WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Utilisation du Bersim coupé à  deux stades différents pour la production laitère en zone irriguée

( Télécharger le fichier original )
par AHMED EZZAHIRI
Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II Rabat Maroc - Thèse pour le doctorat Vétérinaire 1977
  

sommaire suivant

ROYAUME DU MAROC ÉíÈÑÛãáÇ ???? ?? Ç

BP :704 Rabat Agdal

????? ? ????? ?? ? ?? ? ? ?

INSTITUT AGRONOMIQUE ET VETERINAIRE
HASSAN II

ANNEE : 1976-77

UTILISATION DU BERSIM COUPE A DEUX STADES
DIFFERENTS POUR LA PRODUCTION LAITIERE
EN ZONE IRRIGUEE

T H E S E

POUR LE DOCTORAT VETERINAIRE Présentée et soutenue publiquement

PAR

AHMED EZZAHIRI

JURY Président J. DELAGE

Membre T. AMEZIANE

F. GUESSOUS M.MARIE M.MOUSLIFI A. MESSOUAK

L'UTILISATION DU BERSIM COUPE A DEUX STADES
DIFFERENTS POUR LA PRODUCTION LAITIERE
EN ZONE IRRIGUEE

A

Monsieur le Professeur Jacques DELAGE

Chaire de Zootechnie

Directeur de l'Institut National Agronomique, Paris-Grignon,

qui nous a fait le grand honneur d'accepter la présidence de notre jury de thèse.

Hommage respectueux.

Monsieur Fouad GUESSOUS

Chef du département de Productions Animales

qui nous prodigua constamment de bien veillants conseils.

Témoignage de l'admiration et de la respectueuse considération que nous vouons au Maître et à l'homme.

Monsieur Michel MARIE

Du département de Pathologie de la Reproduction et de l'insémination

artificielle.

que nous remercions vivement pour l'aide précieuse qu'il nous a apportée dans l'élaboration de ce travail.

Monsieur Taieb AMEZIANE

Du département des Productions végétales

que nous remercions pour l'aide qu'il nous a accordée.

Monsieur le Docteur M'Hamed MOUSLIFI

Directeur de la COMAGRI

que nous remercions d'avoir bien voulu faire partie de notre jury de thèse.

Monsieur le Docteur Ali MESSOUAK de SOGETA

que nous remercions d'avoir bien voulu faire partie de notre jury de thèse.

Tous les membres du département de productions animales pour leur gentilesse et leur sympathie.

Tous les membres du personnel de la ferme d'application du Mograne.

? ÜÜÎÜáÜã

???????? ??? ÉÚÒæã : äæÒíÑ ???? ?? íäÇËáÇ ÇåÑåÔ ?? ÈæáÍ ÉÑÞÈ 24

. ?????????

ãÇÑÌæáí Õäæ .(AD.LIB) ????? ?????? äÑÌ ?? ?????????? ãíÓÑÈáÇ íØÚ ???

ÉÑÞÈ

???

äÈááÇ ??

ÏÍÇæ

íäíãÇÊíáÇæ íäÏÚãáÇ

?????

 

ãÇÑÌæáí á ???? ?????? (ÑÏäãÔáÇ ???)

ÒÂÑãáÇ ÁÇÐÛáÇ ??

?? ÑËÂ ????

ÊÏæÒ ÇÑíÎæ . ????? äÈááÇ ?? ãÇÑÌ æáí 14

.( ÉÑÞÈ ??? ãÇÑÌ 150

íÏÇÚáÇ ???????? ( Ô) ÉÏåÇÔáÇ ????ÌãáÇ ìÏÛÊÊ ÚíÈÇÓ 7 ãæÏÊ íÊáÇ ÉÈÑÌÊáÇ ÁÇäË ???
???????? (Ê) ÉíÈíÑÌÊáÇ ÉÚæãÌãáÇ ìÏÛÊÊ ??? ?? (??? ????? 80 æ 50 ??? ?? ????)
.( ??? ÇÑÊãÊäÓ 40 æ 30 ??? ?? ????) ÑíÛÕáÇ

ãÇÑÌæáíÂ

3 ) äíÊÚæãÌãáÇ ÁÇÐÛ áÏÚã ??? ÏÂÄã ÞÑ ???? ? åä ??? ÌÆÇÊäáÇ ÊáÏ ÏÞæ

???????? ãæíáÇ ?? íÍáÇ äÒæáÇ ??

ãÇÑÌæáí ??? ??? ãíÓÑÈáÇ ?? ÉÇÌáÇ ÉÏÇãáÇ ??

ÚÑÖáÇ ÈÇåÊáÇæ ÔÇÑáÇ ???? æ ÓÞØáÇ áÇæÍ ÉÁÇÏÑ äßáæ.(Ê ???????? 3,1 ÏÖÔ

. ÌÆÇÊäáÇ åÊÇå ??? ????? ??? äÇÂ

ãíÓÑÈáÇ ?? ÉäÑ??? ÑíÛÕáÇ ãíÓÑÈáÇ ?? ÉÑËßÈ ???? ÚÑÖáÇ ÈÇåÊáÇ ä ????? ???

