WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Identification des enjeux de la littoralisation liés à  l'environnement marin au niveau de la commune de Cité Soleil, Haiti


par Almando Kessy MORAIN
Université Caraïbe (UC) - Agronomie/Ressources Naturelles 2016
  

précédent sommaire suivant

2.5. Le littoral haïtien

2.5.1. Occupation anthropique des côtes

Haïti est considérée comme l'un des pays les plus pauvres du continent américain et l'un des pays les plus densément peuplés du monde avec 384.7 habitant par kilomètre carré (IHSI, 2012). Au début de l'an 2000, plus d'un tiers de la population soit 34.7 % vivaient dans le département de l'ouest et plus de 25 % d'entre eux se trouvaient dans la conurbation de Port-au-Prince, la capitale du pays (Eliccel, 2002). Encore de nos jours, ce cas de figure, caractérisé par une forte pression démographique, se fait aussi remarquer dans bien des villes du pays, dont 9 des 10 chefs-lieux des départements du pays (Port-au-Prince, Cap Haïtien, Gonaïves, Fort-Liberté, Port de Paix, Jérémie, Miragoâne, Cayes et Jacmel) sont localisées sur une partie du littoral. Notons que la majeure partie des infrastructures économiques du pays, telles que les usines, les ports et d'autres principaux moteurs de l'économie national, sont situés dans ces régions.

La majorité de ces zones sont très érodées dans les parties les plus basses des bassins versants en raison de la déforestation massive et de la destruction des mangroves pour la construction d'habitat ou d'autres structures utiles à l'homme. Ces zones reçoivent l'eau provenant des torrents non canalisés, les déchets et les sédiments érodent les bassins versants. Ces effets, en particulier dans des zones comme Port-au-Prince, mettent en danger non seulement l'environnement de la région, mais également la population qui y réside (PNUD et MDE, 2009).

Haïti connaît actuellement une urbanisation rapide ne correspondant pas aux taux de bénéfices du développement et de redistribution des biens et des services. Les zones urbaines ne génèrent pas de croissance économique et le secteur agricole n'est pas productif. Ainsi, les conditions de vie détériorées dans les milieux ruraux ont causé un grand changement dans la population dans les milieux urbains, suite à des migrations massives précipitant l'urbanisation. Selon le PNUD et le MDE (2007), 40 % de la population d'Haïti vit dans des centres urbains, incluant des bidonvilles situées dans les plaines côtières inondables telles que Cité Soleil à Port-au-Prince, Raboteau aux Gonaïves, et La Faucette au Cap-Haïtien, etc. Compte tenu de l'ampleur de la prolifération villes ainsi que des bidonvilles dans les plaines côtières et en raison du caractère non planifié de l'urbanisation particulièrement rapide qu'elles subissent, cela pourrait avoir des répercussions sur l'écosystème marin et même sur l'écosystème terrestre proche du littoral.

précédent sommaire suivant