WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Approche socio-anthropologique des institutions d'intégration des personnes àĘgées¬†: le cas de l'êbeb chez les Odjukru (côte d?ivoire)

( Télécharger le fichier original )
par Fato Patrice KACOU
Université Félix Houphouet Boigny de Cocody-Abidjan - Thèse Unique de Doctorat en Sociologie 2013
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

6.1.4- Répartition selon le niveau de scolarisation

Tableau 19 : Répartition des enquêtés par niveau d'instruction selon le sexe

Sexes

Niveaux d'étude

Masculin

Féminin

Total

VA

VR

VA

VR

VA

VR

Analphabète

81

24,4

184

55,4

265

79,8

Primaire

29

8,7

09

2,7

38

11,4

Secondaire

22

6,6

01

0,3

23

6,9

Supérieur

06

1,8

00

00

06

1,8

Total

138

41,6

194

58,4

332

100

Source : enquête personnelle, 2010.

Le niveau d'instruction est la variable susceptible de permettre de comprendre les mentalités et les idéologies de référence des enquêtés.

Nous enregistrons une prédominance des analphabètes, soit 79,8% de la population de personnes âgées enquêtées. 11,4% de cette même population a un niveau d'étude primaire. Les individus ayant un niveau secondaire ou supérieur constituent respectivement une part de 6,9% et 1,8%. En termes d'effectif, nous avons 265 individus analphabètes dans les quatre villages réunis sur un effectif total de 332 et 6 individus de niveau supérieur. Cela s'explique par la récence de l'histoire de l'introduction de l'école conventionnelle en Côte d'Ivoire189(*) (1882).

55,4% des femmes âgées contre 24,4% des hommes âgés sont des analphabètes. 2,7% des femmes âgées contre 8,7% des hommes âgés ont un niveau d'étude qui correspond au primaire. Une femme âgée sur 194 femmes a pu atteindre le niveau d'étude secondaire soit 0,3%. Aucune femme âgée n'a le niveau d'étude supérieur. En effet, malgré les efforts incitatifs pour la scolarisation de la petite fille, on note que le taux net de scolarisation190(*) à l'échelle nationale est de 56,10% dont 53,10 chez les filles et 58,8% chez les garçons. Les pesanteurs socioculturelles continuent d'impacter sur le taux de scolarisation. C'est ce qu'atteste l'analyse multivariée du niveau d'instruction, du lieu de résidence et de l'âge.

Tableau 20 : Répartition des enquêtés par niveau d'instruction selon le village d'appartenance

Source : enquête personnelle, 2010.

Les intervalles d'âge compris entre 76 et 99 ans sont ceux dans lesquels il y a plus de proportions élevées d'analphabètes suivi des intervalles d'âge compris entre 60-75 ans. Les individus ayant un niveau d'étude supérieure ou secondaire se trouvent plus dans la catégorie des personnes âgées du troisième âge, soit respectivement 83,3% et 78,3%.

Le passage d'un intervalle d'âge moins important à un autre plus important, est marqué par un taux d'analphabétisme élevé. Et au fur et à mesure que le niveau d'étude devient plus important, la proportion se réduit. Cela se vérifie dans l'ensemble des colonnes. Par exemple, nous passons de 265 analphabètes à 38 individus de niveau d'étude primaire, puis à 23 individus de niveau d'étude secondaire et enfin à 6 individus de niveau d'étude supérieure.

Lorsque l'analyse du tableau s'effectue en partant d'une sous-population qui concerne le village et d'une population totale qui prend en compte les quatre villages, nous constatons à travers chaque village pris séparément une prédominance des analphabètes. Dans les villages de Bonn, Armébé, Débrimou et Bouboury nous dénombrons parmi les personnes âgées interrogées respectivement 7,5%, 9,8%, 64,5% et 18,1% d'analphabètes. Dans la population mère, nous remarquons que Débrimou et Bouboury ont les proportions plus importantes d'analphabètes. Paradoxalement ce sont ces deux villages qui ont des ressortissants à niveaux d'étude secondaire et supérieure. Cependant, si on vient à Bonn, du niveau d'étude primaire en passant par le niveau d'étude secondaire jusqu'au niveau d'étude supérieure, nous avons un pourcentage nul. A Armébé, seul un individu soit 02,6%, a le niveau d'étude primaire. Débrimou a, à lui seul 5 individus de niveau supérieur sur un total de 6. C'est un indice de la tendance du village de Débrimou à intégrer les innovations et emprunts culturels.

* 189La première tentative de création de l'école en Côte d'Ivoire a eu lieu en 1882 dans la région d'Aboisso, précisément à Elima à l'initiative d'un français, Arthur Verdier. Source: dinec-ci.org (direction nationale de l'enseignement catholique)

* 190 http://web.undp.org/africa/documents/mdg/coteivoire-august2010.pdf

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net