WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Impact de l'élevage des vaches sur la situation socio-économique de la population du groupement de Lurhala en territoire de Walungu en RDC

( Télécharger le fichier original )
par Justin MURHULA MWEZE
U.E.A - Grade 2011
  

sommaire suivant

1

0. INTRODUCTION

0.1. Problématique

L'élevage constitue une activité économique essentielle dans la plupart des systèmes agricoles d'Afrique. Le bétail revêt une importance capitale aux yeux des agriculteurs pauvres, en raison de la multiplicité de ses fonctions de production et de la protection qu'il peut offrir contre les aléas bioclimatiques et socio-économiques. (A.C.W. ROELEVELD, 1999).

Cependant, ces trente dernières années n'ont guère été brillantes pour le secteur de l'élevage en Afrique: le rendement n'a que faiblement progressé, la consommation par habitant a diminue, les importations des principaux produits de l'élevage tels que la viande et le lait ont augmentés et les dégradations environnementales sont devenues évidentes. Ces mauvaises performances s'expliquent par l'inadéquation des politiques, par les carences institutionnelles et par le manque des ressources ainsi que par l'incapacité à élaborer de nouvelles technologies et à créer les mécanismes institutionnels permettant d'en généraliser l'application. (A.C.W. ROELEVELD, 1999).

On reconnaît également de plus en plus le rôle crucial de l'élevage des vaches dans la mise en place de formes d'agriculture plus intensives et plus durables. Toute fois, la multitude des fonctions économiques de cette activité, ainsi que la complexité des dispositions sociales et des pratiques de gestion, constituent un véritable défi pour la recherche dans ce domaine. Mal comprise, la production animale est parfois négligée. Or, pour permettre aux organisations de recherche - développement de tirer le meilleur parti de son potentiel, il est essentiel de mieux la comprendre afin d'adapter et de mettre au point des techniques d'élevage et d'intégrer les activités de production animale dans les programmes de développement destinés aux agriculteurs disposant de ressources limitées. (A.C.W. ROELEVELD, 1999).

Le passé de l'élevage et l'origine de la domestication des animaux restent largement encore inconnus ou au mieux hypothétiques. Pratiqué de façon traditionnelle, l'élevage des vaches est en effet une activité à faibles traces matérielles : peu d'outils, quelques entraves, enclos ou récipients à traire, fait le plus souvent de matériaux biodégradables. (A. THEWIS, 2005).

La vache est l'animal le plus élevé. Il constitue une richesse pour la famille et une référence sociale. Etant donné que les régimes qui ont occupé le Congo n'ont pas promu l'investissement bancaire, les Bashi ont appris à convertir leurs avoirs en vaches. Ainsi le

2

nombre des vaches que l'on possède donne un statut social visible. Lors des mariages le jeune fiancé doit offrir des vaches en dot à sa belle famille.

S'il est vrai que la mesure du développement social et économique d'un pays peut être donnée par l'importance et la qualité de ses élevages, on voit de suite combien les régions tropicales sont en retard. L'élevage mieux que l'agriculture stabilise les populations rurales et leur assure un standing supérieur. Les populations sous-alimentées, carencées sont incapables d'un effort physique soutenu et sont particulièrement exposées aux maladies. (J. GILLAIN 1953).

Le manque de protéines animales dans l'alimentation des peuplades africaines est reconnu par le service médical comme le facteur limitatif le plus important du progrès social et économique de ces populations.

Le problème de la carence de viande se double du problème de la carence totale en lait pour l'enfance noire dont la vie dépend de la lactation suffisante et prolongée de la mère sous-alimentée elle-même et astreinte dans son milieu aux durs travaux des champs. (J. GILLAIN, 1953).

L'élevage étant une industrie de rapport, on ne le connaît plus sans un rendement économique suffisant. Comme, aucun caractère extérieur ne peut déterminer le rendement des animaux, il faut appliquer le contrôle direct des productions. Le contrôle du rendement permet non seulement d'établir la valeur individuelle des sujets dans le bilan économique de l'exploitation mais aussi d'apprécier la valeur héréditaire des géniteurs employés et d'estimer celle des géniteurs destinés à la reproduction. (J. GILLAIN, 1953).

Au Congo en général et au Sud-Kivu dans le territoire de Walungu en particulier, le secteur de l'élevage a connu depuis les guerres dites de libération de 1996 jusqu'à nos jours de nombreux problèmes jusque là qui semblent être inaperçus par le monde scientifique. Ceci pourrait révéler la conscience de chercheurs à faire un aperçu vers ce secteur qui a ces problèmes pour voir comment proposer certaines solutions à ces derniers.

En DRC, plus précisément dans le Sud-Kivu en territoire de Walungu la baisse de la production socio-économique de denrées alimentaires d'origine animale notamment viande, lait, cuir, fumier, serait dû à la pratique mal tenue de système d'élevage de vaches dans ce territoire.

3

Ce faisant, nous pensons que l'amélioration d'un système d'élevage des vaches est souhaitable pour le progrès de tous. C'est ainsi que tout au long de notre travail nous essaierons de répondre à la question suivante : Quelle est l'incidence de l'élevage de vaches sur la situation socio-économique de la population de Walungu en générale et du groupement de Lurhala en particulier? Il s'agira sans doute d'étudier l'impact de l'élevage des vaches sur le revenu mensuel et son affectation pour satisfaire les besoins du ménage (la scolarisation, l'alimentation, l'habitation, les soins médicaux, la communication, l'habillement et l'électricité).

sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



La Vita e Bella - Gite - Livinhac le haut