WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution à  l'étude d'impact de l'exploitation du gisement ferrifère de la mine de l'Ouenza sur l'environnement ( Algérie )

( Télécharger le fichier original )
par Souad NARSIS
Université Badji Mokhtar Annaba, Algérie - Magistère (Ecole doctorale) 2012
  

précédent sommaire suivant

3 .2 .Effets de l'exploitation du gisement ferrifère de l'Ouenza sur l'environnement et sur la santé humaine :

La plupart des composantes de l'environnement peuvent être affectées lors de la réalisation des activités reliées à un projet minier. En effet même si la population est sans contredit la première composante affectée, l'eau, le sol, l'air, la végétation, la faune et le paysage seront touchés avec plus ou moins d'impact selon la dimension du site.

Les impacts susceptibles d'être générés par l'exploitation de cette mine sont comme suit :

Ø Les nuisances de tir :

Les responsables de la mine affirment que les tirs se font selon les normes, mais les riverains ont constaté que les maisons sont fissurées et que les fissurent augmentent chaque jour, bien que les tirs ont depuis sa création font partie du quotidien de la population de l'Ouenza.

Les principales nuisances liées au tir des mines :

- Les vibrations liées à la déformation élastique des matériaux.

- Les projections.

- Le bruit ou énergie acoustique.

- La projection de gaz résiduel toxique.

- Les poussières.

- Nuisances physiologiques.

Ø Nuisances sonores :

Dans une mine on peut distinguer :

ü Les émissions sonores dues au matériel de chantier provoquant un niveau de bruit relativement continu et répétitif.

ü Les émissions sonores impulsives et brèves, de valeur beaucoup plus forte généralement.

ü Les émissions sonores provoquées par les engins de transport du minerai et de stérile.

Il est admis que l'utilisation des engins (bulls, camions, chargeurs...) va sans doute générer du bruit audible pour le voisinage. Le niveau de celui-ci sera proportionnel au rythme de travail soutenu et au nombre d'engins travaillant en simultanéité.

Les bruits peuvent provoquer des perturbations psychosomatiques notamment chez le personnel en chantier et risque de détériorer le système d'audition.

Ø Effets de vides créés par les travaux d'exploitation :

L'extraction des substances naturelles nécessitera l'intervention de l'homme sur la configuration initiale de la nature qui est caractérisée par la création des vides que ce qui est à ciel ouvert (fosse) ou souterrains (ouvrages miniers et chambres vides).

Ce changement au niveau de l'état initial du site minier, outre l'intérêt industriel économique d'extraction des substances utiles à un impact négatif sur l'environnement qui se traduit comme suit :

1. Impact sur la faune et la fore existante avant l'exploitation.

2. Impact sur le paysage naturel initial de la région du site.

3. Impact sur les nappes d'eaux souterraines, en cas de la région du site.

4. Impact sur le réseau hydrique de surface.

5. Impact sur la stabilité du terrain (glissement, fissuration et affaissement).

6. Impact sur la sécurité des personnes et des espèces animales.

7. Impact sur la stabilité des constructions, ouvrages d'art, route...etc. situé dans la limite de la zone d'affaissement.

- Impact des installations sur l'environnement :

-Incidences : 

D'une façon générale, l'incidence des activités des installations minières sur l'environnement se présente sous les formes suivantes :

Ø Pollution des eaux et des sols ;

Ø Émission de poussières,

Ø Nuisances sonores,

Ø Valorisation des résidus ou évacuation des déchets

Ø Émissions gazeuses :

Véhicules, pollution, contamination de l'atmosphère liée à un trafic routier intense, provoquée principalement par la combustion de combustibles fossiles (en particulier de pétrole sous forme d'essence et de diesel).

La pollution qui est due au trafic intense au niveau des pistes de roulage reliant les différents quartiers de la mine, est une source d'inquiétude. L'absence de la mise en place d'un système de suivi des indices de pollution. Les conditions les plus défavorables surviennent lorsqu'un trafic important coïncide avec un temps chaud et sans vent, en particulier à l'intérieur même des véhicules, ces derniers recevant l'air pollué des véhicules qui les précèdent. (Cheriet.F, 2009)

La pollution diminue très rapidement dès que l'on s'éloigne de la piste de roulage, surtout s'il y a du vent, même faible. Outre l'inhalation des polluants qui peut nuire gravement à la santé, la pollution des véhicules pose un autre problème d'environnement. En effet, certains de ces produits chimiques libérés réagissent entre eux et produisent de faibles quantités d'Ozone. L'Ozone contribue lui aussi au réchauffement de la planète, et constitue l'une des causes des pluies acides qui détruisent la végétation, dans des régions parfois très éloignées de la source d'émission. La circulation des engins génère des pollutions atmosphériques par le dégagement des gaz d'échappement tels que le monoxyde et le dioxyde de carbone et les oxydes de soufres qui viennent s'ajouter en période sèche aux poussières. La dilution des polluants dans l'atmosphère est assez rapide vu qu'il ne s'agit pas d'un milieu fermé. (Cheriet.F, 2009)

Ø Enquête de gène du voisinage :

Il est à signaler qu'au niveau de la mine de l'Ouenza, les principales sources d'émissions gazeuses qui ont un impact négatif sur le voisinage. Les cités qui sont limitrophes aux axes des pistes de roulages sont exposées journellement aux sources de nuisances d'émissions gazeuses et les répercussions néfastes sur leur état de santé et d'une manière générale sur la qualité de vie.

