WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etude statistique de quelques maladies fréquentes chez l'enfant au grand Casablanca

( Télécharger le fichier original )
par Nadia LAANTRI
Université Chouaib Doukkali - DESA sciences Anthropogénétiques 2004
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

IV- ETUDE DE L 'HYPOSPADIAS :

hypospadias

0,3%

Sans hypospadias

99,7%

Figure (43) : la fréquence des enfants hospitalisés avec Hypospadias.

D'après le diagramme en secteurs ci-dessus, trois enfants sur mille sont att eints d'un Hypospadias. En effet, sur 5260 garçons 25 seulement sont atteints, ce qui représente un rapport de 1/210 naissances masculines, valeur qui reste faible à celle rapportée par Stokowski (2004) 1/125 naissances masculines.

1- distribution de l'hypospadias selon les classes d'âges :

48%

nombre de
cas

12

36%

10

8

6

4

8%

4%

2

0

< 1 an [1-5[ [5-10[ [10-15[ [15-20[
Classes d'âges

Figure (44) : Répartition des enfants avec hypospadias en fonction des classes

d' âges.

L'histogramme de fréquence en fonction de l'âge, montre que l'intervention chirurgicale a spécifié 48% des enfants dont l'âge est supérieur à 12 mois, suivie par ceux dont l'âge est compris entre 5 et 10 ans (36%).

En rappelant que l'âge idéal pour l'intervention semble se situer entre 1 et 2 ans, alors que certains chirurgiens opèrent plus précocement, entre 6 et 12 mois, ceci pour diminuer le retentissement psychologique. (Pascal et al, 2001)

2- distribution de l'hypospadias selon les saisons et les centres sanitaires :

80%

40%

Hiver Printemps Eté automne

SAISONS

C/S C/D URG MATER TRE URG
centre sanitaire

20

18

16

14

12

10

nombre de cas

8

6

4

2

0

20%

nombre de
cas

9

8

7

6

8%

5

4

3

2

1

0

10

32%

20%

Figure (45) : Répartition des enfants avec hypospadias selon les saisons et les centres sanitaire.

L'histogramme de fréquences d'hypospadias en fonction des saisons montre que 40% des enfants atteints sont identifiés au printemps. Cela est potentiellement lié à l'exposition des parents avant la conception ou même pendant le premier trimestre de la grossesse à certains produits chimiques. (Pascal et al, 2001). 80% des garçons hospitalisés, proviennent du centre de diagnostique et 20% arrivent directement aux urgences.

3- évolution de l'Hypospadias au cours des années d'étude :

Nom bre de cas

1999 2000 2001 2002 2003 2004

3

2

8 7 6 5 4 3 2 1 0

7

5

5

2

Année

Figure (46) : Evolution annuelle des cas d'hypospadias au niveau de la région du grand

Casablanca, 1999-2004.

Dans le présent travail, nous nous sommes intéressés à l'étude du profil épidémiologique de certaines pathologies humaines et en particulier celles qui touchent l'enfant telles que les maladies de : l'Hernie, l'Hydrocèle, l'Ectopie testiculaire et l'Hypospadias. Pour cette raison, nous nous sommes proposés, dans un premier volet, d'étudier certains facteurs épidémiologiques descriptifs à savoir : la fréquence, le sexe, l'âge, la provenance géographique, le centre sanitaire, le type de pathologie.....et .dans un deuxième volet, de discuter les concordances et les différences de nos résultats en comparaison avec ceux trouvés à l'échelle nationale et mondiale.

+++ L'étude clinique de l'hernie et de l'hydrocèle a montré que ces deux pathologies pariétales sont liées tous deux à un défaut de fermeture du canal periténio-vaginale, et sont extrêmement communs dans la petite enfance et l'enfance, ainsi si :

- le canal est large, donc l'intestin ou l'ovaire pourra s'y glisser et dans ce cas on parle d'hernie inguinale qui diffère selon le niveau du fond du sac

- le canal est étroit, donc seul le liquide physiologique passera pour former une hydrocèle micro ou macro communicante.

D'après Boukinda (1993), l'hernie congénitale, est la conséquence d'un arrêt de développement pariétal durant la vie intra-utérine. Elle se traduit par la préformation du sac et du trajet chez le nourrisson, l'enfant, l'adolescent et éventuellement certains adultes non opérés plus tôt. Elle devient par la suite, acquise chez la plupart des adultes.

