WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etude d'une liaison de transmission par fibre optique et simulation d'un résonateur optique en anneau

( Télécharger le fichier original )
par Kafte Djogoo Kungwa
Initelematique - Ingenieur Industriel 2016
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Figure 4.3. Principe du multiplexage TDM.

Une application pratique concerne la téléphonie numérique.

Chaque voie de 4 kHz est échantillonnée à 8 kHz et les échantillons codés avec 8 bits.

Ät vaut alors 125 ìs et N est choisi égal à 32. Les 8 bits de chaque voie correspondent donc à 3,9 ìs et la transmission s'effectue à 2048 Kbits/s = 2 Mbits/s. Il s'agit du MIC 30 voies, deux voies étant réservées aux contrôles. Le standard européen de téléphonie mobile GSM utilise la technique TDMA (combinée au FDM) pour multiplexer des canaux espacés de 200 kHz.

Ces canaux sont par exemple au nombre de 124 autour de 900 MHz (norme GSM900, Global System for Mobile communication, en développement depuis 1993), et 375 autour de 1800 MHz (norme DCS1800, Digital Communication System, en développement depuis 1996).

IV.2.3. Multiplexage de code : CDM

Pour une transmission numérique, on peut envisager de permettre à n voies de transmettre leur information simultanément et dans la même bande de fréquences (cf. Figure 4.4).

Les utilisateurs qui sont acceptés par le système peuvent émettre en continu dans toute la largeur de bande disponible (qui reste cependant limitée par un multiplexage FDM supplémentaire).

La discrimination des n voies doit alors être réalisée par l'usage de codes orthogonaux entre eux (codes à inter corrélation nulle), dont les éléments sont appelés "chips" ou bribes. On obtient ainsi un multiplexage de codes par "étalement de spectre" : chaque utilisateur émet avec un code qui lui est propre, les données à émettre étant "étalées" par un code de débit plus élevé que celui des données. Chaque récepteur corrèle les signaux multiplexés qu'il reçoit avec la séquence convenue, caractéristique de son émetteur partenaire. Il reconstitue ainsi l'information qui lui est destinée, tous les autres signaux du multiplexage résultant en corrélation nulle.

Les émissions dues aux autres utilisateurs sont vues comme un pseudo-bruit à large bande.

précédent sommaire suivant