WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'Union européenne et Chypre: autopsie d'un succès inachevé


par Meriem JAMMALI
Université Paris IV Sorbonne - Master Enjeux, conflits, systèmes internatinaux à l'époque moderne et contemporaine 2006
  

précédent sommaire suivant

II. Rappels historiques

1. La période ottomane

Contrôlée par les Vénitiens, Chypre fut conquise en 1571 par le sultan Selim II25(*). Cet événement fut vivement ressenti en Europe26(*). L'île demeura ottomane trois siècles durant, avant d'être cédée en 1878 au Royaume-Uni, « pour être occupée et administrée » par ce dernier, et ce jusqu'à l'indépendance survenue en 1960. Par ailleurs, il importe de souligner que pendant le règne des Ottomans sur l'île, le Sultan a chassé du pays les catholiques et assuré l'autonomie des Chypriotes grecs par le biais du rôle primordial conféré à l'Eglise orthodoxe. Cette caractéristique a renforcé la position de l'archevêque autocéphale en lui donnant le nom d'Ethnarque (Millet selon les Ottomans). Paradoxalement, cette autonomie partielle avait renforcé le sentiment national hellène propagé par cette même Eglise27(*). La politique ottomane émane d'une volonté de laisser les « infidèles » gérer leurs affaires tant qu'ils ne perturbent pas l'ordre public et tant qu'ils paient leurs taxes28(*). Le cas chypriote n'est pas unique dans la mesure où l'Empire ottoman n'a jamais cherché à diffuser sa culture et sa civilisation, il pratiquait une politique de respect ethnique et confessionnel. En revanche, il a toujours considéré prioritaire la question de l'expansion territoriale. Quant à la population chrétienne et maronite, une grande majorité d'entre elle s'est convertie à l'islam en adoptant des noms musulmans ou des noms turcs afin d'échapper à la répression des orthodoxes. Cependant, ils continuèrent à pratiquer en cachette leur foi. Ces nouveaux convertis constituèrent la population des « Linonpambakis » qui fusionnèrent avec la communauté turque implantée par décision du pouvoir central29(*).

La population turque est issue de l'Asie Mineure. En effet, il se trouve que dès 1764, les Chypriotes grecs ont commencé à se révolter contre l'administration du pouvoir central. Soucieux d'affirmer son pouvoir, le gouvernement ottoman fait appel aux soldats anatoliens ainsi qu'à quelques familles d'administrateurs turques afin de mater ces rebellions surtout après les évènements de 182130(*). Ce furent les premiers habitants d'origine turque à s'installer sur l'île. La population chypriote turque en 1974 était constituée par les descendants de ces familles31(*). Il importe de signaler que les flux de migrations des Anatoliens à la recherche d'emplois et de terre moins hostile que l'Anatolie n'ont cessé de croître. Suite aux évènements de 1974, une partie des Chypriotes turcs ont quitté le pays en destination de l'Angleterre comme terre d'accueil. Avec la complicité du gouvernement turc, l'administration chypriote turque a favorisé l'installation de Turcs venus de Turquie afin de maintenir le statut quo de la partition.

Jusqu'au début des années 70, et malgré les quelques différends signalés, Grecs et Turcs vivaient paisiblement sans incidents majeurs, ce qui va à l'encontre de ce que Henry Kissinger prétend, selon qui « des siècles durant, Grecs et Turcs avaient cultivé la haine de l'autre, qui explosait périodiquement en massacres et autres atrocités »32(*).

* 25 Selim II : dit l'ivrogne : Sultan ottoman de 1566 à 1574, fils de Soliman le Magnifique. Il fut poussé par son vizir à se lancer dans la prise de Chypre en 1570 alors qu'elle était sous le contrôle des Vénitiens. Cette conquête répondait à la tradition ottomane selon laquelle tout sultan devait s'emparer d'un nouveau territoire.

* 26 MANTRAN Robert, Histoire de l'Empire ottoman, p. 156.

* 27 Cette tendance d'indépendance n'était pas une particularité chypriote car différentes révoltes se sont produites dans les provinces ottomanes à l'instar de l'Afrique du Nord et de la Syrie, etc.

* 28 HORTON KELLING George, Countdown to Rebellion, British Policy in Cyprus 1939 - 1955, London, 1990, p. 2.

* 29 HATEM Elie, « Chypre à l'heure européenne », document disponible sur : entrefilets.com/chypre.htm.

* 30 En 1821, l'Empire ottoman a exécuté l'Archevêque, quelques évêques et d'autres notables, accusés de vouloir participer à la Guerre d'Indépendance de la Grèce contre l'Empire ottoman. En 1856, le gouvernement central se charge de la perception des impôts dans l'île.

* 31 GILLES (B.), Le conflit gréco-turc la confrontation de deux nationalismes à l'aube du XXIème siècle, Paris, 2003, p.76.

* 32 KISSINGER (H), Loc. cit, p. 173.

précédent sommaire suivant