WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Approche socio-anthropologique des institutions d'intégration des personnes àĘgées¬†: le cas de l'êbeb chez les Odjukru (côte d?ivoire)

( Télécharger le fichier original )
par Fato Patrice KACOU
Université Félix Houphouet Boigny de Cocody-Abidjan - Thèse Unique de Doctorat en Sociologie 2013
  

précédent sommaire suivant

5.3- A la rencontre des secrets de longévité

Nous avons rencontré des personnes âgées avec qui nous avons conversé notamment sur les secrets de la longévité et les transformations sociales observées. Nous comptons un supercentenaire et un nonagénaire.

Photo 13 : Tata Agnimel, Ndjruman-odjogba, Doyen d'âge 102 ans. Débrimou, (enquête personnelle, Décembre 2009).

Nênici Tata Agnimel a 102 ans, père de six enfants, il appartient à la classe d'âge des Ndjruman-odjogba, la classe d'âge la plus âgée. Il est lui-même le doyen d'âge du village de Débrimou. Il est marié et son épouse membre de la classe d'âge des Abrahman-odjogba a 87 ans.

Cet ex cultivateur affirme la rareté et le caractère divin de la longévité. Il tire sa satisfaction des pouvoirs spirituels et religieux que lui confère son âge. Pour lui, les ennemis de la longévité ont pour nom: le vol, le mensonge, l'insalubrité. Son ambition actuelle est que sa vie se prolonge jusqu'à l'inauguration de la nouvelle Eglise Catholique du village en construction.

Il refuse la vie dans un hospice fort de son attachement à sa famille et à son village. Son alimentation de base se compose de l'attiéké et du poisson, ajouté à cela la consommation d'alcool et de tabac.

Il ne se fait conter aucune cérémonie d'angbandji. Il y assiste lui-même. Car il faut le rappeler, lors de ces cérémonies, on fait souvent des dons aux êbebu et aux post-êbebu. Il est donc présent pour avoir sa part de manne. Nous avons été témoins ce 19 décembre 2009 de cinq cérémonies d'Angbandji auxquelles il a pris part de 9 heures à 18 heures temps universel.

Photo 14 : Lakpikine Agori Essis Jean, Abrahman-kata, 87 ans, doyen d'âge d'Armébé. Armébé, (enquête personnelle, Août 2009).

Lakpikine Agori Essis Jean a 87 ans, il est membre de la classe d'âge des Abrahman-kata. Il détient le titre de doyen d'âge du village d'Armébé. Dans la génération des Abrahman, ils sont deux à être en vie. Cependant, en raison du mauvais état de santé du second, nous n'avons pas pu lui rendre visite.

En sa qualité de doyen et eu égard à ses connaissances, c'est vers lui que les autorités villageoises nous ont orienté pour connaître l'histoire de l'êbeb, dont son village en est l'inventeur et nous relater l'histoire de la provenance du peuple Odjukru. A en croire ses propos, sa principale difficulté est l'enflure du pied gauche qui est de nature à limiter ses déplacements.

Sur la nature de ses rapports avec ses cadets êbebu, il se sent respecté dans la mesure où il est consulté et qu'il est considéré comme une personne de référence. Il conseille aux jeunes de se détourner du vol.

La deuxième partie, fondements anthropologiques de la société Odjukru et sa vision du grand âge a été déclinée en trois chapitres. On note que dans la société Odjukru, il y a trois institutions sociales majeures à savoir: le low, l'angbandji et l'êbeb qui ont pour fonction d'assurer l'intégration sociale des membres. Le low est le niveau primaire de socialisation et d'attribution d'identité collective à une classe d'âge. L'angbandji est l'institution intermédiaire qui confirme les vertus de savoir-être et de savoir-faire acquis au cours du low. Ces vertus sont manifestes par la possession de capitaux social, culturel et symbolique. Et l'êbeb qui est l'institution la plus prestigieuse qui confère aux personnes âgées le pouvoir politique. La fonction d'êbebu elle-même ouvre la voie à l'appartenance à quatre échelles honorifiques d'âge avancé.

Au niveau structurel, on constate que la société Odjukru est régulée par les aînés sociaux. Au plan idéologique, l'êbeb en tant que pouvoir gérontocratique est légitimé par une légende qui contribue à anoblir le grand âge et au plan symbolique, il y a des images ou éléments matériels dont l'usage et le sens promeuvent le grand âge.

Le régime gérontocratique Odjukru est lui-même lié aux représentations sociales de la vieillesse et de la longévité. Ces représentations sociales sont dialectiques en ce sens qu'à la vieillesse rayonnante on associe la longévité récompense et à la vieillesse pathologique on fait correspondre la longévité punition. Ces perceptions de la vieillesse et de la longévité déterminent les rapports sociaux et influencent les conduites sociales.

C'est donc un ensemble de mécanismes sociaux qui constituent des énergies vitales à un moment où biologiquement les fonctions des organes du corps humains connaissent un relâchement.

Selon le rapport au monde des Odjukru, il y a plusieurs facteurs dont, l'observance contribue à élever la probabilité pour les individus de connaître une longue durée de vie. S'il est difficile d'établir entre ces facteurs une classification rigide et hiérarchisée, on peut dire que les facteurs social et métaphysico-religieux font l'objet d'une attention particulière et sont évoqués de façon récurrente.

Cependant en raison des trajectoires de vie spécifique, on a une hétérogénéité de situation à l'intérieur des strates sociales de personnes âgées. C'est ce que nous laisse entrevoir l'analyse et l'interprétation des données sur les caractéristiques socio-démographiques et les conditions de vie des personnes âgées.

précédent sommaire suivant