WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etude des causes et conséquences socio-économiques de l'expansion des bidonvilles dans l'aire métropolitaine de Port-au-Prince

( Télécharger le fichier original )
par Eliccel PAUL
CTPEA - DES 2002
  

précédent sommaire suivant

2.1.3.- La concentration à Port-au-Prince des services administratifs

Au niveau de l'administration publique, paradoxalement, la disparité en termes de distribution des services sociaux est très effrayante. Port-au-Prince est le centre de décision et de fourniture de services administratifs. Même s'il existe des annexes dans certaines villes secondaires du pays, le problème de concentration persiste encore. Ainsi, on a pu vérifier en 1990, que 70% des fonctionnaires publics se trouvent dans l'aire métropolitaine de Port -au -Prince qui reçoit à elle seule plus de 72.% des masses salariales, 80% du budget national5(*). De telles disparités ne pouvaient que contribuer à l'affluence massive des gens à Port-au-Prince. La capitale devient de plus en plus agglomérée, ses installations en équipements sociaux et les infrastructures sont devenues tout à fait insuffisantes pour desservir la population. L'inexistence presque totale des services sociaux de base dans les milieux ruraux constitue l'une des causes fondamentales de la migration urbaine.

2.1.4.-Concentration à Port-au-Prince des services sociaux de base

Parmi les différents services de base, certains se révèlent indispensables à l'existence humaine. Ainsi, on se propose d'analyser l'état de ces services sociaux dans les milieux ruraux.

2.1.4.1- Le service d'éducation

La disparité est aussi flagrante dans le secteur de l'éducation puisque l'aire métropolitaine de Port-au-Prince retient à elle seule presque la totalité des centres d'enseignement primaire, secondaire, universitaire et professionnel. D'après les statistiques officielles du MENJS, la plupart des centres d'enseignement professionnel et plus de la moitié des centres d'enseignement secondaire soit 63.52% de l'effectif global se trouvent dans le département de l'Ouest.

En effet, très peu d'écoles primaires et secondaires existent dans les milieux ruraux et celles-ci sont dépourvues d' infrastructures scolaires. Elles ont une capacité d'accueil très restreinte où 49.5% des gens seulement sont alphabétisés alors que le taux est de 85.1 % pour l'aire métropolitaine de Port-au-Prince1(*).

La demande sociale d'éducation est complètement supérieure à l'offre scolaire. Après les deux premiers cycles de l'enseignement fondamental ou le baccalauréat (1ere et 2ème parties), les gens doivent se rendre à Port-au-Prince pour poursuivre leurs études professionnelles ou supérieures.

Depuis les années 1980, selon les statistiques officielles de l'IHSI, une grande disparité est observée dans le répartition de l'offre scolaire entre zone urbaine et zone rurale du pays. En effet, le taux net de scolarisation était de 19.5% en milieu rural contre 78.1% entre milieu urbain en 1989. Cette disparité se maintient jusqu'en 1992 où plus de 62% des salles de classe se trouvent dans les milieux urbains.

A noter que 82.47% des écoles publiques et 75% des écoles supérieures et facultés se trouvent à Port-au-Prince1(*). On voit que le milieu rural est nettement défavorisé en matière d'éducation.

Même si les paysans sont pour la plupart analphabètes, mais ils se soucient beaucoup de l'éducation de leurs enfants parce qu'ils finissent par comprendre que l'avenir de leurs enfants ne peut être assuré que par l'éducation. Voilà pourquoi, ils manifestent une volonté accrue de fournir à leurs enfants cet instrument de combat. Donc, toutes les villes les mieux dotées en équipements scolaires, en particulier la ville de Port-au-Prince, devront accueillir la population scolarisable.

* 5 MPCEF, livre blanc octobre 1990.

* 1 1 IHSI, Enquête budget consommation des ménages, 1999-2000

* 1 1 Ernst Bernardin, la planification régionale en Haïti, 1995

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.


Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy