WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etude bibliographique sur les bio-indicateurs et biomarqueurs des effets des perturbations des ecosystèmes par les pesticides

( Télécharger le fichier original )
par Mathias KAYALTO
Institut agronomique et vétérinaire Hassan II du Maroc - Diplome de 3ème cycle d'ingénieur agronome 2011
  

précédent sommaire suivant

3.3. Ecotoxicologie

Les effets biologiques des perturbations du milieu naturel ont fait surgir une nouvelle discipline qui permet d'identifier et lutter contre les pollutions du milieu naturel : l'éco- toxicologie (Le Bras, 2007). Vers les années 70, Truhaut (1975) évoquait la question d'un risque croissant pour la santé et l'environnement. Face aux effets liés aux produits chimiques, il relevait les besoins de connaissance et de recherche sur le devenir de ces produits chimiques dans l'environnement. C'est ainsi qu'en même temps, il donna une première définition de l'écotoxicologie qui est selon lui une sous discipline de la toxicologie médicale (Truhaut,1977). Pendant que la toxicologie se limite aux études des organismes, l'écotoxicologie s'occupe de la connaissance de l'impact des substances chimiques, physiques ou biologiques sur les individus, sur les populations et les écosystèmes entiers et aussi sur les équilibres dynamiques qui les caractérisent (Garric, 2009).

2.5. Les pesticides utilisés dans la lutte antiacridienne

2.5.1. Définition

Un pesticide est une substance qui est destinée ou sensée prévenir, détruire, repousser ou contrôler tout ravageur animal et toute maladie causée par des micro-organismes ou encore des mauvaises herbes indésirables (Bonland et al., 2007).

2.5.2. La problématique d'utilisation des pesticides.

Le recours aux pesticides pour lutter contre les Criquets peut engendrer des risques pour la santé humaine et environnementale. Ces risques sont liés aux types de pesticides utilisés, à la manière dont ils sont manipulés et appliqués sur la cible (FAQ/GCP, 1996, 1998 et 2004).

Pendant les invasions acridiennes, de grandes quantités de pesticides sont pulvérisées pour protéger les cultures et les pâturages. Ainsi la quantité d'un pesticide qui atteint réellement la cible est souvent faible et la plus grande partie tombe dans la nature et la contamine. Des graves problèmes qui peuvent survenir lors des traitements antiacridiens sont généralement la pollution de l'air, la pollution des nappes phréatiques, la pollution du sol, les résidus de pesticides, la contamination des aliments et les eaux potables, les effets nuisibles sur les organismes non-cibles et la fonction de l'écosystème (Grant, 2002). Si certains produits chimiques ont une durée de vie relativement courte dans l'environnement, on sait aujourd'hui que l'impact d'une substance chimique peut être observé pendant plusieurs décennies après son émission dans l'environnement. Le risque qu'un pesticide présente des perturbations et/ou des modifications d'un écosystème dépend donc de la toxicité du pesticide et de l'exposition du milieu.

Principe général d'évaluation de Risque

Comparaison d'une dose sans effet toxique prévisible à une dose d'exposition prévisible définie par :

Dose = quantité Q (g m. a/ha) /C (concentration g m. a/l)

Si la dose est grande par rapport à la dose sans effet, il y a risque, des mesures (interdiction d'utilisation, respect des conditions d'application etc.) doivent être prises pour éviter la contamination de l'environnement.

Si Q/C (exposition)
> Q/C (sans effet)
alors il y a risque

Environnement exposé

Aliments

Sol

Air

Eau

Figure 12 : Principe général d'évaluation de Risque

Q = quantité/dose C = concentration Source : Rivière, 2009.

Les pesticides utilisés en lutte antiacridienne se répartissent selon les catégories suivantes :

2.5.2.1.Les organophosphorés

Les organophosphorés sont des toxiques létaux à action systémique prédominante dont le principal mécanisme d'action est l'inhibition l'acétylcholine au niveau de la synapse, empêchant la transmission de l'influx nerveux et entraînant la mort de l'insecte. Ces pesticides peu solubles dans l'eau, peu volatiles, sont liposolubles. Ils ne sont pas bio-accumulables dans les organismes (Saïssy et Rüttmann, 1999).

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.