WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution à  l'élaboration d'une base de données informatisées pour l'analyse et la gestion environnementale des exploitations minières au bénin


par S. B. Mondoukpè Lagnika
École Polytechnique d´Abomey Calavi (EPAC) - Ingénieur de travaux 2004
  

précédent sommaire suivant

INTRODUCTION - PROBLEMATIQUE

INTRODUCTION - PROBLEMATIQUE

Les nombreuses campagnes géologiques et minières effectuées (Déclaration de la politique minière, 1999) à ce jour montrent que le Bénin dispose d'importantes potentialités en ressources minérales notamment en matériaux de construction.

En effet, on dénombre sur le territoire béninois des gisements exploitables en matériaux de construction : sables (continentaux et littoraux), calcaire, latérite, marbre, granite, granulite, quartzite, grès, argile et autres.

L'existence de ces différents gisements offre au Bénin une possibilité de développement d'une économie minière à travers des secteurs dynamiques de construction d'infrastructures routières et immobilières et aussi la possibilité d'exportation de certains de ces matériaux.

Aussi, depuis 1996 le gouvernement du Bénin s'est-il engagé à faire du secteur minier une base de développement économique et a adopté en octobre 1999 une déclaration de politique minière à cette fin.

L'un des principaux axes stratégiques qui découlent de cette déclaration politique sus-citée est la promotion de l'artisanat minier et de la "petite mine". Cette option tient compte :

.e du potentiel minier ;

.e des besoins spécifiques de l'industrie minière ;

.e de l'accès aux sources de financement ;

.e de l'importance du tissu industriel.

Mais cette sélection, en conformité avec les capacités nationales d'investissements, doit intégrer les importants enjeux environnementaux et assurer un respect optimum des dispositions législatives et réglementaires en vigueur en la matière.

L'approche artisanale tout en assurant à un grand nombre de citoyens la capacité de s'investir dans ce secteur, favorise l'ouverture de multiples petits sites miniers dont la taille ne permet pas souvent une analyse environnementale efficiente.

Le défi à relever est donc d'intégrer au développement de l'artisanat minier et la "Petite mine" une démarche adéquate d'analyse environnementale qui assure le respect des dispositions législatives sans constituer un frein à l'activité minière tel que le défini la politique nationale en matière d'environnement à travers :

É Le PAE qui définit les axes stratégiques suivants :

- développer et diffuser des technologies et pratiques appropriées, en particulier dans tous les secteurs ;

- faciliter l'action des entrepreneurs d'actions positives pour l'environnement ;

INTRODUCTION - PROBLEMATIQUE

Sèmirath LAGNIKA 2 Année 2003-2004

- réglementer les excès dans l'exploitation des ressources naturelles et de la biodiversité, appliquer la législation et prévenir les risques.

É La Loi-cadre sur l'environnement qui dispose des principes de base pour la mise en oeuvre des actions conformes aux axes stratégiques définis par le PAE à savoir :

- la protection et la mise en valeur de l'environnement doivent faire

partie intégrante de tout plan de développement économique et social ; - la prévention et l'anticipation des actions de nature à avoir d'effets

immédiats ou futurs sur la qualité de l'environnement ;

- la surveillance étroite et permanente de la qualité de l'environnement.

Le cadre institutionnel mise en place pour assurer l'application des dispositions législatives a permis l'élaboration d'outils techniques et administratifs d'évaluation et de suivi de l'environnement au niveau des différents secteurs de développement national. Mais cependant à certaines étapes de leur utilisation, ces outils présentent des insuffisances liées à la qualité et la précision des informations disponibles.

Comment assurer dans un avenir proche la gestion des impacts des exploitations minières sur l'environnement au Bénin?

Car si les informations existent actuellement (rapports techniques, cartes, inventaires, etc.), il a été constaté que même disséminées dans divers documents ou au sein de nombreuses structures, elles n'ont jamais bénéficié d'un effort de centralisation et de synthèse pour en faciliter l'accès et l'exploitation au profit du processus administratif et technique de l'évaluation environnementale.

