WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Incidence du développement de la bancarisation et libéralisation financière en république démocratique du Congo de 1998 à  2008

( Télécharger le fichier original )
par Blaise MUTOMBO MUTOMBO
Université protestante au Congo - Licence en finances, banque et assurances 0000
  

sommaire suivant

INTRODUCTION GENERALE

1. ETAT DE QUESTION

Le système financier ou bancaire est un thème clé de l'économie qui ne cesse d'attirer l'attention des chercheurs. Beaucoup d'acteurs ont mené leur investigation sur le rôle que joue ce secteur dans la croissance de l'économie d'un pays. C'est ainsi que nous allons citer à titre d'exemple quelques personnes qui nous ont précédé dans ce domaine.

C'est le cas de Mademoiselle SELUWA BINTI NURA Nadège qui a traité « le système bancaire (les banques) congolais en matière de financement avec les petites et les moyennes entreprise » de 1998 à nos jours.

Sa préoccupation était de définir les conditions d'un système bancaire capable d'entrainer le développement économique en général et mettre en place des stratégies pour le financement harmonieux de PME/PMI par le système bancaire.

Elle a constaté, après son investigation, que le système bancaire dont le rôle essentiel est de collecter l'argent auprès de déposants ne jouait plus ce rôle aujourd'hui en raison de plusieurs contraintes liées essentiellement à l'environnement macroéconomique. Du côté de PME/PMI, qui est reconnue universellement comme le socle principal du développement économique, le système ne sait pas jouer son rôle de socle de l'économie nationale en raison de la pénurie des moyens financiers nécessaires à son développement.

Toujours dans ce cadre, nous pensons quant à nous que le cadre institutionnel existant dans notre pays n'est pas valable et ne répond pas convenablement pour qu'elles deviennent effectivement le moteur du développement économique. A ce sujet, elle pense que les nouvelles mesures monétaires et financières prises par les Pouvoirs Publics par le biais de la BCC (son conseillé économique et financier) pourraient contribuer à faire revenir la confiance vis-à-vis du système bancaire national et assurer son rôle de financement de l'économie.

Dans le même ordre d'idée, Mademoiselle BAUDUINE KAMAYANJA a élargi l'analyse en abordant une étude portant sur la «  libéralisation financière et le développement de l'intermédiation financière au RWANDA de 1995 à 2007.

Elle a analysé le phénomène de mutation financière, et le moteur de son développement tout en démontrant comment la libéralisation financière s'est manifestée au RWANDA ; et de son incidence sur la sphère financière spécialement sur les activités bancaires.

Conformément aux hypothèses émises, la libéralisation financière a amenée la Banque Centrale a libéralisé le taux d'intérêt qui se négocie dorénavant entre le client et sa banque. Ensuite, la Banque Centrale à initié les réserves obligatoires comme instrument de la politique monétaire. Les Bons du Trésor ont été introduits sur le marché monétaire et les banques ont été restructurées. Et en deuxième lieu, cette situation a poussé les banques commerciales à diversifier les modalités de financement et à baissr le taux d'intérêt d'autant plus que la concurrence est devenue rude entre elles.

Ainsi, nous aussi, nous sommes intéressés à analyser le thème ci-après : « l'incidence du développement de la bancarisation et la libéralisation financière en République Démocratique du Congo », de 1998 à 2008. Les principaux objectifs de notre étude sont de:

a) montrer l'incidence du développement de bancarisation sur la relance de la croissance économique de la RDC;

b) évoquer les entraves au développement de la bancarisation, ainsi que les stratégies pour augmenter son taux;

c) montrer l'incidence de la libéralisation financière sur le développement des activités bancaires et sur la relance de la croissance économique de la RDC.

sommaire suivant