Les concentrations d'émissions gazeuses ne sont pas, bien sûre, permanentes; elles varient de façon aléatoire en fonction du climat, du sens de circulation des vents dominants locaux et saisonniers et en fonction de la densité du trafic durant le premier poste et le deuxième poste de production.

Parmi les principaux postes de travail qui sont sources d'émanation de poussière ponctuelles :

1. Lors du concassage du minerai de fer

2. Lors du convoyage par bande transporteuse

3. Au niveau des trémies de réception et au niveau de la gare de chargement

4. Rames des wagons chargés

5. Lors du trafic intense des engins (chargement, transport et terrassement)

· Les poussières :

La poussière pose un problème très crucial aux habitations avoisinantes et au niveau personnel activant au niveau de la carrière.

Le mouvement permanant des équipements et engins de carrière et de la station de concassage émet des poussières d'une grande densité.

Ø Effet des poussières :

La terre et son atmosphère constituent un système presque parfaitement clos qui est la niche écologique commune à tous les êtres vivants. Ces derniers sont sensibles à tous les changements anormaux de la composition de la biosphère. Une augmentation plus forte entraine une morbidité puis une mortalité croissante. (Beggari.N & al ; 2010)

- Les effets des poussières sont multiples à savoir :

1. Effets sur la santé humaine :

Il s'agit d'une maladie professionnelle et c'est une affection broncho-pulmonaire, provoquée par l'inhalation de poussières de silice. Le travail dans les mines (creusement des galeries) expose particulièrement au risque de la silicose. (LAROUSSE, 1976)

Tableau 6 : Concentration des poussières dans certains postes de travail de la mine.

Unité

Lieu de

Prélèvement

Poste de travail

Concentration moyenne des poussières (mg/m)

Total Respirable

O

U

E

N

Z

A

1. Concasseur

2. La navette

(la bande)

3. Quartier 06 mai

4. Chargement sur train

Ø Surveillance de l'installation

Ø Concasseuriste

Ø Conducteur de navette

Ø Sondeur

Ø Poste de manipulation

09.60 07.18

11.13 08.32

07.25 05.42

06.91 05.16

10.61 07.93

(CHERIET.F, 2009)

Les résultats de prélèvement affichés sur le tableau précédent (Tableau n°7), montrent que les lieux de prélèvements représentent des sources d'émission de poussières respirables, dépassent les valeurs des seuils limites arrêtés par la norme sanitaire connus universellement.

Donc, les agents affectés aux lieux cités en dessus sont les plus exposés aux risques des maladies liées à la poussière (pneumoconiose) comme le montre les résultats dans le Tableau n°8 des agents silicosés au niveau de la mine (1992-2002).

Tableau 7: Le nombre d'agents silicolisés au niveau de la mine de l'Ouenza, déclaré par le médecin de travail de la mine (CHEREIT.F, 2009) :

Année

Nombre d'agents

Nature de la maladie

1992

39

Silicose

1993

09

Silicose

1994

25

Silicose

1995

17

Silicose

1996

08

Silicose

1997

07

Silicose

1998

05

Silicose

1999

02

Silicose

2000

23

Silicose

2001

25

Silicose

Début 2002

24

Silicose

2. Effets sur le paysage :

Étant installée dans une région dont la nature du sol est à caractère marginal et apparente sur la route nationale n°82 coté Sud-est, l'unité de traitement mécanique du minerai de fer est considérée comme source de nuisance pour les habitants de la ville de l'Ouenza. (Dubourdieu, 1956 ; Chain.R, 2006)

L'effet des poussières en général sur les constructions consiste en une altération et dégradation superficielle qui se traduit par une exfoliation successive des croûtes d'altération par transformation du matériau en produits sableux et friables et se manifeste par la dégradation de l'état de surface par dépôt d'une couche de poussière rougeâtre sur des routes, trottoirs, ouvrages, murs et toits des constructions et une dégradation nette du paysage d'une manière général. Ces effets sont enregistrés au niveau du village de l'Ouenza surtout dans les bâtiments avoisinants la mine.

Souvent, on enregistre des pannes de certains organes et machines dues à l'accumulation des poussières fines ce qui diminue leur disponibilité et leur productivité

251657728

Figure 3 : Etat de dégradation des constructions.

3. Effet sur le tourisme :

Il est évident, qu'une région minière en activité, n'encourage et n'attire pas toute réflexion dans le domaine du tourisme, et ce due à l'existence d'une atmosphère polluée par la poussière et autre. L'inexistence des patrimoines culturels importants et autres dans la région, reporte toute réflexion dans le domaine du tourisme.

3. Pollution des eaux et des sols :

L'alimentation en eau du site provient de la station de pompage de Souda à hauteur de 4459m3/an environ. La majeur partie de l'eau consommée est employée pour les besoins de lavage, arrosage et domestique. Elle ne donne lieu à aucun rejet, 700m3 environ sont utilisés à es usages sanitaires et environ 3759 m 3 à des activités de lavage de véhicules et arrosage des pistes et domestique. (CHERIET. F, 2009)

La zone étant reliée au système d'assainissement collectif de la commune de l'Ouenza les rejets y sont évacués. Les eaux pluviales des toitures ne sont pas collectées, elles sont orientées en direct vers la nature.

Le rejet des eaux de lavage, les huiles de vidanges, les carburants et les solvants d'entretien, entraine une pollution à long terme des nappes. Ces polluants pouvant avoir une vitesse de progression dans le sol de l'ordre de 10 fois celle de l'eau.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.