WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Aspects physionomico-structurauyx de la végétation ligneuse forestière dans les monts de Dhaya et de Tlemcen (Algérie occidentale )


par Khéloufi BENABDELI
Université Djilali liabes de Sidi Bel Abbes Algérie - Doctorat d'état en sciences 1996
  

précédent sommaire suivant

14- CONCLUSION GENERALE.

Le patrimoine forestier des monts de Tlemcen et des monts de Dhaya a connu, depuis une centaine de décennies, une continuelle agression due à une action conjuguée du climat et de l'homme. L'équilibre déjà instable de toutes les formations végétales est assez alarmant d'autant plus qu'elles sont soumises à des conditions climatiques capricieuses et rigoureuses et à une action le plus destructrice qu'exerce l'homme et son troupeau d'une manière irréfléchie et permanente. De ce fait toutes les formations végétales manifestent une tendance à se dégrader facilement vers des formations clairières, ouvertes évoluant vers des maquis et des matorrals. KADIK (1983) souligne à ce sujet:" La végétation malgré sa résistance souffre de l'action destructrice de l'homme et de son troupeau. Les incendies, s'ils altèrent la composition floristique, ne détruisent pas les forêts; les essences feuillues rejettent (chêne vert), les espèces résineuses se régénèrent par semis (pin d'Alep)".

Aborder l'étude de la réaction et du comportement des principales formations forestières c'est connaître l'impact néfaste exerce l'homme sur les écosystèmes forestiers devenus si vulnérables que leur pérennité est menacée. La dualité homme-forêt a déjà réduit prés de 80% de la forêt de la région en maquis et matorrals. Selon le stade atteint par l'utilisation de l'espace dans sa globalité, le cycle de dégradation engagé est ressenti différemment par les formations végétales qui réagissent par le biais d'une composition et d'une structure particulière qui impriment au paysage végétal une physionomie en rapport.

La dégradation alarmante (le terme n'est pas exagéré) de la végétation ligneuse de l'Oranie centrale durant des siècles sur des surfaces importantes a conduit à une érosion catastrophique entraînant une déperdition de terrains arables et un gaspillage de ressources en eaux douce vitale pour les populations rurales et urbaines. Dans cet ordre d'idées LEUTREUCH-BELAROUSSI (1981) concluait: « Judicieusement implantés dans les zones les plus dangereusement exposées, les massifs forestiers peuvent ainsi remplir au profit des territoires cultivés adjacents, des nappes aquifères et de tous les travaux d'art une fonction de protection de tout premier plan. Cette fonction a sans aucun doute en ces endroits une contre-valeur économique qui dépasse de très loin celle de la production ligneuse. Cette dernière d'ailleurs nullement exclue, même si elle doit ici passer au second plan, car elle est parfaitement compatible avec la précédente ».

La situation catastrophique de toutes les formations forestières en matière de dégradation des monts de Tlemcen et des monts de Dhaya induite par les agressions permanentes met en valeur la nécessité de préserver les divers stades régressifs au regard du rôle de protection prépondérant qu'ils jouent. Comprendre ce dynamisme végétal où la couverture végétal dégradée a atteint un certain équilibre avec les conditions du milieu et de son environnement serait déjà pouvoir sauvegarder et améliorer la résistance, la pérennité et la stabilité des formations végétales et orienter convenablement toute action d'extension de cette couverture végétale ligneuse. Pour concrétiser ces objectifs nous avons dans une première phase présentée les caractéristiques géographiques et écologiques de la région qui se distingue par des paramètres relativement défavorables pour une végétation luxuriante. Toutes les séries de végétation sont soumises à des facteurs climatiques capricieux et imprévisibles, des conditions édaphiques assez particulières le plus souvent imposant une contrainte à la végétation, une pression humaine et animale qui exerce en permanence et une hétérogénéité floristique adaptée par sa structure et par sa composition aux conditions du milieu.

Dans la seconde partie, une identification des facteurs dégradants la végétation a permis de classer les principales causes agressant tous les groupements végétaux. L'action du forestier à travers ses différentes interventions est le principal facteur dégradant, l'action de l'animal ne vient qu'en seconde position, le parcours même intensif dans les formations végétales ne constitue pas, comme on l'affirme le facteur alarmant. L'action de l'homme sur la végétation se fait sous différentes formes et en permanence et elle touche tous les types de formation végétale et toutes les strates. La redéfinition des techniques d'intervention de l'homme est à prendre en charge en

« Aspects physionomico- structuraux de la végétation forestière ligneuse face à la pression anthropozoogène dans les

monts de Tlemcen et les monts de Dhaya (Algérie occidentale)

1996

 
 

urgence au même titre que le parcours et les incendies. Une étude historique des relations entre l'homme et la forêt de la région occidentale du pays permet de comprendre la dynamique des formations végétales et l'importance des espèces dans la composition, la structure et la physionomie ce n'est qu'à cette condition que des propositions concrètes d'intervention pourront être dictées pour sauvegarder la couverture végétale.

