WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Relation banque/ PME. Cas des PME de la région Souss Massa Dràa au Maroc

( Télécharger le fichier original )
par Mohamed et Samir ABARGAZ et ABOUDRAR
Université Ibn Zohr d'Agadir - Licence  2012
   Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

Conclusion générale :

Les banques et les PME constituent deux acteurs fondamentaux de l'économie d'un pays, surtout celui qui est en voie de développement dans la mesure où toute décision touchante leurs secteurs affecte directement la santé de l'économie nationale. D'où la nécessité d'une concertation accrue entre ces deux acteurs pour leurs propres intérêts et pour le bon fonctionnement des activités économiques.

A travers l'étude sur le terrain, on a pu remarquer que c'est la relation banque-PME de type fournisseur (la banque)/client (PME) qui est le plus dominant, et que le financement représente le pivot de cette relation.

En effet, les difficultés de financement des PME, ne sont plus dues à un manque de sources et moyens de financement, mais plutôt aux choix à effectuer, et aux facteurs macroéconomiques telles que la crise financière internationale et l'instabilité générale, et qui peuvent entrainer des conséquences sérieuses sur la croissance de cette catégorie d'entreprise, voire même son existence.

Le problème de financement reste l'obstacle principal qui entrave le développement des PME dont un grand nombre échouant dans leurs activités et se trouvant devant la nécessité de changer ou de cesser leur exploitation. Aussi, le coût de crédit est un obstacle principal à la croissance des PME, leur difficulté d'accès au financement étant également un obstacle majeur.

Les banques aujourd'hui reconnaissent l'importance du secteur des PME et se concurrent sur ce secteur, et aussi commencent à comprendre les besoins particuliers et les aspirations des PME. Mais ces banques confrontent également des obstacles à la prestation des services à cette catégorie d'entreprise à savoir, l'absence des informations fiables et crédibles sur cette catégorie d'entreprise, et l'instabilité de l'économie nationale/internationale. Par conséquent, les banques augmentent le seuil des garanties exigées et les taux d'intérêts appliqués pour assurer le remboursement des crédits. Les PME de sa part souffrent de ces procédures qui limitent leurs possibilités d'accéder au financement bancaire.

Les efforts entrepris par les pouvoirs publics, jusqu'à présent, ont permis de consolider l'environnement financier et général des PME. Ils ont aussi favorisé le renforcement des ressources financières bancaires dédiées à la PME grâce à la diversification des produits bancaires, au recours aux lignes de crédits bilatéraux et à la mise en place de fonds de garanties. La mise en place du capital-risque, du crédit bail, du marché boursier et du micro crédit a visé la satisfaction des besoins financiers des PME selon leur niveau de développement.

La relation banque-PME doit, donc se faire sur une confiance réciproque et une volonté de trouver ensemble la meilleure solution pour garantir la réussite de cette relation. Il faudra par ailleurs que l'entreprise accepte de jouer le jeu de la franchise et de la transparence donnant au banquier toute information dont il a besoin. Les PME représentent en effet une part importante de la clientèle des banques. De sa part, la banque doit s'intéresser de plus en plus au secteur des PME, en cherchant à répondre le mieux possible à leurs besoins et à leurs attentes.

précédent sommaire suivant