C'est pour pallier cette lacune que la présente étude est initiée. Elle a pour thème : Contribution à l'élaboration d'une base de données informatisée pour l'analyse et la gestion environnementale des exploitations minières au Bénin : cas du Mono et du Couffo.

Pour faciliter la compréhension et l'utilisation de l'outil élaboré, la présente étude est structurée en six (06) chapitres. En premier lieu, la politique nationale mise en oeuvre en mines et en environnement au Bénin et les départements concernés ont été présentés. Ensuite, suivra la mise en exergue des ressources minières dont disposent ces départements et les impacts environnementaux liés aux activités minières. Enfin, une rétrospective de la base de données.

Sèmirath LAGNIKA 3 Année : 2003-2004

BUTS, OBJECTIFS ET METHODOLOGIE

I - BUT ET OBJECTIFS

1- BUT DE L'ETUDE

C'est d'assurer à l'ABE, la DE, l'OBRGM, la DGM et aux Cellules environnementales une capacité de diagnostic, d'analyse et de suivi de l'environnement dans le cadre du projet d'exploitation des gisements miniers.

2- OBJECTIFS DE L'ETUDE

L'objectif est de doter les administrations respectivement chargées de l'environnement (DE, ABE, Cellules environnementales) et des mines (DGM, OBRGM) d'un outil performant de visualisation d'informations disponibles sur les différents gisements miniers existants au Bénin et particulièrement dans les départements du Mono et du Couffo.

Pour les objectifs spécifiques à atteindre, il s'agira de :

1. faire la collecte, le traitement et la synthèse des informations existantes et accessibles ;

2. traiter toutes ces informations en données cartographiques, numérisée avec une base de données associée ;

3. assurer aux administration chargées de l'environnement et des mines un gain de temps pour l'élaboration des directives et la mise à jour des informations de suivi des plans de gestion ;

4. faciliter l'accès à l'information aux acteurs de la recherche scientifique. II- CLARIFICATIONS CONCEPTUELLES

CARRIERE: C'est le lieu où l'on pratique une exploitation à ciel ouvert. En effet, l'exploitation en carrière est une activité qui consiste à enlever toutes les roches qui e trouvent au-dessus d'un gisement afin de l'extraire directement.

CODE MINIER: Texte de Loi en vigueur qui régit le secteur minier au Bénin.

DUREE: C'est l'intervalle de temps pendant lequel l'impact se manifeste. L'impact pourrait être temporaire ou permanent.

ENVIRONNEMENT : Ensemble des éléments naturels et artificiels ainsi que les facteurs économiques, sociaux et culturels qui influent les êtres vivants et que ceux-ci peuvent modifier.[Loi-Cadre, 1999].

C'est aussi l'ensemble, à un moment donné, des agents physiques, chimiques et biologiques susceptibles d'avoir un effet direct ou indirect, immédiat ou à terme, sur

Sèmirath LAGNIKA 4 Année : 2003-2004

BUTS, OBJECTIFS ET METHODOLOGIE

les organismes vivants, les activités, le comportement ainsi que le cadre de vie des humains.

ETUDE D'IMPACT SUR L'ENVIRONNEMENT : C'est la procédure d'analyse préalable des impacts qu'un projet peut avoir sur l'environnement tout, en prenant en compte des mesures de correction à la planification dudit projet.

En effet, c'est une étude qui est destinée à exposer systématiquement les conséquences négatives ou positives d'un projet, d'une activité, à court, moyen et long termes sur les milieux naturel et humain. Elle prévient la dégradation de l'environnement, préserve les écosystèmes par le contrôle de la conformité par rapport aux normes établies.

EVALUATION ENVIRONNEMENTALE : Ensemble de procédures, règles et techniques visant à intégrer les préoccupations de protection de l'environnement dans les actions de développement. Elle comprend l'Evaluation Stratégique, l'Etude d'Impact sur l'Environnement, l'Audit Environnemental, l'Audience Publique, l'Evaluation des Risques, etc.

EXPLOITATION: Elle consiste à extraire du sol ou du sous-sol la substance minérale utile qu'il contient à des fins commerciaux.

EXPLOITATION ARTISANALE: C'est toute exploitation minière utilisant des méthodes et procédés traditionnels et manuels.

