WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Dépenses publiques et bonne gouvernance: cas du secteur de l'éducation de base au Burkina Faso

( Télécharger le fichier original )
par Aissata COULIBALY
Université de Clermont 1- CERDI - Master Economie du Développement 2008
  

précédent sommaire suivant

B. Objectif de l'étude et méthodologie

Notre étude tente de répondre aux préoccupations précédentes et vise à étudier dans quelle mesure la bonne gouvernance apparaît comme un facteur d'efficacité des dépenses publiques notamment dans le secteur de l'Education. De ce fait, nous avons jugé pertinent de retenir comme concept opérationnel de la bonne gouvernance, celui définit par Fuhr Harald 2(*)qui distingue quatre composantes clés de la bonne gouvernance : la responsabilisation (accountability), la prédictibilité, la participation et la transparence. La responsabilisation se réfère à l'obligation faite aux décideurs et à l'administration publique de rendre compte auprès des institutions et des citoyens. La prédictibilité se réfère à l'existence de l'Etat de Droit et au respect des lois et textes édictés. La participation se réfère à l'ouverture des processus nationaux de prise de décision, à la participation des acteurs non étatiques. Enfin, la transparence touche aux aspects de diffusion de l'information.

Ainsi par le biais de divers entretiens avec des acteurs nationaux de la bonne gouvernance tant au niveau de l'Etat que de la société civile et en nous basant sur les rapports précédents qui traitent de la gestion des finances publiques, ainsi que l'enquête de suivi des dépenses publiques dans le secteur de l'Education faite par l'Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD), nous comptons organiser notre analyse comme suit. Dans un premier temps, nous porterons notre attention sur le cadre théorique de la bonne gouvernance et des dépenses publiques. Cela afin de mieux appréhender la troisième partie qui porte sur la gestion budgétaire analysée à la lumière des critères de bonne gouvernance, les plus pertinents dans le contexte du Burkina. La quatrième partie sera dédiée au cas sectoriel de l'éducation puis nous terminerons par les conclusions et recommandations qui découlent de nos travaux.

* 2 (2000, p374)

précédent sommaire suivant