. Ô ÉÚæãÌãáÇ ???

3 ??? ?? Ê ÉÚæãÌãáÇ ??? Ê?ÇÍ 9 ÊÏÌæ ÇÐßåæ

. íÏÇÚáÇ

 

??? ÚÑÖáÇ ÈÇåÊáÇ äßáæ ÑË ???? ???? ä ???????? äÇÂ Ê ÉÚæãÌãáÇ ä ÑåÙíæ

.( äÈááÇ ??

ãÇÑÌæáíÂ

128) Ô ÉÚæãÌãáÇ ?? ÇíæÇÓÊã ÌÇÊä?Ç

 

äíÊæÑÈáÇ áÏÚã ä ???? ?? ( %3 , 8) ?????? äíÊÚæãÌãáÇ ????? ÉíäåÐáÇ ÏÇæãáÇ áÏÚã äÅ
. ( %3) Ô ÉÚæãÌãáÇ á ??? Þæí (2,35 % )Ê ÉÚæãÌãáÇ ???
ÉíÍÇäáÇ ?? Çã . ÉÈÑÌÊáÇ ÁÇäË ????? í ???? ÑØí ?? ÈæáÍáÇ ÑÇÞÈ?á íÍáÇ äÒæáÇ ä

. ÑíÛÕáÇ ??????? ??????? ÑË ???? íÏÇÚáÇ ãíÓÑÈáÇ ä ÉíÏÇÕÊÞ?Ç

-R E S U M E-

24 vaches laitières en 2ème mois de lactation de race frisonne Pie-noire sont réparties en 2 lots homogènes. Les 2 lots reçoivent du bersim de même cycle à l'auge et à volonté, un demi-kilo de la pulpe sèche de betterave est donné pour un kg de lait supplémentaire, au-delà de 14 kg de lait par jour. En outre 150g de C.M.V/v/j est distribué.

Pendant la phase expérimentale qui dure 7 semaines le lot témoin (T) reçoit du bersim « normal » (coupé entre 50 et 80 cm de hauteur de végétation, alors que le lot expérimental (E) reçoit du bersim jeune (coupé entre 30 et 40 cm de hauteur de végétation).

Les résultats obtenus montrent qu'il n'y a pas de différence significative de consommation entre les 2 lots (3kg M.S/100kg P.V/j. pour le lot T contre 3,1 pour le lot E).Cependant l'influence des mauvaises conditions climatiques, l'état de la litière et les mammites ont beaucoup affecté ces niveaux d'ingestion.

Par ailleurs les mammites sont plus développées avec le bersim jeune qu'avec le bersim normal. 9 cas de mammites cliniques sont notés chez le lot E contre 3 chez le lot T.

Il apparait que le lot E produit plus de lait, mais l'effet mammite a réduit sa production à un niveau égal à celui du lot T. (12,8 kg de lait à 4% M.G).

Le taux butyreux des 2 lots ne présente aucune différence (3,8%) ; alors que le taux de matière azotée est plus élevé chez le lot E (3,25%), que chez le lot T (3,0 %).

Le poids vif des vaches laitières est resté pratiquement constant au cours de l'essai.

De point de vue économique, le bersim normal semble plus rentable que le bersim

jeune.

SUMMARY

24 indoor kept Frisian dairy cows in their second month of lactation were dividing into 2 homogenous groups. Both groups 14kg of milk per day received in addition to berseem 1/2 kg of dry sugar beet pulp for each kg of supplementary milk production. 150g of mineral-vitamin supplement were provided per cow per day.

During experimental period which lasted for 7 weeks, the control group (T) received «normal» berseem (= berseem cut between 50 and 80 cm of height).

The results show that, there is no significant difference in the consumption of berseem between the two groups (30kg D.M/100kg B.W/day for group (T) as compared to 3.1 for group (E)). Nevertheless the bad climatic condition, the state of stable-litter and mastitis influenced a lot the level of feed consumption.

The mastitis is more frequent in the animal getting early cut berseem than in those getting normal one. In group (E) 9 cases of clinical mastitis were observed wile only 3 in the group (T).

It seems that the group (E) produced more milk but the effect of mastitis has rendered its production equal to that of group (T) (12.8 kg F.C.M/day).

The milk percentage in the two groups did not show any difference (3,8%) whereas the protein content was higher in the group (E) (3,25 %) than in group (T) (3,0%).

During the experimental period the body weight of animals remained constant. The normal berseem seems more economical than the early cut one.

S O M M A I R E

INTRODUCTION

CHAPITRE I : Etude bibliographique

1ère partie : Facteurs de variation de l'appétit des vaches laitières .

I- Facteurs liés à l'animal .

1- Stade de lactation .

2- Poids vifs ..

3- Age et numéro de lactation ..

4- Niveau de production laitière

5- Autres facteurs .

