WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Approche socio-anthropologique des institutions d'intégration des personnes àĘgées¬†: le cas de l'êbeb chez les Odjukru (côte d?ivoire)

( Télécharger le fichier original )
par Fato Patrice KACOU
Université Félix Houphouet Boigny de Cocody-Abidjan - Thèse Unique de Doctorat en Sociologie 2013
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

8.2- Logiques d'isolement social des aînés sociaux

La société, par étymologie, est un cadre dans lequel les différents éléments ou acteurs sont reliés entre eux, donc intégrés. Cependant, des comportements ou des mécanismes peuvent conduire à la marginalisation. Dans notre étude, nous avons noté quatre facteurs qui entraînent l'isolement social des personnes âgées.

8.2.1- Facteur social

8.2.1.1- Héritage

Nous distinguons deux sortes de legs. L'héritage familial (adja) dont la gestion incombe au doyen de la famille et l'héritage matriarcal.

L'héritage est le patrimoine économique de la famille qui est géré par son doyen, le plus âgé. Il est composé de plantations, de métaux précieux (or) et de pagnes. Le doyen d'âge de la famille gère les biens au profit des membres de la famille. Par exemple, le capital angbandji de la famille est justifié par l'adja et lesdits biens. Il aide les membres de la famille à célébrer leurs fêtes traditionnelles. Cependant, la société Odjukru étant de plus en plus attirée par le profit (ressources issues des produits de rente) les biens familiaux ont tendance à être les propriétés des chefs de famille qui en jouissent seuls au détriment des besoins des autres. Cette situation est l'objet de conflits entre les membres de la famille. Par exemple un homme âgé de 84 ans, interrogé sur ses frères et soeurs en vie, a répondu qu'il n'en avait pas. Or, en réalité, ils vivent mais ils sont divisés sur le partage de l'héritage familial. D'autres nous ont expliqué qu'elles ont été mises à l'écart parce qu'elles réclament des aides provenant des biens familiaux. Des chefs, réticents à la distribution des richesses, instaurent de fait une inimitié entre les plaignants et eux en ne leur rendant plus visite. La même situation se reproduit dans le cas de la distribution des biens issus de l'héritage de l'oncle. Ici, un jeune ou un adulte se trouvant dans la position de neveu hérite de l'oncle. Les soeurs ou frères du défunt attendent de lui des obligations alimentaires mais qui ne sont pas toujours satisfaites ou satisfaites au mécontentement des «ayant droits». C'est le genre de conflit qui oppose une femme âgée de 75 ans, membre de la classe d'âge des Mbédié-kata à ses neveux au sujet de l'héritage de leur défunt père. Les enfants accusent la femme âgée de sorcière: soit parce qu'elle a tué son frère pour s'approprier ses biens soit parce qu'elle est l'instigatrice d'une lutte pour le contrôle de l'héritage. Les conflits sur l'héritage sont couramment associés à la sorcellerie.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net