WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Approche socio-anthropologique des institutions d'intégration des personnes àĘgées¬†: le cas de l'êbeb chez les Odjukru (côte d?ivoire)

( Télécharger le fichier original )
par Fato Patrice KACOU
Université Félix Houphouet Boigny de Cocody-Abidjan - Thèse Unique de Doctorat en Sociologie 2013
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

4.1.5- Construction sociale de la vieillesse pathologique

Tableau 5 : Eléments de vieillesse odieuse

Facteurs de vieillesse pathologique

VA

VR

Décès prématuré

81

24,4

Mauvaise santé physique et psychologique

95

28,6

Infortune de progéniture

16

04,8

Etat de nécessiteux

168

50,6

Isolement

42

12,7

Sans enfants

12

3,6

Asocial

15

04,5

Pas de réponse

15

04,5

Total

332

100

Source : enquête personnelle, 2010.

La vieillesse étant vécue différemment, les sociétés en sont venues à déterminer deux types de vieillesse. L'une dite réussie et l'autre pathologique. Cette manière de concevoir la vieillesse régit les relations entre l'entourage et le sujet. La société pense que le type de vieillesse que vit la personne âgée résulte de ses actes posés antérieurement (la théorie de la continuité). Cinq éléments selon nos enquêtés permettent de ranger la vieillesse dans une typologie.

· Décès précoces

Ici, nous énumérons trois façons de décéder. Le décès qui survient pendant l'exercice de la fonction d'êbebu. Le statut d'êbebu comme nous l'avons dit est la porte d'entrée dans la vieillesse. Le souhait de la communauté serait de voir l'individu terminer ses huit années de mandat et gravir d'autres échelons qui somme toute témoignent et renforcent la maturité de l'individu.

Le décès de l'individu est vécu comme prématuré s'il intervient peu avant la fête d'êbeb, à l'approche imminente de la cérémonie de sacre ou encore pendant les cérémonies d'investiture. Durant l'enquête, nous nous sommes rendu compte de la psychose de la mort qui s'empare des familles. Car selon les témoignages recueillis, il n'est pas rare d'enregistrer des morts dans les rangs des prétendants.

· Décès avant d'atteindre l'âge des nênici

La société Odjukru à travers les statuts honorifiques de lêless et de lakpikine souligne l'utilité des membres des classes d'âge ayant accompli la fonction d'êbeb. Ils sont institués pour aider leurs jeunes frères êbebu à réussir à leur tour leur mission.

L'inutilité peut s'amorcer à partir des stades de nênici et de milacme. D'ailleurs nênici et milacme signifient respectivement molaire et cendre175(*).

· Maladie et les troubles mnésiques

La maladie et les troubles mnésiques ont été des facteurs restrictifs de la participation des personnes âgées aux activités et à la vie communautaire. Si les «démences séniles» amènent à ne pas demander l'avis du patient de peur d'entendre des propos insensés, l'immobilité et les troubles visuels maintiennent les personnes âgées dans les chambres. Or, la gestion du pouvoir Odjukru étant collective, les individus doivent se déplacer pour se rendre sur la place publique.

· Etat de nécessiteux ou la vieillesse des pauvres

Des personnes âgées ayant perdu leur vitalité ne peuvent plus mener d'activités génératrices de ressources. Malheureusement, le dépérissement de l'institution familiale ne permet pas souvent leur prise en charge. Alors des personnes âgées dans cette situation sont contraintes à la «mendicité». Dans les quatre villages où l'étude a été conduite, des enquêtés ont demandé notre générosité pour pouvoir se nourrir un tant soit peu. Pourtant, dans la tradition Odjukru, l'adja (héritage) ou encore le patrimoine économique de la famille est détenu par le patriarche. Aujourd'hui, cette institution même si elle persiste n'est plus qu'une survivance (le capital angbandji est toujours payé par le doyen d'âge de la famille, le patriarche). N'importe qui dans la famille peut s'enrichir et posséder la richesse à titre personnel. C'est pourquoi, le fait de n'avoir pas eu d'enfants, d'avoir des enfants infortunés (délinquance, déscolarisation) est un motif de risée. Car, avec les mutations sociales, les parents espèrent une obligation alimentaire venant plus de leurs enfants que du neveu comme le prescrit les règles du matriarcat.

· Isolement des personnes âgées

Infortune de progéniture

(pas de descendance, délinquance)

Vieillesse

Pathologique

Isolement social

(âgisme, asocial)

Etat de dépendance

(mendicité, pas de prise en charge, pas d'obligation alimentaire)

Décès précoce

(Décès pendant, avant et peu après la célébration de l'êbeb)

Santé précaire

(maladies, perte de facultés cognitives)

Des personnes âgées nous ont confié qu'elles ont été abandonnées par leur famille et leurs enfants. La raison qu'elles avancent est le fait qu'elles sont démunies. Venir leur rendre visite entraîne toujours des dépenses. En revanche, l'entourage pense que si elles sont abandonnées c'est en raison de leur caractère acariâtre et asocial.

Schéma 6: Représentation de la vieillesse pathologique, (enquête personnelle, 2010).

* 175Voir infra, p. 175 signification de la molaire et de la cendre.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net