WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La conception cartésienne de léhomme selon René Descartes

( Télécharger le fichier original )
par Placide IPAN MOLOUASHUNI
Institut supérieur de philosophie Saint-Joseph MUKASA Yaoundé Cameroun - Baccalauréat 2011
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

DEDICACE

A vous mon père IPAN MONSHAJIMA,

ma mère MODIRI Thèrese,

mes frères IPAN MONSHAJIMA Pyra et BRACK Sedard,

mes soeurs IPAN Francine, IPAN Violette et BRACK Hermine,

auprès de qui j'ai appris la douceur, l'affection, le savoir vivre et la générosité.

Je dédie ce travail !

REMERCIEMENTS

Au terme de notre premier cycle de philosophie, à l'Institut de philosophie Saint-Joseph-Mukasa, nous voulons remercier toutes les personnes de bonne volonté qui nous ont soutenu matériellement, moralement et spirituellement.

Nous tenons à exprimer notre gratitude, la plus profonde à Soeur NGONO AZO'O Marie Brigitte pour la direction et le suivi attentif de ce travail. A travers elle, que tout le corps professoral de cet Institut trouve ici notre reconnaissance car, grâce à leurs enseignements, nous nous sentons aujourd'hui projeté dans un univers sapientiel qui n'est accessible qu'au groupe des initiés dont nous faisons partie avec la présentation de la présente dissertation.

La même gratitude va à titre spécial aux Oblats de Marie Immaculée de la province du Congo.

Nous exprimons également toute notre gratitude à la communauté de la maison Yves-PLUMEY particulièrement aux formateurs pour leur soutien intellectuel, spirituel et matériel ; aux scolastiques et surtout à nos promotionnaires.

Nous tenons enfin, à dire notre sincère reconnaissance à tous ceux et celles qui nous ont, de près ou de loin, soutenu tout au long de ce travail en l'occurrence le père Noël DOOLALILA et nos co-novices.

A vous qui allez lire ce travail, nous disons d'avance notre remerciement pour votre indulgence et vos encouragements.

INTRODUCTION

Les philosophes ont depuis des siècles réfléchi sur le problème de la connaissance de soi. Celle-ci résulte d'une interrogation. L'homme qui veut répondre à son destin doit constamment s'interroger sur lui-même, se demander ce qu'il est, d'où il vient et où il va. Il n'existe pas de réponse qui puisse le satisfaire, c'est pourquoi, à toutes les étapes de sa vie, il se pose sans cesse le problème de son origine, de son destin, de sa mesure d'homme, etc.

Cependant, chacun des philosophes, dans sa démarche, introduit une nouveauté et même à la rigueur, contredit ses prédécesseurs en rectifiant ce qui paraît être une erreur. Ainsi, la pensée pré-kantienne, connaît deux réponses opposées : le rationalisme et l'empirisme et celle de René Descartes se préocupe de la correspondance entre nos représentations (idées) et les réalités externes. La vérité conçue comme la conformité de nos idées avec les choses extérieures. Bref, ce débat autour de la connaissance de soi reste actuel si bien qu'à chaque époque s'élèvent des hommes intellectuellement armés pour en parler.

Comme « Archimède, [...] pour tirer le globe terrestre de sa place et le transporter en un autre lieu, ne demandait rien qu'un point qui fût ferme et immobile »1(*), René Descartes commencera donc sa philosophie en demandant un seul point qui soit vrai afin de bâtir son système philosophique et en trouvant cette seule certitude, « je pense donc je suis» dans sa deuxième Méditations métaphysiques, il commence sa recherche de la vérité sur la connaissance. Cette recherche l'amènera à examiner la relation qui existe entre l'âme et le corps et ce qu'est l'homme, qui fait l'objet de notre travail. Mieux, pouvons-nous observer l'homme dans des conditions qui permettent de le décrire exactement, précisément, comme le botaniste observe une cellule vivante ou comme l'astronome observe le mouvement du ciel ? Pouvons-nous entrevoir une méthode qui permettrait d'aborder avec quelque chance de succès l'étude de l'homme  composé de deux substances (l'âme et le corps) comme le pense René Descartes et y a-t-il moyen de parler en termes de l'homme par connaissance exacte de lui-même ? Bref qu'est-ce que l'homme dans la conception cartésienne ?

La chose peut paraître aisée à première vue mais, à y regarder de près, la route est hérissée d'obstacles. Ainsi, nous examinerons la conception cartésienne de l'homme en trois chapitres. Dans le premier, il sera question d'un regard préliminaire sur l'homme chez René Descartes. Sans vouloir entrer dans les détails, nous retiendrons quelques éléments susceptibles d'éclairer notre lanterne à ce sujet. (Nous pensons à la vie et oeuvres de René Descartes, la distinction entre l'âme et le corps, l'union de l'âme et du corps et la connaissance de l'existence de Dieu.) Dans le deuxième chapitre, nous tenterons de dégager la problématique de la méthode cartésienne dans la recherche de la certitude : le constat du désordre dans les sciences, le doute méthodique, la vérité fondamentale du cogito et l'existentialisme cartesien. Enfin, nous axerons le troisième chapitre sur l'impact de la pensée cartésienne dans le domaine scientifique : le lien entre le cogito et la révolution scientifique, la théorie occasionaliste, l'athéisme et la connaissance phénoménologique d'Husserl.

* 1 René DESCARTES, Méditations métaphysiques, Ed. Printed, France, 1950, p.33.

sommaire suivant