Les premiers résultats retenus de notre étude sur les enfants atteints d'une Hernie, au niveau du grand Casablanca, durant la période comprise entre 1999 et 2004, nous ont permis de décrire une évolution annuelle croissante. Cette variation passe de 7% en l'an 1999 à 14% en l'an 2004. En effet, sur 8090 fiches offertes par le service de pédiatrie de l'hôpital sidi othman à Casablanca, 12,1% de ces enfants sont atteints d'une hernie. En comparaison avec des travaux similaires menés au Congo en l'an 1993, le taux d'hernie dans cette région est de 15%, une valeur qui ne dépasse pas de loin celle qu'on a déterminée sur notre échantillon. Cette fréquence relative de 12% qualifiée comme importante, peut être liée à l'accroissement démographique de la population casablancaise. Cette dernière constitue la plus grande concentration humaine et urbaine du pays en abritant 12% de la population totale du Maroc avec un rythme moyen de croissance de 1,8% selon le ministère de l'aménagement du territoire et de l'urbanisme. Toutefois, l 'étude a montré que sur l'ensemble des enfants atteints d'une hernie, 753 garçons présentent la maladie contre 288 filles, avec un sexe ratio de l`ordre de (3,3/1). Ainsi, 50% des enfants hospitalisés appartiennent à la deuxième classe d'âges (de un an à cinq ans) et tous subissent une opération chirurgicale herniaire après avoir été

diagnostiqués par le médecin ou après consultation directe aux urgences chirurgicales, donc réduire le risque d'étranglement et d'atrophie testiculaire ou ovarien. Cette étude a montré aussi que ces enfants atteints d'une hernie proviennent des régions urbaines et rurales du grand Casablanca et que plus de 3% arrivent des régions limitrophes telles que Settat, Ben slimane et autres régions.

L'étude de la répartition des différents types d'hernies montre que sur 8090 enfants malades, 9% ont une hernie inguinale ce qui représente 80,8% de l'ensemble des enfants atteints d'une hernie. Le reste des malades portent soit une hernie ombilicale (14,5%) ou une hernie de la ligne blanche (3,4%) ou une hernie ovarienne (0,8%) ou une hernie sus ombilicale (0.6%).

Alors que, chez 41,5% des malades l'hernie inguinale est du côté droit, chez 18% du côté gauche et 3,5% se produisent bilatéralement. Ces fréquences restent moyennement importantes en comparaison avec les résultats obtenus suite à une étude similaire menée au Niger par HAROUNA (2001), dont il a montré que 13% des enfants ont une hernie inguinale. ASHWANI et coll. trouvent l'hernie bilatérale chez 61,7% des enfants surtout ceux de petit poids de naissance. Du même, en 1988, France rapporte qu'aux Etats Unis, 60% des enfants malades ont une hernie du côté droit, 30% du côté gauche et 10% bilatérale. En général, l'unilatéralité a été retrouvée à travers les études selon les pourcentages allant de 85 à 94%.

A la lumière des nos résultats, la fréquence de nos enfants malades reste, quand même inférieure à celle retrouvée ailleurs.

La résolution spontanée de l'hernie inguinale n'est possible que par intervention chirurgicale à des stades plus précoces afin de diminuer le risque significatif d'incarcération et d'étranglement de l'intestin, du testicule ou de l'ovaire. En effet, dans notre échantillon, 46 enfants atteints d'hernie inguinale, ce qui représente 4,7%, ont été admis en urgence pour étranglement. Alors, 50% des enfants traités chirurgicalement pour une hernie avaient un âge compris entre 1 et 5 ans, et presque 11% sont traités avant l'âge de 1 an.

++++ Dans ce deuxième volet, notre intérêt est penché sur une maladie génitale appelée l 'ectopie testiculaire. Durant la période allant de 1999 à 2004, la fréquence des enfants hospitalisés atteints de cette anomalie est évaluée à 4,6%, et sur 100 garçons hospitalisés seulement 7 sont atteints. Ce résultat reste significativement important en comparaison avec celui retrouvé par Adeoti (2004), au Niger qui est de 2,5%, donc, l'ectopie demeure encore fréquente dans notre population casablancaise. 43 % des enfants atteints sont âgés de 5 à 10 ans et que 2% des cas manifestés ont un âge supérieur à 15 ans ce qui représente une incidence annuelle de 74,8 cas atteints. Nos résultats sont identiques à ceux décrits par

