WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Et la bande dessinée rencontra l'ordinateur: enjeux des oeuvres numériques de bande dessinée sur la création artistique


par Laurène STREIFF
Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse - Maà®trise des sciences et des techniques information- communication concepteur multimédia 2001
  

précédent sommaire suivant

INTRODUCTION

Bande dessinée et ordinateur...

D'un côté, un mode d'expression servant des fins aussi diverses que la communication d'entreprise, la propagande politique, la publicité commerciale ; mais avant tout un art. Né tardivement, comme le cinéma, du fait des progrès technologiques, il n'en est pas moins ancré dans l'évolution d'une tradition graphique et littéraire ancestrale. La bande dessinée a (un peu plus de) cent ans. Si sa consécration officielle ne fut pas immédiate, la BD est bel et bien aujourd'hui le neuvième art.

De l'autre, une machine de calcul et de lecture d'instructions apparu en 1948 lorsque la société IBM créé le SSEC (Selective Sequence Electronic Calculator). Les perfectionnements de cet objet technologique ont été incessants, jusqu'à le faire devenir un outil multifonctionnel qui a pénétré et régi les mondes de très nombreux domaines.

D'un côté, des images, constituées de dessins figuratifs, et des bulles*, emplies de texte, deux éléments qui se combinent pour transmettre une histoire, un récit fictionnel.

De l'autre, des bits*, unités élémentaires du langage informatique qui ont deux valeurs possibles : 0 ou 1 (représentation communément adoptée), on ou off, rien ou tout, noir ou blanc, non ou oui.

Au centre, une symbiose : des bandes dessinées en binaire. Neuvième art et ordinateur se sont rencontrés. L'histoire ne précise pas les détails, mais le présent témoigne de la véracité de cette information : des BD par, pour, sur ordinateur existent. Des artistes (auteurs ? créateurs ?) ont investi le support numérique. Sur les pistes de CD-ROM ou en publications virtuelles mises en ligne sur le réseau Internet, ils nous présentent leurs réalisations. Pour des raisons de confort de lecture, nous appellerons désormais les bandes dessinées sur support numérique des e-BD, le préfixe « e » étant utilisé pour « électronique », de la même manière, et avec la même signification que dans l'anglicisme e-mail (electronic mail ou courrier, messagerie électronique).

7 / 105

Le phénomène e-BD suscite notre intérêt. En effet, les histoires en bande dessinée se sont quelquefois déplacées du papier à la bobine de film, donc à l'écran, écran de télévision ou de cinéma. Cependant, ce déplacement a immanquablement impliqué une mutation vers d'autres modes de représentation, relevant des spécificités de diffusion propres au support -médium* choisi. Film et dessin animé* sont les avatars de la BD sur les écrans des salles noires ou des salons, la continuité de l'image animée et sonore faisant place à la discontinuité des dessins immobiles mis en cases. Mais pour la première fois, le support informatique et l'affichage sur écran d'ordinateur permet à la bande dessinée de rester un art du « lu » pour ne pas se substituer à des arts du « regardé ».

Il semble bien pourtant y avoir, de la BD à la e -BD, adaptation, transformation, ne cessait-ce que dans le mode de production.

Nous nous proposons de pointer ces transformations, de connaître leurs lieux et leurs conséquences sur la création BD, à l'aide d'un corpus représentatif des diverses formes de e-BD repérables sur support numérique.

La bande dessinée par ordinateur constitue-elle une évolution dans l'art de la bande dessinée

Les e-BD sélectionnées permettront de donner les réponses majeures à cette problématique, par l'intermédiaire d'une grille d'analyse élaborée pour les besoins de l'étude. Cet outil nous permettra de caractériser et de mettre en avant les éléments constitutifs des e -BD, afin de les confronter avec ceux de la BD.

Notre hypothèse de travail repose sur l'idée que les e-BD sont des formes de BD non seulement différentes mais nouvelles. Nous chercherons alors à savoir où se situe la nouveauté et de quoi elle relève.

Nous présenterons dans un premier temps un historique de la bande dessinée, pour connaître son ancrage dans une tradition d'histoire en images et s'imprégner de la culture artistique dont il est question ici. Cette section d'histoire de l'art sera complétée d'une phase de définition et de caractérisation de la bande dessinée, telle que nous pouvons la lire sur support papier.

Ces premiers éléments posés, nous détaillerons et argumenterons la méthodologie mise en oeuvre au sein de ce travail.

Et la bande dessinée rencontra l'ordinateur Mémoire de maîtrise I Septembre 2001

8 / 105

Nous entrerons ensuite véritablement dans les phases d'analyse et de caractérisation des e -BD. Les quatre aspects majeurs constituants d'une telle création seront interrogés et analysés afin de les définir, ou non, comme les lieux de la transformation. Les auteurs et leur rencontre avec l'ordinateur, la morphologie, la syntaxe, enfin la mise en oeuvre de l'interactivité seront les thématiques successivement évoquées. Chaque phase tour à tour apportera des éléments de réponse à nos interrogations pour finalement poser les e-BD comme des expériences d'enrichissement et de renouvellement de la forme BD.

Et la bande dessinée rencontra l'ordinateur Mémoire de maîtrise I Septembre 2001

précédent sommaire suivant