WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Télévision haà»tienne par càóble et couleur locale ( la télé Haà»ti )

( Télécharger le fichier original )
par Joêl Lorquet
Université d'état d'Haà»ti faculté des sciences humaines - Licence en sciences de la communication collective et du journalisme 1999
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

a) A Télé Haïti:

- Les responsables de la Téle Haïti devraient s'engager dans la production facile ou à bon marché en filmant avec deux caméras au moins, les différentes manifestations culturelles, notamment les festivals, spectacles de variétés, pièces de théâtres, danses, conférences, etc.

- Ils devraient chercher par tous les moyens à augmenter le nombre d'émissions locales. Le sondage réalisé en septembre 1998 par l'Agence Internationale de Sondages partageait les commentaires suivants dans le chapitre intitulé Les Télévisions les plus suivies: «Télé Haïti vient aujourd'hui après TELEMAX et la TNH. Cette chaîne de belle facture sur le câble et qui appartient à une Française doit rajeunir sa programmation, estiment de nombreuses personnes interrogées contrairement aux deux autres chaînes précitées elle reste trop branchée sur les programmes captés à partir des satellites américains. Ce qui représente un danger pour l'avenir face à des clients locaux que la démocratisation des antennes paraboliques a rendu autonome depuis déjà 10 ans. Le réseau par câble étant un monopole il lui reste toujours une écoute sui-généris. Elle domine le spectre radioélectrique audiovisuel avec une multitude de chaînes qui lui ont été légalement octroyées par le CONATEL».43(*)

- Les dirigeants de la Télé Haïti pourraient également créer plus d'émissions dans le stye de dialogue, table-ronde, débats, etc sur des sujets d'intérêts communs.

- Entretenir une collaboration avec les stations de télévision des villes de province et de la diaspora haitienne des Etats-Unis, du Canada, de la France, de la Belgique, de la Suisse, etc.

- Faire des échanges avec certaines stations des Antilles françaises et de l'Afrique francophone en vue d'augmenter les émissions dont le contenu serait culturellement rapproché d'Haïti.

- Augmenter les équipes de tournage.

- Disposer de facilités techniques permettant de couvrir certains événements en direct.

A signaler toutefois qu'au moment ou nous achevons ce mémoire de sortie, la Télé Haïti vient d'obtenir du CONATEL l'autorisation d'émettre sur ondes VHF à partir de la chaîne 2 pendant 12 heures par jour. Elle envisage de ce fait de constituer une chaîne éducative sous la dénomination de «La 2 S.A.» En conséquence, de concert avec la Fondation Haitienne pour la Formation à Distance et le Développement (FOHFADD), les responsables travaillent en vue de l'élaboration d'une série d'émissions éducatives orientées principalement vers la formation à distance. Des documentaires sur des thèmes variés tels que l'histoire, la géographie, la théologie, l'environnement la santé, etc. devraient être les thèmes prioritaires. A signaler que la FOHFADD est une organisation regroupant plusieurs spécialistes en pédagogie, en éducation et en communication, intéressés à la formation à distance. L'avenir dira si Télé Haïti aura gagné ce pari.

Si nous avons formulé nos recommandations aux responsables de la télévision privée par câble d'Haïti Télé Haïti, nous ne saurions être objectif sans faire des proposotions également à l'Etat haïtien.

LE ROLE DE L'ETAT

Pour encourager la production locale

Le producteur Claude Mancuso fait remarquer que toutes les ressources nécessaires sont disponibles en Haïti en vue d'enrichir la production locale, cependant la situation économique constitue un handicap majeur, en ce sens que les producteurs ne peuvent pas trouver le support adéquat à la concrétisation de leurs projets. M. Mancuso espère qu'avec les nouvelles stations de télévision et de radio-télévision qui existent actuellement à travers le pays (elles sont au nombre de 29 au moins), on observera une plus grande demande de production indépendante, ce qui sera favorable à l'expansion de la production locale.

Pour encourager la production locale, il faudrait d'abord créer des structures visant à la formation sérieuse d'acteurs, de dramaturges, de cinéastes, de metteurs en scène etc. à travers la création d'une école comme cela se pratique à l'Institut de Cinématographie française. Ces talents professionnels une fois disponibles joints à ceux-là qui oeuvraient déjà sur le terrain, il faudrait maintenant des sponsors intéressés à subventionner ou encourager la production locale. Bref, il faudrait un vrai Ministère de la Culture qui serait prêt à assumer son rôle de promoteur de la culture haïtienne en général et dans tous ses aspects et de protecteur des artistes en général.

Un renforcement de la production locale à travers la réalisation d'une série de films haïtiens ne permettrait pas de faire la concurrence mais au moins d'établir l'équilibre, face aux nombreuses productions étrangères qui envahissent quotidiennement le petit écran. Tant que ces structures ne seront pas mises en place, il sera toujours difficile de cerner dans l'immédiat, les multiples problèmes liés à la production locale et il revient à l'Etat d'encourager la création, la production locale et de s'ériger en protecteur des artistes.

CE QUE L'ETAT POURRAIT FAIRE EN VUE D'ENCOURAGER LA CREATION, LA PRODUCTION LOCALE ET PROTEGER LES ARTISTES.

I- L'ETAT, PROTECTEUR ET MECENE DE LA CREATION CULTURELLE

Dans toute société, l'Etat moderne pour jouer son rôle de régulateur, doit soutenir les éléments favorables aux évolutions. L'Etat doit reconnaître le devoir d'aider les artistes novateurs, les créateurs inventifs, il doit soutenir les courants vivants de la création intellectuelle et artistique. L'Etat a la responsabilité de conserver et d'illustrer l'héritage artistique, intellectuel et historique de la Nation. Cet héritage est riche d'une mémoire qu'il faut garder, d'oeuvres, qu'il faut conserver, et d'un savoir qu'il faut transmettre.

1- La protection des droits des artistes

a) Des textes de portée législative, règlementaire ou conventionnelle devraient organiser spécifiquement l'emploi, la sécurité sociale, les congés payés, la retraite complémentaire et l'indemnisation du chômage des artistes du spectacle, cinéastes, acteurs, musiciens et auteurs d'oeuvres littéraires et dramatiques.

L'esprit général de ces textes serait d'adapter aux conditions particulières du travail artistique, les codes du travail et de la sécurité sociale.

b) Cela devrait être la préoccupation de l'Etat de protéger les droits des auteurs ou des réalisateurs. Il faudrait une législation visant à donner à l'auteur un droit moral perpétuel sur son oeuvre en même temps que la jouissance exclusive des produits pécuniaires de cette oeuvre.

Sur le plan patrimonial et financier, l'artiste haïtien devrait recevoir, sa vie durant, les profits engendrés par la représentation et la reproduction de son oeuvre. En France, par exemple, la loi du 3 juillet 1985 s'est attachée à adapter les droits d'auteurs et "droits voisins" aux nouvelles technologies de la production et de la communication: vidéo, câble, et satellite, logiciels.44(*)

L'Etat législateur haïtien devrait mettre son autorité au service des artistes pour leur permettre de créer librement et dignement.

* 43- (Réf: «Etude de l'Audience des Radios et Télévisions dans le contexte Médiatique Haitien», réalisée par l'Agence Internationale de Sondages et remis au Bureau de l'UNESCO, Offfice Mondial des Statistiques à Paris/ Septembre 1998.)

* 44- (Réf. l'Etat et la Culture, Ed. Economica, 1989, Page 50)

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net