GEOLOGIE: C'est la multiscience qui a pour objet l'étude de la structure, de la formation et de l'évolution de la Terre.

GEOMORPHOLOGIE: C'est l'étude de la forme et de l'évolution du relief terrestre.

GITE NATUREL : C'est une concentration naturelle de minéraux dans une zone déterminée de l'écorce terrestre.

GISEMENTS: C'est tout gîte naturel de substances minérales exploitables dans les conditions économiques du moment.

IMPACT ENVIRONNEMENTAL : Ils peuvent être définit comme la conséquence positive ou négative pendant un temps donné d'une action anthropique sur un espace y compris ses composantes (biologique, physique, humaine) au sens large. L'Impact Environnemental est donc la modification d'un élément ou d'un aspect du système biophysique et/ou social, résultant directement ou indirectement d'une action humaine. On distingue plusieurs types d'Impacts Environnementaux :

o Impact direct : C'est l'expression ou la matérialisation de la relation de cause

à effet direct d'une action humaine sur une composante du milieu.

Sèmirath LAGNIKA 5 Année : 2003-2004

BUTS, OBJECTIFS ET METHODOLOGIE

o Impact indirect : C'est un impact qui ne découle pas directement d'une action première mais qui est éloigné d'elle d'au moins un impact direct ; il est souvent du type socio-économique ou culturel ou sanitaire.

o Impact cumulatif : C'est l'effet collectif ou additif de plusieurs impacts découlant des activités d'un ou de plusieurs projets se déroulant de façon simultanée, successive ou différée.

o Impact résiduel : C'est un impact qui persiste après l'application des mesures d'atténuation.

o Impact social : C'est l'effet de l'exécution du projet sur l'état psychologique, le comportement et l'évolution des groupes humains.

o Impact économique : C'est l'influence d'une activité sur le plan économique au sein de la société.

o Impact sanitaire : Il s'agit de l'influence qu'aurait sur la santé d'un individu ou d'une population en un temps donné l'exécution d'un projet ou d'une activité.

o Impact écologique : influence qu'aurait l'exécution d'un projet sur les équilibres naturels (disparition des espèces, apparitions de phénomènes, perturbation de la chaîne trophique, etc.).

IMPORTANCE D'UN IMPACT : Echelle de criticité d'un impact en raison de son caractère, son intensité ou ampleur, son étendue dans l'espace et sa durée.

INTENSITE : Elle exprime le degré de perturbation d'une composante environnementale occasionnée par l'exécution d'une activité du projet. L'intensité d'un impact sur une composante environnementale sera d'autant plus significative que la valorisation intrinsèque accordée à celle-ci sera grande.

MATERIAU : Substance, matière destinée à être mise en oeuvre. Matières d'origine naturelle ou artificielle entrant dans la construction ou la fabrication.

MATIERE : Substance constitutive des corps, douée de propriétés physiques. Substance particulière dont est faite une chose et reconnaissable par ses propriétés, ce qui fait l'objet d'une élaboration, d'une transformation artisanale ou industrielle.

MESURES D'ATTENUATION : Moyens permettant d'éviter ou de diminuer l'importance des impacts potentiels, généralement par des modifications au projet ou aux modalités de sa mise en oeuvre.

MINE: Il s'agit du lieu où l'on pratique une exploitation souterraine appelée encore exploitation en mine. Elle consiste à extraire le gisement ou substance utile du sous-sol à l'aide d'un trou sans enlever les roches qui se trouvent au-dessus de la substance minérale.

Sèmirath LAGNIKA 6 Année : 2003-2004

BUTS, OBJECTIFS ET METHODOLOGIE

MINERAUX: C'est un corps solide de composition chimique plus ou moins homogène ayant des propriétés physico-chimiques propres et formé dans des conditions géochimiques déterminées à la surface ou à l'intérieure de la Terre. Ils sont des éléments constitutifs des roches.

PETITE MINE : C'est une exploitation de petite taille, permanente, possédant un minimum d'installations fixes, utilisant les règles de l'art, des procédés semi-industriels ou industriels et fondée sur la mise en évidence préalable d'un gisement ( Code communautaire de l'UEMOA, 2003).

