WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse du transfert d'argent par les sociétés de télécommunications partenaires des agences de transfert


par Espoir KUBUYA
Université du CEPROMAD RDC - Licence 2013
  

précédent sommaire suivant

2. Problématique

Pour mieux appréhender la problématique de ce travail, il convient de définir ce concept afin de donner une idée générale du sujet à traiter scientifiquement. La problématique est un ensemble de questions qu'une science ou une philosophie se pose relativement à un domaine particulier.

La problématique appréhendée comme un cadre réflexionel est l'art d'élaborer et de poser directement les problèmes en vue de les résoudre suivant un plan précis d'approche scientifique ou philosophique. Elle est l'approche ou la perspective théorique que l'on décide d'adopter pour traiter le problème posé par la question de départ. Elle constitue une composante essentielle dans la préparation d'un travail scientifique.

Ce travail serait sans effet s'il ne fixe pas l'objectif à fin de répondre à un ensemble des questions que peut se poser tout chercheur averti sur un sujet donné.

Ainsi, par le concept « problématique » on entend d'interrogation, que pose une discipline ou que se pose un chercheur autour d'un problème. Il s'agit pour le chercheur une solution à un problème précis.

Dans tous les cas, la problématique demeure une inquiétude qui provoque la curiosité du chercheur à dessein de comprendre, d'expliquer ou d'interpréter les faits qui se présentent comme un problème à résoudre. C'est l'art de poser des bonnes questions. En effet, la majeure préoccupation du siècle en cours semble être le développement. Ainsi donc, de par ses connaissances et son évolution, l'homme conçoit souvent l'idée d'améliorer ses conditions de vie par rapport au passé.

Ceci fait que différents auteurs, économistes et hommes politique, ne parlent que du développement. De ce fait, les tendances sont divergentes selon que l'on se trouve dans un domaine plutôt que dans un autre. Politique, sociologiques, économiques, national, régional, etc.

Mais comment y parvenir ? C'est la question importante que se posent les chercheurs et les hommes soucient du développement. Tandis que les uns croient qu'il fallait solliciter des aides étrangères, les autres disent qu'il faut la prise de conscience et l'analyse efficace des ressources dont on dispose en vue d'aboutir à un changement souhaité. L'importance du transfert d'argent est qu'il permet généralement à faire référence à l'un des modes de paiement scripturaux ou à l'un des systèmes de paiement suivants:

Le virement bancaire, un transfert de fonds entre deux comptes bancaires, dans la même banque ou entre deux banques différentes;

Transfert électronique de fonds, un terme générique utilisé principalement pour désigner les paiements par carte bancaire;

Virement de fonds par courriel, un virement bancaire en ligne entre les banques canadiennes;

Giro, également connu comme le dépôt direct;

Transfert d'argent par téléphone mobile

Des services bancaires désormais plus accessibles grâce aux opérateurs téléphoniques, dans les pays africains les plus pauvres, on compte davantage de téléphones portables que de comptes bancaires. Rien d'étonnant donc à ce que les opérateurs téléphoniques s'intéressent de près au virement de fonds par téléphone portable. Une alternative peu coûteuse, efficace et sûre, qui permet aux travailleurs émigrés d'envoyer de l'argent à leur famille restée au pays sans avoir à passer par les sociétés de transfert de fonds ou par des connaissances rentrant chez elles [voir Afrique Renouveau , octobre 2005].

L'argent peut être acheminé rapidement, même vers les régions les plus reculées. Il suffit que le destinataire ait accès à un portable ou puisse se rendre dans un centre de paiement. Ce marché devrait être très rentable, estime Pieter Verkade, cadre de la société de télécommunication MTN.

La technologie commence à s'implanter, en particulier dans les pays où les sociétés de transfert de fonds prélèvent des commissions élevées. L'opérateur kenyan Safaricom et le Britannique Vodafone ont ouvert la voie en 2007 en lançant M-Pesa (M pour « mobile » et pesa signifiant « argent » en kiswahili). Initialement limité au Kenya, M-Pesa s'est depuis internationalisé, auprès notamment de Kenyans vivant au Royaume-Uni. L'essor des services bancaires par téléphone mobile sur le marché kenyan, où M-Pesa occupe une position dominante, a été rapide. Fin 2010, quatre opérateurs comptaient plus de 15,4 millions d'abonnés (soit plus de la moitié de la population adulte du pays).

La croissance rapide de M-Pesa est d'autant plus surprenante que ce service au départ, été « ignoré par les établissements financiers », se souvient Bernard Matthewman, directeur général de Paynet, qui a développé pour M-Pesa un logiciel permettant d'utiliser les guichets automatiques sans carte. L'une des premières difficultés a consisté à convaincre les banques que les populations rurales constituaient une clientèle potentielle. « Et surtout, explique M. Matthewman, en lançant le service sans carte, il a fallu mener une campagne d'information. »

Du côté des utilisateurs, peu de personnes s'étaient déjà servi d'un distributeur de billets de banque, et encore moins sans carte. Pourtant, une transaction sans carte n'a rien de compliqué. Il suffit d'envoyer par SMS au destinataire un code secret, qui reste actif pendant quelques heures. Cette facilité d'emploi explique sans doute le succès immédiat du service M-Pesa. Peu après son lancement, les transferts de fonds reçus par cette méthode ont atteint une valeur totale de 100 millions de dollars.

Les transactions d'argent par téléphone portable pour des transferts de fonds et le paiement de salaire peuvent influencer négativement les revenus des sociétés de transfert d'argent et cela permet de localiser l'efficacité de transfert d'argent par les sociétés de télécommunication par rapport aux agences de transfert des fonds.

Eu égard de ce qui précède, quelques questions ont bien attiré notre attention à savoir :

Quelles sont les difficultés financières majeures rencontrées par les sociétés de télécommunication en transférant l'argent par téléphone ?

Quelles sont les retombées de transfert d'argent par les sociétés de télécommunication sur les activités des agences de transfert d'argent?

Voila en peu des lignes les questions fondamentales auxquelles nous allons tenter de répondre dans la présente étude.

précédent sommaire suivant