WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Problématique terminologique dans le domaine de l'agroécologie au Venezuela

( Télécharger le fichier original )
par Maria Tovar
Université Lumière Lyon 2 - DEA LTMT 2004
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

CHAPITRE 2

2.1 DESCRIPTION DE LA PROBLEMATIQUE

Dans la plupart des sciences nouvelles, par exemple l'informatique, en évolution constante et riche en termes nouveaux qui naissent conjointement aux innovations techniques, il existe toujours une langue de base dans laquelle le principe d'une terminologie appliquée aux concepts nouveaux qui n'ont pas de signifié dans la langue est envisageable.

Cependant, pour les autres communautés de langue qui n'ont pas participé à la découverte scientifique, où même pas au baptême terminologique, la situation est loin d'être idéale. Dans le cas de l'informatique, il existe des communautés où les termes en anglais sont utilisés pour des concepts qui parfois n'ont pas d'équivalents dans leur langue.

En général, la création dans ces langues de termes faisant référence à des innovations suit un chemin différent. Au lieu de se baser sur l'application d'une forme linguistique aux concepts nouveaux, les termes de la langue étrangère sont souvent la traduction des termes de la langue d'origine. Parfois la traduction de ces termes est faite dans un cadre contrôlé, avec des terminologues qui travaillent avec les spécialistes de la science en question pour arriver à la solution la plus adéquate. Par contre, dans de nombreux cas, c'est la communauté parlante qui arbitrairement trouve des solutions particulières au vide terminologique, solutions qui parfois se limitent à une quantité restreinte de locuteurs et qui ne suivent aucun principe terminologique.

L'agroécologie est une discipline nouvelle : la terminologie d'origine vient donc de la langue anglaise. Dans les facultés où cette science est enseignée, les textes utilisés sont souvent rédigés en anglais, situation qui évidemment ne cause pas de problèmes dans les pays anglophones.

Le besoin d'une terminologie de l'agroécologie en espagnol se pose lorsque cette science commence à prendre son essor dans des pays tropicaux, qui en Amérique latine possèdent en général l'espagnol comme langue maternelle. Comme il a été expliqué plus haut, les spécialistes, les professeurs et, par conséquent, les étudiants en agroécologie ou en sciences connexes communiquent entre eux avec une terminologie issue de leur propre interprétation des sources en anglais. Parfois cette interprétation se trouve mélangée avec les opinions personnelles de chaque spécialiste, sans qu'aucun consensus ou aucune convention ne soit appliquée.

Dans le cas spécifique du Venezuela, les spécialistes arrivent à bien se comprendre entre eux, étant donné que par la pratique professionnelle il existe une espèce de terminologie extra-officielle mais qui convient à tous. En revanche, dans le cadre pédagogique, chaque enseignant travaille avec sa propre perspective laquelle, doit de plus être assimilée par les étudiants au même titre que la terminologie en anglais des textes d'étude.

Le manque de textes en agroécologie rédigés originellement en espagnol ne fait qu'aggraver le problème, parce que les traductions des textes ne partagent pas tout le temps la même terminologie. Et même si la terminologie ne varie que légèrement entre les traductions, les lecteurs de ces textes se trouvent souvent dans une situation où ils comprennent ce qu'ils lisent mais où ils hésitent entre les possibilités non normalisées données par ces documents au moment de choisir les termes pour s'exprimer.

Le problème s'étend même jusqu'a l'instance conceptuelle car les unités lexicales sont bien définies en anglais et, par conséquent, les concepts correspondent au cadre agroécologique des pays à climat tempéré. Les pays d'Amérique latine, et particulièrement les pays équatoriaux, ont un climat tropical aux caractéristiques naturelles spécifiques et ponctuelles qui souvent ne sont pas les mêmes que celles des pays tempérés. Par exemple, au début et à la fin de la saison des pluies, la culture des espèces végétales hautes peut contribuer au profit de l'humidité résiduelle pendant la saison de sécheresse. De plus, un système de polycultures de maïs et de cacahuètes donne aux sols des nutriments en abondance à la fin de la saison des pluies qui peuvent être utilisables pour la culture d'autres espèces16(*).

Les techniques agroécologiques dans les régions tropicales doivent préparer le sol pour la saison de sécheresse et profiter au maximum de la saison des pluies, démarche qui n'est pas du tout appliquée dans les zones tempérées où il existe un système annuel de quatre saisons.

Dans le contexte régional, les variantes terminologiques entre les pays latino-américains où l'agroécologie est étudiée et appliquée sont encore plus diverses, ce qui supposerait un problème potentiellement plus grave si l'on envisage une conception du développement international de cette discipline.

Même si Internet constitue un outil pour toute la communauté parlante et, en quelque sorte, une entité régulatrice de la terminologie, il souffre de la même maladie que les textes pédagogiques, c'est-à-dire que les sites qui offrent des informations agroécologiques sont souvent des traductions de textes ou d'autres sites présentés originellement en anglais.

L'agroécologie constitue un terrain vierge pour la recherche terminologique, au moins dans les pays d'Amérique latine et cette situation se reflète aussi dans l'absence de produits terminologiques, par exemple un glossaire, contenant les notions et les termes du domaine agroécologique qui serait le résultat d'une recherche sérieuse et profonde.

C'est pour cette raison que le but ce travail est de délimiter ponctuellement le domaine et la problématique que pose la terminologie de l'agroécologie spécifiquement au Venezuela, ainsi que de proposer une perspective d'action méthodologique abordée d'après plusieurs auteurs et adaptée aux caractéristiques particulières de la situation exposée.

Il faut préciser que, pour les effets de ce travail préliminaire, les sources à utiliser pour illustrer la problématique seront les documents trouvés sur Internet car la plupart des sources en anglais et le peu de bibliographie en espagnol qui servent de base à la description du problème se trouvent au Venezuela, endroit où la suite de la recherche aura lieu. Mais, même si les documents utilisés dans ce travail soient des documents en ligne, ils montrent la plupart des caractéristiques des textes imprimés, ce qui suppose que les conclusions achevées à la fin du travail peuvent être également appliquées à ces derniers.

* 16 Altieri, M., Agroecology. The Scientific Basis of Alternative Agriculture.

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.