SANTE : C'est "un état de complet bien être physique, mental et social et qui ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité" [OMS] mais aussi par des indices sociaux et un degré d'assainissement du cadre de vie ainsi que les comportements individuels et collectifs.

SUBSTANCE MINERALE: (lat. substantia, de substare, être dessous). C'est une substance naturelle amorphe ou cristalline, solide, liquide ou gazeuse contenant des minéraux utiles en proportion notable ou un corps inorganique dur ou mou qui se trouve dans le sol ou le sous-sol.

STERILE : C'est la matière issue du décapage que l'on accumule au terril.

TERRIL : C'est un agglomérat provenant des résidus des matériaux (roches) après exploitation de la substance minérale.

III- METHODOLOGIE

L'élaboration d'une Base de données est un travail de conception qui sa démarche spécifique et exige donc une méthodologie propre et spécifique. L'étude consiste en une analyse environnementale des sites de gisements de matériaux de construction. Il s'agit de rassembler toutes les informations disponibles sur les gisements miniers, de décrire les conditions actuelles de leur exploitation dans les départements du Mono et du Couffo, d'identifier et d'apprécier les contraintes liées à l'exploitation de ces gisements vis à vis de leur environnement en vue de leur amélioration.

L'approche méthodologique adoptée à cette fin a suivi les étapes ci-après :

1-1- Documentation

Pour bien conduire cette étude, une recherche bibliographique a été effectuée. La recherche s'est dirigée vers plusieurs structures et sources spécialisées à savoir :

· la Direction de l'hydraulique ;

· la Direction Générale des mines ;

· l'OBRGM ;

· le PNUD ;

· la DDSP / Mono-Couffo ;

Sèmirath LAGNIKA 7 Année : 2003-2004

BUTS, OBJECTIFS ET METHODOLOGIE

· le CARDER / Mono-Couffo ;

· l'IGN ;

· l'ABE ;

· ONG-Protos.

Une recherche médiagraphique (sur Internet) a été aussi effectuée dans ce sens afin de recueillir des informations sur la question. La revue des données existantes au niveau de tous les rapports d'EIE réalisées a été effectuée dans le but de servir de support à l'étude.

Cet inventaire sommaire de la documentation existant sur le sujet a permis de faire le point des connaissances disponibles et de constater que certaines informations existent mais elles ne sont pas connues. On note aussi une inexistence totale d'études relatives à l'intégration du volet minier à l'évaluation environnementale au Bénin.

Sur le plan international également, quelques investigations intéressantes ont été menées sur les stratégies d'intégrations des préoccupations environnementales dans le secteur des mines.

1-2- Enquêtes et entrevues

Les informations bibliographiques ont été complétées par les résultats des enquêtes et entrevues effectuées au niveau des acteurs concernés regroupés par groupes cibles, à savoir :

· les personnes ressources (ingénieurs en hydrogéologie, spécialistes en évaluation environnementale, les statisticiens, etc.) ;

· les cadres techniques de l'ABE ;

· les cadres techniques de la DGM et de l'OBRGM. De ces enquêtes et entrevues il a été obtenu des informations sur :

- les données sociologiques ;

- les contraintes et avantages liés à l'artisanat minier et les exploitations minières ;

- la perception des acteurs sur les autorisations d'ouverture de carrière ; - le profil épidémiologique des acteurs concernés et les populations dans les zones d'exploitation.

En annexe, se trouve le questionnaire utilisé pour les enquêtes et entrevues effectuées.

1-3- Travaux de terrains

Après repérage sur carte, les sites de gisements ont été visités pour une collecte de données pertinentes à la description du milieu (sol, végétation, faune, population).

Ils ont débuté par la visite des sites de gisements et d'exploitations minières et a permis la collecte de données sur :

- le milieu physique ;

- le milieu biologique ;

Sèmirath LAGNIKA 8 Année : 2003-2004

BUTS, OBJECTIFS ET METHODOLOGIE

- l'état des lieux des sites d'exploitation de gisements miniers.

L'étude du milieu a été effectuée à travers la description de la flore, de la faune, les cours d'eau, les îlots forestiers et les sites d'exploitations minières et de gisements dont les coordonnées sont marquées grâce au G.P.S.