Tshitala.B et coll. ( 1993) qui ont trouvé un pic sensible d'ectopie entre 6 et 8 ans, soit 28,24% de cas contre 3,8% des cas observés à l'âge adulte. Ceci est dû au faite qu'à cet âge, l'enfant est presque toujours avec sa mère d'où la découverte de la maladie dans le bas âge. L'ectopie testiculaire est souvent unilatérale avec une prédominance du côté droit. Dans notre échantillon, 80,6% des cas ont une ectopie unilatérale dont 47 cas sont du côté droit et 10,43% ont une ectopie bilatérale. Des résultats similaires ont été rapportés par Tshitalb et coll., (1993). Ils ont trouvé que sur 95 cas, 72,5% ont une ectopie unilatérale dont 50 % des cas à anomalie touchant la testicule droite. Gruner et al (1992), rapporte que les pathologies les plus fréquemment associées à une Ectopie testiculaire sont :

- l'hernie inguinale dans 3,5% a 20% des cas suivant les études

- l'hydrocèle pour 14,2% des nouveau-nés et 6,1% à l'âge de 3mois - l'hypospadias dans 2,7% à 5,7% des cas.

L'effet de saison peut être expliqué par l'exposition aux substances susceptibles d'avoir un effet négatif sur l'activité endocrinienne. Ainsi, Pascet al (2004) rapporte que des études actuelles émettent l'hypothèse de la rencontre d'un individu génétiquement prédisposé avec une substance (ou un mélange de substance) à propriété d'un perturbateur endocrinien, qui pourrait à partir d'un certain seuil, conduire au développement d'une ou plusieurs malformations génitales.

+++ Chez l'enfant de sexe masculin, on peut observer une légère oedème du scrotum attribuable à un épanchement de liquide autour du testicule suite à une perméabilité du canal péritonéo-vaginal, c'est ce qu'on appelle l'hydrocèle, et il peut être unilatérale ou bilatérale.

Dans cette troisième partie de notre étude, nous nous sommes intéressés à l'évolution des fréquences de l'hydrocèle chez les enfants de la naissance à 19 ans, ainsi sur 5260 garçons hospitalisés pour tous types de maladie, 123 garçons ont été ramenés à l'hôpital pour une hydrocèle. L'hospitalisation est maximale en l'an 2003 avec une fréquence de 22,8%, contre seulement 14,6% en l'an 2000.En effet, cette variation en fonction des années, montre que la régression est croissante et que le nombre de malades hospitalisés par an est estimé à plus au moins 20 enfants par an. En outre, 3,25% des enfants hospitalisés provenant des régions limitrophes sont atteints d'une hydrocèle telle que les régions de Settat, ben Slimane, Berchid et autres. 48% des enfants malades font parties de la 2éme classe d'âges (entre 1 an et 5 ans), ceci est dû essentiellement du faite que la plus part des cas d'hydrocèles guérissent avant l'âge

de 1 an. En effet, une intervention chirurgicale est obligatoire, si après cet âge, la guérissons n'a pas eu lieu, ou si l'hydrocèle est associée à une Hernie inguinale.

Dans notre échantillon, la répartition de l'hydrocèle selon le type est souvent unilatérale avec une fréquence de 31% (38 cas sur 123), et une prédominance du côté droit avec 20% contre 11% pour le côté gauche. L'hydrocèle bilatérale est moins importante avec 3% seulement

+++ L 'hypospadias est la malformation la plus fréquente de l'urètre du garçon. Environ, un garçon sur 300 a l'orifice urétral localisé à la face inférieure de la verge, il s'agit ici, d'un défaut de coalescence des replis génitaux pendant la vie foetale. Le siége du méat est d'autant plus postérieur. La forme balano-prépütiale est la malformation bénigne la plus fréquente (Frémond, 2000). Concernant notre échantillon, l'étude de l'hypospadias montre que sur 325 enfants hospitalisés un seul enfant est atteint de cette pathologie et que un seul garçon est malade sur 225 garçons atteints. En comparaison avec les résultats rapportés par Laura (2004), en étudiant l'hypospadias à la naissance (1/125), cette valeur demeure supérieure par rapport à la notre, ainsi que la fréquence trouvée en Sicile qui est de l'ordre de 12,1/1000 naissances masculines atteintes en Augusta et de l'ordre de 7,4/1000 en Vitoria. L'hypospadias est de plus en plus opéré avant l'âge de 2 ans pour éviter les complications psychologiques liées à une mauvaise image corporelle. L'évolution de l'hypospadias au cours des années d'études dans le grand Casablanca, révèle une régression négative, puisque sa fréquence est passée de 28% (2000) à 20% (2003).

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net