WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Pratiques de responsabilité sociale des entreprises industrielles au Cameroun

( Télécharger le fichier original )
par Joseph Herman TIONA WAMBA
Université de Douala Cameroun -  Diplôme de professeur d'enseignement technique grade 2 ( DIPET II ) 2009
  

précédent sommaire suivant

I - 3 - 6 - La théorie Conventionnaliste : l'ancrage de la RSE dans les pratiques

quotidiennes de l'entreprise

Selon E. PERSAIS (2007)4(*) la responsabilité sociétale de l'entreprise relève avant tout d'une convention entre acteurs. L'approche conventionnelle, décrite plus comme un mouvement d'idées qu'une théorie unifiée (Rojot, 2003) définit la nécessité de l'existence de conventions entre les acteurs d'une organisation commune afin de permettre l'action collective. Ces conventions ont pour principal inconvénient qu'elles reposent sur des fondements théoriques (en particulier philosophiques) et non sur des principes pratiques. La théorie des conventions se propose d'aller au delà des aspects légaux et volontaires de la RSE pour concevoir la RSE comme un phénomène naturel.

En effet, E. Persais (2007) souligne que la théorie des conventions relève en partie de l'implicite : la vie en société n'est et ne peut être totalement régulée (i.e. régie par des lois, des règlements ou des contrats).... Un certain nombre de règles implicites opèrent souvent sans que nous nous en apercevions, voire même que nous en ayons, à un moment ou à un autre, discuté les fondements. Ces règles qui relèvent du savoir-vivre, contribuent à une amélioration de la vie en société. On retrouve des exemples pratiques assez mitigés de cette théorie dans le contexte camerounais (le sponsoring par MTN du championnat camerounais de football ; la mise à la disposition du grand public d'un puits d'eau potable par Sic Cacao ; les forages des Brasseries et de Guinness et bien d'autres oeuvres caritatives), mitigés par ce que à cheval entre la stratégie de rentabilité à long terme de l'entreprise et son savoir-vivre.

En bref, le modèle conventionnaliste de la RSE est susceptible de concerner deux aspects de la gestion de l'entreprise : la mise en oeuvre de la RSE au quotidien et la perception qu'ont les parties prenantes du comportement sociétal de l'entreprise.

I - 3 - 7 - La théorie Evolutionniste : les routines organisationnelles face à la RSE

Les idées de la théorie évolutionniste en sciences de la nature ont été reprises et appliquées en sciences de gestion. L'approche orthodoxe (néo classique) ne réussissant pas à appréhender de manière satisfaisante l'évolution du progrès et de la technique au sein des firmes, qu'elle décrit comme un processus continu et régulier alors que des travaux empiriques illustrent son caractère discontinu et par grappes. Nelson et Winter (Ibert, 2002) décident alors de reconstruire une théorie en se basant sur la rationalité limitée de Simon et la théorie de l'innovation. Le niveau d'analyse qui va être privilégié est celui des routines organisationnelles (semblables aux conventions) qui vont déterminer le comportement de la firme en fonction de variables externes multiples (conditions de marché principalement) à travers le processus de recherche d'innovations et de sélection de l'environnement. Sans rentrer dans les subtilités de la théorie évolutionniste en distinguant les contributions de Darwin, Lamarck et Spencer la performance organisationnelle est déterminée par la capacité des organisations à détenir les routines organisationnelles requises pour passer la sélection imposée par l'environnement (Heilbrunn, 2004).

Appliqué à la RSE, si l'exigence de labellisation sociale, comportements socialement responsables des entreprises de la part des consommateurs, des pouvoirs publics (de l'environnement en général) venait à s'intensifier, seules les organisations ayant développé les routines organisationnelles nécessaires survivraient et passeraient le cap de la sélection imposée par l'environnement.

* 4 Eric PERSAIS (2007), La RSE est-elle une question de convention ? Lavoisier, Paris, p 79 - 95.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.