La collecte des données a consisté en des enquêtes basées essentiellement sur des entretiens avec :

· les maires des communes concernées ;

· les différentes couches sociales qui interviennent dans le secteur minier afin de déterminer les avantages et contraintes du secteur ;

· les exploitants miniers ;

· des membres de la population locale appartenant à d'autres secteurs d'activités.

La collecte des données s'est faite avec des entretiens par questionnaires, structurés ou semi-structurés, en français ou en langue locale selon les différentes catégories d'acteurs rencontrés.

Notons par ailleurs que pour certaines informations, l'assistance des professeurs botanistes, géologues et chimistes s'est avérée nécessaire.

1-4- Cartographie

Grâce aux travaux de terrain et à partir des fonds de cartes des départements du Mono et du Couffo obtenus à l'IGN et à l'INSAE aux échelles 1/300000, 1/200000 et 1/450000, ainsi que les cartes géologiques obtenues à l'OBRGM, il a été élaboré à l'aide du logiciel ArcView GIS 3.1:

1 des cartes d'occupation du sol des départements en étude ;

1 des cartes de situation des différents gisements ;

1 et des cartes de contraintes du milieu.

1-5- Elaboration de la base de données

Dans le présent cas, la Base de données a été réalisée grâce aux Logiciels "Power Point Windows" et ArcView GIS 3.1.

Pour la réalisation de cartes, on a eu le choix entre plusieurs logiciels cartographiques comme : Articque, Logicarte, Mapviewer, Arcview, Ocad, Savane, etc. On a donc opté pour le Logiciel ArcView GIS 3.1 car c'est un logiciel cartographique puissant permettant de visualiser, explorer et analyser des données géographiques obtenues sur le terrain.

Et pour l'élaboration de la base de données, plusieurs langages existent mais le Power Point Windows étant le plus flexible à l'usage il a été donc choisi.

Afin de permettre une bonne consultation et une flexibilité du traitement des données, la Base a été structurée en quatre rubriques :

- l'accueil ;

- l'aide ;

Sèmirath LAGNIKA 9 Année : 2003-2004

BUTS, OBJECTIFS ET METHODOLOGIE

- les thèmes ayant fait l'objet de notre étude ; - les cartes des départements étudiés.

D'une manière générale, l'élaboration de la base de données peut se résumer en plusieurs grandes étapes ci-après : décrire, saisir, intégrer et modifier.

A Décrire...

Pour créer une base de données, il faut avant tout la décrire. Décrire la base, les données à intégrer, indiquer comment se regroupent les objets, quels sont les attributs, etc.

C'est la première étape, celle de la réflexion, de la structuration, de la schématisation pour créer le schéma d'une base de données.

Une fois terminé, l'administrateur pourra définir les utilisateurs et leur allouera des droits d'utilisation.

A Saisir...

Une fois définit le schéma d'une collecte d'informations et de données, on sait quels sont les attributs qui définissent chaque paramètre de la base. Il faut donc saisir pour chaque objet, toutes les informations nécessaires et disponibles.

Cette étape est contraignante, longue, lourde et il convient de la gérer avec le plus grand soin car elle est très importante.

A Intégrer...

Intégrer, c'est donc lire des données (graphiques ou descriptives provenant de la saisie graphique ou d'images) dans des fichiers pour les réécrire dans un ensemble -la Base de données proprement dite- qui se constitue peu à peu. La saisie des données se fait par morceau. Les données peuvent être hétérogènes : différences de formats, de codages mais s'il s'agit des cartes et de localisation, les problèmes sont plus nombreux. Entre la saisie et la Base, il y a une phase d'intégration des morceaux dans l'ensemble homogène que constitue la Base de données.

A Modifier...

Une fois la Base constituée, il faut pouvoir la modifier pour corriger d'éventuelles erreurs ou intégrer les évolutions et modifications dans l'information. Ces modifications se font grâce aux éditeurs propres de la base, pour la partie graphique comme pour les données descriptives. Ces différentes opérations ne s'effectuent pas d'un seul trait. Il est courant de créer une base petit à petit, de modifier le schéma pour y ajouter des informations.

précédent sommaire suivant