WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Développement de l'espace budgétaire au Cameroun

( Télécharger le fichier original )
par Joseph ABANDA
Université de Yaoundé II Cameroun - Diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS ) en gestion de la politique économique 2010
  

précédent sommaire suivant

AVANT-PROPOS

La problématique sur l'existence d'un espace budgétaire additionnel est ancienne. Elle s'est d'abord posée aux pays d'Amérique latine et d'Europe dans le cadre du financement des investissements publics et s'est élargie par la suite aux dépenses publiques dans leur ensemble.

En effet, l'espace budgétaire est appréhendé comme la marge de manoeuvre financière qui permet à un État d'affecter des ressources à la poursuite d'un objectif sans pour autant compromettre la viabilité de sa situation financière. Une bonne politique budgétaire permet de libérer des ressources et de les affecter à des programmes visant un objectif bien défini à l'instar de la croissance.

Théoriquement, trois moyens s'offrent à un pays pour accroitre son espace budgétaire : (i) les recettes fiscales, (ii) l'emprunt sur le marché intérieur ou à l'étranger et, (iii) l'amélioration de la qualité de la dépense.

La question de l'élargissement de l'espace budgétaire se pose de manière plus pressante pour un pays comme le Cameroun, confronté au financement de sa Stratégie de Croissance et d'Emplois (SCE).

C'est pourquoi, l'exploration à court, moyen et long terme de l'espace budgétaire devient une préoccupation de politique économique digne d'intérêt.

Page 1

Présenté et soutenu par Joseph ABANDA

En vue de l'Obtention du DESS en Gestion de la Politique Economique

Développement de l'espace budgétaire au Cameroun

RESUME

Au terme des analyses effectuées dans le cadre de ce travail, il ressort que toutes les composantes de l'espace des ressources sont inexploitées. Ceci est combiné à une inefficacité de la dépense publique.

Pour ce qui est des ressources internes, les recettes non pétrolières sont faiblement mobilisées. Une collecte optimale des recettes fiscales permettrait de compenser à moyen terme la baisse qui est envisagée au niveau des recettes pétrolières et tarifaires. Pour cela, les dépenses fiscales devraient être maitrisées et être préalablement autorisées par le parlement.

Peu de financements sont également mobilisés durant les dernières années avec une moyenne annuelle des tirages sur emprunts extérieurs de 0,6% du PIB en 2006 contre 1,6% du PIB sur la période 1995-2005. Pourtant, les analyses effectuées montrent qu'à court terme, les risques d'insolvabilité et d'illiquidité sont très faibles depuis 2006. En effet, l'encours de la dette extérieure se situe à 12,1% du PIB en 2010, loin du seuil de 30% du PIB à partir duquel le pays court théoriquement le risque d'asphyxie. Le service de la dette extérieure quant à lui représente moins de 5% des recettes d'exportations (1,3% du PIB) dont très en deçà des 20% du PIB jugés critiques. Pour combler ses besoins en ressources budgétaires, l'Etat peut prétendre à de nouveaux financements extérieurs d'un niveau plus élevé qu'actuellement.

Au niveau interne, un fort potentiel de financement existe du fait de l'importance des réserves extérieures de la BEAC d'une part, et de la surliquidité bancaire d'autre part. L'Etat peut diversifier ses financements internes à l'instar de l'emprunt obligataire de 200 milliards de FCFA (2,3% du PIB) lancé au second semestre 2010. Il peut aussi procéder à l'émission des bons du trésor pour ses opérations de trésorerie si le besoin vient à se poser.

Pour ce qui est de la dépense publique, son niveau demeure faible du fait de la faiblesse des ressources budgétaires, de la sous consommation des crédits d'investissement et des problèmes de gouvernance. L'amélioration de la part du budget d»investissement public, son taux d'exécution et la réduction des déperditions le long de la chaîne de la dépense permettrait d'améliorer l'espace de dépenses et dont l'espace budgétaire global.

Page 2

Présenté et soutenu par Joseph ABANDA

En vue de l'Obtention du DESS en Gestion de la Politique Economique

Page 3

Développement de l'espace budgétaire au Cameroun

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.