WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etude bibliographique sur les bio-indicateurs et biomarqueurs des effets des perturbations des ecosystèmes par les pesticides

( Télécharger le fichier original )
par Mathias KAYALTO
Institut agronomique et vétérinaire Hassan II du Maroc - Diplome de 3ème cycle d'ingénieur agronome 2011
  

précédent sommaire suivant

Chapitre II. Pollution des écosystèmes

2.1. Contexte et prise de conscience

Si les pesticides sont d'abord apparus bénéfiques, leurs effets secondaires nocifs ont été peu à peu mis en cause. Ces produits « nécessaires » pour protéger les cultures et pâturages se sont avérés très toxiques à différents degrés, après avoir été absorbés directement ou indirectement. Ceux-ci ont engendré des préoccupations du point de vue environnemental telles que : i) la dégradation des insecticides chimiques dans l'environnement et leurs effets toxicologiques sur les organismes non visés; ii) les effets à moyen et long terme des insecticides chimiques sur les organismes non visés et de façon plus générale sur la chaîne alimentaire ; iii) la persistance et la bioaccumulation des insecticides chimiques et de leurs produits de dégradation dans l'environnement.

2.2. Notion de pollution/contamination

Le terme pollution désigne l'introduction directe ou indirecte, par suite de l'activité humaine, de substances ou de chaleur dans l'air, l'eau ou le sol, susceptibles de porter atteinte à la santé humaine ou à la qualité des écosystèmes aquatiques ou des écosystèmes terrestres. La contamination atteint un niveau seuil où elle produit des dommages, des déséquilibres ou des effets nocifs et interfère avec le bien-être des organismes vivants" (UE, 2000). Une pollution peut être définie comme une "altération que subit la biosphère, en particulier d'ordre chimique et physique, et qui engendre des déséquilibres du fonctionnement à tous les niveaux". La définition du terme contamination fait intervenir la notion de normalité de la présence de substances dans un milieu donné. En 1965, le Conseil Scientifique de la Maison Blanche a défini la pollution comme `' une modification défavorable» du milieu naturel, qui apparait en totalité ou en partie comme un sous-produit de l'activité humaine, au travers d'effets directs ou indirects, altérant : i) les critères de répartition des flux d'énergie ; ii) Les niveaux de radiation de la constitution physico-chimique du milieu naturel iii) l'abondance des espèces vivantes (UE, 2000). Ces modifications peuvent affecter l'homme directement ou au travers de ressources agricoles, de l'eau, ou des ressources des autres produits biologiques. Elles peuvent aussi l'affecter en altérant les objets physiques, les possibilités récréatives du milieu ou en enlaidissant le milieu (Le Bras, 2007).

2.3. Voies de contamination des écosystèmes

Les pesticides peuvent pénétrer dans les écosystèmes au moment de la pulvérisation de différentes façons : i) émissions non désirées, involontaires ou accidentelles durant l'utilisation ou traitement (dérive) ; ii) émissions ciblées (application) de pesticides dans la lutte contre les ravageurs. En effet toute application de produit par pulvérisation conduit systématiquement à une contamination des surfaces traitées et les zones sensibles par la dérive ; les résidus secs ou humides des produits générés lors d'un traitement ou par volatilisation à partir des feuillages ou du sol, contribuent parfois au transport de substrat à des longues distances de l'endroit de traitement. (AFSSA ; 2008 et 2009).

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.