WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Diagnostic du profil de pauvreté au Sud-Benin: Cas du département de l'Atlantique

( Télécharger le fichier original )
par D. Mathieu GBAGUIDI
Université d'Abomey-Calavi Bénin - Maîtrise ès sciences de gestion 2004
  

sommaire suivant

INTRODUCTION

L'histoire politico-économique de notre pays est marquée par plusieurs périodes dont les plus importantes sont délimitées par les évènements tels que, l'accession à la souveraineté nationale, le déclenchement du processus révolutionnaire et l'avènement de la Conférence des forces vives de la nation de février 1990.

Chacune de ces périodes marque le départ d'un ensemble de processus politico-économique regroupant entre autre les différentes stratégies de lutte contre la pauvreté. Ainsi, de la période allant de 1960 à la révolution, il a été envisagé plusieurs stratégies de développement sans que ces différents plans soient effectivement mis en exécution à cause de l'instabilité de la vie politique.

Le début de la période révolutionnaire a été marqué lui aussi par plusieurs plans de réduction de la pauvreté et donc du développement notamment la prise en charge par l'Etat des secteurs vitaux de l'économie de même que la création de nombreuses entreprises publiques et semi-publiques. Mais il faut surtout remarquer que les multiples unités de production ont été mal gérées si bien qu'on pourrait dire que les différents plans de développement et de réduction de la pauvreté ont été sabotés.

Cet état de choses s'est traduit par l'amenuisement du secteur industriel dont la contribution a été considérablement réduite car très peu de produits locaux ont fait l'objet de transformation sur place. Une autre facette de cet amenuisement a été la mise au chômage de plusieurs chefs de ménages ; ce qui a constitué une source d'enlisement de ces ménages dans la pauvreté.

Il en va de même pour le secteur primaire qui devrait normalement être à la base du développement économique mais qui par défaut de diversification de la production agricole et par manque de promotion des exploitations n'a pas comblé les attentes.

Quant au secteur bancaire, il s'est effondré. Ceci se caractérise par l'illiquidité quasi-totale des banques.

Dans le but d'enrayer ces distorsions et de réduire la pauvreté, le gouvernement a pris un certain nombre de mesures parmi lesquelles on peut retenir la signature du premier Programme d'Ajustement Structurel (PAS 1) en 1989 avec les institutions de Bretton Wood (Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International). Les conséquences immédiates du PAS sont entre autres la réduction de l'effectif du personnel de l'Etat à travers la mise en oeuvre d'un programme de départ volontaire de la fonction publique, l'application d'une politique de réduction des charges étatiques.

Cependant ces actions n'ont pas permis d'obtenir des résultats satisfaisants car comme on le constate les conditions qui accompagnent les PAS ne sont pas en adéquation avec les réalités socio-économiques du pays. La situation politico-économique s'est donc empirée et c'est dans cette tension qu'est intervenue la conférence nationale des forces vives de la nation de février 1990.

Cette conférence a permis l'adoption d'une nouvelle constitution et la mise en place de plusieurs institutions politiques, économiques et juridiques afin de permettre un décollage effectif de l'économie.

Ces mesures ont conduit au renforcement des bases d'une économie libérale et à la promotion du secteur privé ; le désengagement sélectif et progressif de l'Etat des secteurs productifs. Ainsi les bases d'un réel développement socio-économique ont été jetées avec plus ou moins de succès.

Prendre des mesures pour réduire la pauvreté et protéger les populations les plus vulnérables ont été le leitmotiv des différentes stratégies de développement. Ces stratégies et programmes d'actions sont relatifs aux secteurs du transport, de la santé, de l'éducation et de l'agriculture .

Toutefois, il est à noter que la plupart de ces actions devant conduire à réduire la pauvreté ont connu des résultats mitigés. Il importe donc de faire le bilan de ces différentes actions surtout à l'ère de la décentralisation afin de connaître le profil de la pauvreté dans nos diverses villes et campagnes.

sommaire suivant