La troisième partie à permis d'appréhender une notion fondamentale de la nomenclature végétale qui a débouché sur de nouvelles définitions pour les principes formations végétales particulières à l'Oranie centrale et qui reflétant réellement les composantes et le comportement de la végétation forestière. Cette nouvelle approche repose sur une analyse axée sur des paramètres déterminants telle la hauteur, la stratification et la représentativité des espèces.

Des espèces ligneuses considérées comme secondaires et sans importance se sont affirmées nécessaires en contribuant à participer activement à la formation et surtout à la pérennité des formations végétales de la région.

Le processus de dégradation des diverses formations végétales a permis d'identifier le comportement de ces dernières face à une multitude d'agression. Ceci nous a obligé à analyser le comportement de chaque groupement végétal face à chaque type d'agression qu'il subit tout en identifiant les principales phases de dégradation avec le taux d'appauvrissement en espèces. Une classification de la résistance des groupements végétaux réhabilite dans l'étage subhumide Quercus faginea et Quercus rotondifolia et dans le semi-aride Quercus rotondifolia, Tetraclinis articulata et Juniperus oxycedrus, la concentration de l'impact des agressions des fait les strates arbustives, buissonnante puis arborescente chaque groupement végétale obéi à un processus de dégradation ou domine la présence ou l'absence espèces fidèles ou prépondérantes qu'il faut réhabiliter car elles constituent l'ossature de la formation végétale.

La dernière partie s'est caractérisée par une analyse du comportement des principales formations végétales avec la détermination de leur variante qui n'est que le reflet et l'identification des espèces les plus fidèles aux formations végétales.

Cette partie nous a permis de recenser les principales espèces ligneuses qui se maintiennent dans toutes le formations végétales quelques soit le type et l'intensité des pressions. Ces espèces n'occupent pas malheureusement une place de choix dans les plantations entreprises et ne sont pas prises en charge lors des interventions sylvicoles que connaissent les peuplements forestiers et rarement les formations végétales. Ces espèces ne sont pas considérées comme des éléments fondamentaux de la végétation ligneuse comme il a été démontré grâce aux rôles qu'elles jouent et peuvent jouer. La prise en charge de ces espèces doit être imposée si on veut réellement assurer une évolution et une pérennité des formations végétales dans leur ensemble.

L'aspect physionomique et structural de la végétation ligneuse face aux agressions de l'homme et de l'animal est indispensable à maîtriser puisqu'elle constitue le reflet de la végétation face aux conditions du milieu et de l'environnement. Physionomie et structure sont étroitement liées à la composition, le dynamisme végétal est un facteur déterminant pour comprendre le comportement de la végétation agressée. De nouvelles approches du point de vue des définitions, des paramètres permettant d'apprécier la physionomie et la structure ont été retenus ainsi que le processus de dégradation des principales formations végétales forestières des étages bioclimatiques semi-aride et subhumide de la région centrale occidentale de l'Algérie. La nomenclature d'identification de la physionomie a été revue en fonction des particularités écologiques de la zone permettent une classification plus objective en conformité avec les conditions du milieu et la réponse de la végétation. La réhabilitation de plusieurs espèces végétales des différentes strates a été mis en relief ainsi que le rôle écologique et économique qu'elles peuvent jouer dans l'évolution et la préservation des diverses formations végétales. Ces espèces ont de tout temps, pour des raisons injustifiables, négligées par les forestiers à tel point que la plupart d'entre elles deviennent des indésirables même si leur action est prépondérante et déterminante dans le processus de dégradation biologique.

« Aspects physionomico- structuraux de la végétation forestière ligneuse face à la pression anthropozoogène dans les

monts de Tlemcen et les monts de Dhaya (Algérie occidentale)

1996

 
 

Les formations végétales même les plus régressives et même celles où dominent des espèces peu intéressantes économiquement (Tetraclinis articulata, Juniperus oxycedrus, Quercus rotondifolia) offrent une production ligneuse non négligeable comparée aux autres espèces classées comme intéressantes.

Arrivés à la fin de ce travail nous espérons avoir atteint les trois objectifs fondamentaux assignés à cette recherche qui nous semblent nécessaires pour une compréhension et une reprise des formations végétales dégradées:

1- Identification des facteurs dégradants avec une évaluation de leur impact et la compréhension du processus de leur action destructive sur la végétation tout en essayant de justifier et de comprendre les causes qui sont à l'origine de ces agressions.

2- Description de la physionomie et de la structure de toutes les formations végétales avec un aperçu sur leur composition floristique tout en déterminant les principaux paramètres qui permettent de faire une description physionomique et structurale de la végétation. Comprendre le processus de dégradation des groupements végétaux contribue à leur apporter une solution par une maîtrise du dynamisme végétal qui préside l'avenir de toutes les formations.

3- L'analyse du comportement des principales formations et des espèces intéressantes constitue une nécessité pour permettre une évolution positive de la végétation.

4- Une nomenclature et une dénomination claire et simple des groupements végétaux permettant une identification des structures où l'outil télédétection pourra être utilisé.

170

172

174

176

178

180

182

« Aspects physionomico- structuraux de la végétation forestière ligneuse face à la pression anthropozoogène dans les

monts de Tlemcen et les monts de Dhaya (Algérie occidentale)

 

1996

 
 

précédent sommaire suivant