WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Milieu familial et reussite scolaire


par Jimmy CALIXTE
Université d'Etat D'Haiti/Faculte des Sciences Humaines - Psychologie 2007
  

précédent sommaire suivant

Chapitre  III : Interactions parents-adolescents axées sur l'école

Au cours de ces dernières années, plusieurs recensions des écrits, synthèses de recherches ont mis l'accent sur le rôle de la participation parentale reliée au suivi scolaire dans la performance scolaire des enfants et des adolescents (Deslandes et Potvin, 1998; Deslandes et Lafortune, 2001; Deslandes et Cloutier, 2005.). Ces recherches ont eu pour visée, d'explorer les habilités que les parents doivent avoir et les conditions que la famille doit offrir à l'enfant et à l'adolescent pour pouvoir s'épanouir et réussir à l'école. 

Les interactions entre parents-adolescents axées sur l'école représentent l'une des dimensions de la participation parentale retenue par les auteurs.

3.1 - Définitions générales

Le vocabulaire de la psychologie (1973) définit le concept d'interaction comme toute action mutuelle entre les membres d'une population. Elle est directe dans la mesure où il agit directement par des stimulations provenant des individus ou des substances qu'ils émettent.

De cette définition, nous pouvons inférer que les interactions entre parents et adolescents axées sur l'école peuvent être comprises comme une action dynamique entre les parents et les adolescents autour de l'école.

Dans le dictionnaire de la psychologie Doron et Parot (1991) nous retrouvons des éléments qui clarifient la question. L'interaction  y est considérée comme un ensemble d'actions conjointes réalisées par les membres d'un groupe poursuivant un même but.

Cette définition souligne que l'interaction, si elle regroupe un ensemble d'actions, s'articule autour d'un but défini par les acteurs qui sont en interaction. Ainsi, nous pouvons avancer  que les interactions entre parents et adolescents axées sur l'école peuvent être vues comme un ensemble d'actions qui tournent autour d'un seul but, qui est la réussite scolaire de l'adolescent.

Comme le souligne, Camau et Claes (1996) les interactions parent- adolescent axées sur l'école peuvent  être vues comme une dimension de la participation parentale qui  est concrètement  une activité d'encadrement et de supervision des activités académiques  hors du milieu scolaire.       

 

3.2 - Les Approches

 

    3.2.1 -Approche de Ryan et Adams (Le modèle de relation Famille-école)

 

Ryan et Adams (1995) ont présenté un modèle qui décrit les interactions parent-enfant axées sur le milieu scolaire. Il s'agit du modèle de la relation famille-école.

 

L'objectif de ce modèle est d'essayer à partir du constat de la divergence qui existe à l'intérieur du « courant familial » de tenir compte de toutes les variables que les chercheurs ont utilisées ou pourraient utiliser dans leurs travaux sur les processus familiaux internes. Autrement dit, ce modèle se donne pour tâche de concilier les différentes théories utilisées dans ce courant. Ils (Ryan et Adams) présupposent que toutes les caractéristiques des membres de la famille interagissent  d'une façon telle que n'importe quelle variable  peut jouer sur toutes les autres et être en retour influencée par elles.

 

Le modèle suppose également que chacune des caractéristiques occupe une position dans un continuum de proximité avec les résultats scolaires de l'enfant. Certains étant plus intimement  et plus étroitement reliés que d'autres aux résultats scolaires. Les auteurs, dans ce modèle s'intéressent principalement à l'influence des relations interpersonnelles au sein de la famille sur le résultat scolaire de l'adolescent.

 

Concrètement, comme les auteurs l'ont présenté. Ce modèle est composé d'une série de niveaux qui s'enchaînent, chacun détermine une classe particulière de variables. Chaque niveau  est déterminé par un nombre qui est en rapport à  la distance qui le sépare du niveau zéro (0) qui est le résultat scolaire de l'enfant. Les interactions entre parent - enfants axées sur l'école se trouvent au deuxième niveau, mais les auteurs soulignent que dans la pratique, ils sont au centre et intègrent les interactions générales entre parents-enfants.

Selon les auteurs, ce type  d'interaction obéit donc, au même principe d'interaction que les parents entretiennent avec leurs enfants en général. Autrement dit, les interactions parent-enfant axées sur l'école sont essentiellement influencées par le type de relation que l'adolescent entretient avec ses parents dans le milieu familial.

 

Selon ce modèle, les interactions parent-enfants sont définies en terme de positive ou constructive, ce qui présuppose des interactions négatives. Selon ces auteurs, le niveau deux (2) met l'accent sur la façon dont les parents interagissent avec leurs enfants en ce qui concerne les activités scolaires. Mais comme toute, interaction elle implique les mêmes dimensions. Ainsi, les auteurs parlent d'intervention constructive et négative dans les interactions liées à la réalité scolaire. Adams et Ryan concluent que la réussite scolaire est favorisée par des interactions constructives entre parents et adolescents axées sur l'école.

précédent sommaire suivant