WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Et la bande dessinée rencontra l'ordinateur: enjeux des oeuvres numériques de bande dessinée sur la création artistique


par Laurène STREIFF
Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse - Maà®trise des sciences et des techniques information- communication concepteur multimédia 2001
  

précédent sommaire suivant

1. HISTOIRE ET DEFINITION DE LA BANDE DESSINEE

1.1. HISTORIQUE

« -40.000 avant Jésus Christ : les hommes laissent l'empreinte de leurs mains sur les parois des grottes. C'est la première marque, le portrait de l'Homo Faber par l'Homo sapiens. C'est à partir de ces premières traces mystérieuses que l'on peut commencer à raconter l'histoire des histoires en images »

Gérard Blanchard [BLANCHARD, 1974, p.7]

Il est souvent facile de vouloir restreindre la BD aux histoires en images* de style américain, nées à la fin du 19ème siècle dans les journaux. Cependant, il est possible d'adopter, comme le propose Gérard Blanchard [BLANCHARD, 1974], un point de vue plus vaste, une définition plus littérale permettant de comprendre les ornements des vases grecs, le bois Protat, certaines images d'Epinal jusqu'aux albums humoristiques de Binet.

1.1.1. Naissance et l'évolution des histoires en images

(1) (2)

Depuis toujours l'homme sait suivre la trace
d'un animal ou d'un ennemi. Cette trace est le
prolongement d'une présence dans l'absence.

Suivre la trace, c'est se raconter une histoire,
celle de l'être suivit.

(3) (4)

Puis les hommes laissèrent trace, sur les parois des grottes paléolithiques, ils utilisèrent l'image

comme empreinte de leur passage. Nous

pouvons y déceler deux types de signes. Les uns sont concrets, dessins décrivant les faits,
les gestes, les choses ; les autres sont abstraits,
ils semblent nous entraîner vers une relation aux
paroles, aux pensées, aux sentiments.

9 / 105

(1), (3) et (4) : grotte du Pech-Merle (Lot) ; (2) : grotte de Lascaux

Et la bande dessinée rencontra l'ordinateur Mémoire de maîtrise I Septembre 2001

(5)

Si le langage graphique s'est orienté vers
deux directions, le dessin pur et le signe, ces
systèmes différents de notation se sont aussi
rejoints et superposés, même après
l'invention de l'alphabet.

(6)

(7) (8)

Signes abstraits de l'écriture et dessins concrets se
mêlent, les premiers expliquant les seconds aux yeux
des initiés tant sur les vases grecs où sont nommés
les héros et les dieux représentés, que dans
l'iconographie chrétienne.

L'architecture du christianisme ou ses
documents saints utilisent d'abord le texte
pour commenter les scènes dessinées.
Ensuite, les inscriptions textuelles des
images médiévales sont directement liées
aux personnages, sous forme de
phylactères* déroulés tenus dans les mains
des personnages, ou flottant au dessus de
leurs visages.

Au 13ème siècle, le papier, ramené d'Orient par les
Croisés captifs, remplace le parchemin. La naissance
de la gravure sur bois et l'impression préfigurent une
nouvelle ère de diffusion qui restera cependant
longtemps interne au clergé. Les incunables
xylographiques, assemblés en cahiers (premiers
comic books* ?), étaient destinés aux clercs pauvres
et se transmettaient d'abbayes en abbayes.

10 / 105

L'iconographie dure bien au delà de l'invention de Gutenberg (1439), qui perpétue d'abord le
souvenir des manuscrits. Cependant, la typographie permet une ouverture des écrits vers le peuple,
essentiellement soutenu par le colportage.

(5) : Vase grec ( -420)

(6) : Parchemin (12ème siècle)

(7) : Tapisserie de Bayeux -- détail (1070)

(8) : Incunable de Sainte Brigitte (14ème siècle)

Et la bande dessinée rencontra l'ordinateur Mémoire de maîtrise I Septembre 2001

 

(9)

 

(10)

Les livres et surtout les images s'insèrent
partout dans la vie quotidienne, souvent seul
luxe des chaumières. Il ne s'agit plus seulement
d'histoires religieuses, mais de légendes rurales
et d'histoires populaires, transmises oralement
jusqu'alors.

Les progrès de l'imprimerie permettent une plus large diffusion du livre et du livre illustré. Les histoires sont racontées en plusieurs panneaux.

(11)

Dès que le peuple commence à lire, l'imagerie
devient l'illustration de l'enfance. J.C. Pellerin,
célèbre fondateur de l'imagerie d'Epinal, fut
l'un des artisans de cette évolution.

(12)

Au 19ème siècle, l'industrialisation générale et
plus spécialement la mécanisation de
l'imprimerie entraînent un développement
extraordinaire du livre et du journal. Il apparaît
une démocratisation de la diffusion des biens
culturels.

11 / 105

Texte et image changent de forme, la parution périodique engendre de profondes transformations
dans la structure même des récits. Quant à la bande dessinée, elle commence à se détacher de
l'ensemble hétérogène des histoires en images.

(9) : Le chat botté -- Imagerie Pellerin

(10) : La bataille des pyramides -- Imagerie Pellerin

(11) : Planche de devinettes -- Imagerie Pellerin

(12) : Cadet Roussel -- Imagerie Pellerin

Et la bande dessinée rencontra l'ordinateur Mémoire de maîtrise I Septembre 2001

précédent sommaire suivant