* 42 KALELE K, le FMI et la situation sociale au Zaïre, éd Kinshasa 1954, p.12

* 43 Albertin, J.M., mécanisme de sous développement et de développement, Paris éd ouvrier, 1986, p.257

* 44 KAMANDA, K, le défi africain : une puissance qui s'ignore, Paris, 1976, p.134

* 45 MABI. M., l'industrialisation autocentrie et le développement économique en République Démocratique du Congo, éd Kinshasa 1999, p. 255

précédent sommaire suivant






Aidez l'hopital de Montfermeil

Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour