WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La culture de l'igname ( Dioscorea sp ) et sa valeur sociale, culturelle et économique dans le canton de Dimori en pays Bassar au Togo


par Bassa KPAKPADJA
Université de Lomé Togo - Maitrise en lettres et sciences humaines 2011
  

précédent sommaire suivant

1.1.2- Des sols relativement riches et propices à la culture du Dioscorea sp

On distingue trois types de sol : les sols ferrugineux tropicaux, des sols peu évolués d'érosion puis des sols hydromorphes.

- les sols ferrugineux tropicaux

Toute la plaine de Dimori est couverte de sols ferrugineux tropicaux sans éléments grossiers. Ces sols se localisent particulièrement au niveau de Kankpal et le Sud-ouest de Dimori.

On y trouve également des sols ferrugineux tropicaux lessivés pauvres contenants des éléments grossiers aux altitudes du piedmont de la colline isolée et dans certaines vallées.

- les sols peu évolués d'érosion

Les sols peu évolués s'observent sur la bordure occidentale de la Katcha et sont développés sur des cuirasses ferrugineuses. Ces sols sont peu profond et offrent de bonnes terres pour la culture du Dioscorea sp.

- les sols hydromorphes

Les sols hydromorphes s'observent dans les dépressions (Kountoum) puis dans les vallées comme Tchébou, Linatagnande, Bikpadjab comme le montre la carte n°3. Ces sols durcissent pendant la saison sèche entraînant l'assèchement des cours d'eau et des ruisseaux.

Carte n°3 : type de sols de la région de Dimori

Source : Extrait de la carte pédologique de la Région de Bassar, 2011.

Dans l'ensemble, Dimori est une zone à sols variés. Cependant, on note une prédominance de sols gravillonnaires de faibles profondeurs qui se situent le long de la zone et principalement au niveau du village de Dimori. On note aussi l'importance des sols sablo argileux avec des horizons appauvris au niveau Bissanbotibe, Linatagbande et autres.

Ces sols sont nourris et arrosés par une végétation et des cours d'eau.

1.1.3- Des cours d'eau avec une végétation de savane

Le réseau hydrographique est relativement lâche. Deux cours d'eau arrosent la localité (la Tankpa et la Katcha). Le plus important est la Katcha qui sert de frontière avec le canton de Bassar. D'orientation Nord-Sud, la Katcha prend sa source dans les monts du Togo à l'Est de Bangeli, traverse la plaine puis se jette un peu plus loin au-delà du canton dans le Mô (un affluent de l'Oti). Compte tenu du régime irrégulier des cours d'eau, la pénurie d'eau est surtout ressentie en saison sèche.

Le reseau hydrographique est lâche, cependant, on note quelques cours d'eau saisonniers de moindre importance, tels Kankassi et Boèdem qui sont des affluents de la rive gauche de la Katcha, puis d'autres comme Nabolé, Yam, Bonim, Yadji-bobeki, Kpaskou etc.

Ces cours d'eau sont couverts par une végétation savanienne. En effet, Bassar et son arrière pays (Dimori) disposent d'une végétation de savane soudanienne.

Autrefois, Dimori avait une végétation de foret dense. Suite aux changements climatiques associés aux effets anthropiques, cette végétation est passée d'une forêt primitive à une savane arborée.

Ainsi à Dimori, le paysage se dégrade suivant la topographie. On passe de la savane boisée depuis les versants de collines à la savane arborée de la plaine. Dans la savane boisée, la densité des arbres est importante (environ 70 % du recouvrement). On parle aussi de forêt claire. Par contre la savane est marquée par un faible taux de recouvrement en arbre (30 % environ).

Quant à la strate herbacée, elle est importante pendant la saison des pluies puis complètement détruite pendant la saison sèche par les feux de brousse. On y rencontre des forêts le long de la Katcha, d'autres cours d'eau puis dans certaines vallées.

Les principales espèces végétales sont : le Néré (Parkia Clappertoniana), le Karité (Vitellaria Paradoxa), le Baobab (Andansonia Digitata), le Teck (Tectona Grandis), le Palmier à Huile (Elaeis Guineensis), le Rônier (Borassus Aethiopum), le Manguier (Manguifera Indica) et le Kapokier (Ceiba Pentendra).

Ces espèces végétales sont protégées par les paysans en raison de leur utilité médecinale et surtout alimentaire. Les sols agricoles par excellence se reconnaissent par le type de végétation qu'il porte ; ainsi, les sols sur lesquels se développe le Vêne (Pterocarpus Erinaccus) sont des sols meubles propices à la confection des buttes.

précédent sommaire suivant