II- Facteur liés à l'alimentation

1. Stade de végétation de la plante

1.1- Teneur en matière sèche

1.2- Teneur en cellulose brute

1.3- Digestibilité

2. Influence de la composition de la ration

2.1- Action sur la digestibilité

2.2- Action sur l'ingestibilité

2.3- Taux de substitution

3. Autres facteurs


· Influence de l'espèce fourragère

CONCLUSION

2ème partie : Influence de la qualité de la ration sur la production et la composition du lait

I- SECRETIONS DES PRINCIPAUX ELEMENTS DU LAIT .

1. Matières grasses du lait

1.1- Origine

1.2- Composition ..

2. Les protéines du lait ..

2.1- Origine

2.2- Composition ..

3. Les carbohydrates

II- INFLUENCE DE LA RATION DE BASE

1. Effet sur la production du lait

2. Effet sur la composition du lait .

2.1- Influence sur la matière grasse

2.2-Influence sur l'extrait sec dégraissé

III- INFLUENCE DE LA RATION MIXTE

1- Sur la production laitière

2- Sur la composition du lait ..

3ème partie : Facteurs de perturbations de la sécrétion lactée

I- IMPORTANCE DES MAMMITES .

1- Importance médicale .

2- Importance hygiénique .

3- Importance économique

II- CLASSIFICATION ET CAUSES PREDISPOSANTES

III- DIAGNOSTIC DES MAMMITES .

CONCLUSION

.

CHAPITRE II : Protocole expérimental

I- MATERIEL ET METHODES

1. Schéma expérimental

1.1- Les animaux ..

1.2- Les différentes phases de l'essai

1.3- Le régime alimentaire

1.4- L'étable ..

2. Contrôles effectués

2.1- Hauteur de végétation ..

2.2- Consommation .

2.3- Production

2.4- Poids vif

2.5- Contrôle des mammites

II- MODIFICATION DU PROTOCOLE INITIAL ET PRESENTATION DES RESULTATS

1. Modification de la durée

2. Présentation des résultats ..

CHAPITRE III : Les resultants

I- Composition chimique et valeur nutritive des aliments consommés par les vaches laitières ....

1. Bersim .

1.1-Hauteur de végétation .

1.2-Composition chimique

1.2.1-Teneur en M.S

1.2.2-Teneur en C.B .

1.2.3-Teneur en M.A.T

1.2.4-Teneur en M.M

1.3-Valeur nutritive du bersim .

1.3.1-Valeur energétique ..

1.3.2- Valeur azotée

2. La pulpe sèche de betterave .

2.1-Composition chimique

2.2- Valeur nutritive .

III- QUANTITES INGEREES

1. Quantités de M.S ingérées

1.1-Ration de base

1.2- Aliments concentrés

1.3- M.S totale

2. Apports d'énergétiques

2.1- Energie du bersim

2.2- Energie de la pulpe de betterave

2.3- Energie totale

3. Quantités de M.A.D ingérées

IV- POIDS DES VACHES LAITIERES

V- PRODUCTION ET COMPOSITION DU LAIT

1. Influence des mammites

1.1- Répartition du C.M.T

1.2- Effet des mammites .

1.2.1- Démarche ..

1.2.2- Résultats

2. Production laitière

3. Composition du lait

3.1- M.S du lait

3.2- M.G du lait ..

3.3- M.A du lait ..

IV- BILAN ENERGETIQUE ET AZOTE ET EFFICACITE ALIMENTAIRE

1. Bilan Energétique

2. Bilan azoté

3. Efficacité alimentaire ..

CHAPITRE IV : La discussion

I- QUANTITES INGEREES ET PRODUCTION LAITIERE

1. Quantités ingérées

2. Gain de poids vif

3. Production laitière

3.1- Effet des mammites .

3.2- Production laitière

3.3- Production de matières grasses

3.4- Production de matières azotées du lait

II- BILAN ENERGETIQUE ET AZOTE

1. Bilan énergétique

2. Bilan azoté .

III- ESSAI DE COMPARAISON ECONOMIQUE DES DEUX SYSTEMES

D'EXPLOITATIONS DU BERSIM

1. Frais de culture du bersim

2. Frais de récolte

3. Frais de transport

4. Rendement par Ha selon le rythme de coupe

5. Production laitière

6. Evaluation des pertes dues aux mammites cliniques

7. Conclusion

IV- PROBLÈMES DE REPRÉSENTATIONS

CONCLUSION GENERALE

ANNEXES

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

INTRODUCTION

Cette étude entre dans le cadre d'un programme de recherche sur le bersim (Trifolium Alexandrium) entrepris depuis plusieurs années à l'Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II.Les essais qui se déroulent à la ferme expérimentale du Gharb sont complétés par les mesures sur laboratoire du bloc de productions animales. Ces recherches visent à déterminer :

· La croissance du bersim en fonction de plusieurs facteurs : date de semis, saisons, numéro de cycle, stade de développement à l'intérieur du même cycle etc...

· La valeur nutritive par la digestibilité sur mouton, en fonction de mêmes facteurs.

· L'utilisation du bersim pour la production de viande et du lait à la fois chez les bovins et les ovins.

En ce qui concerne la production laitière, un premier essai a été mené en 1975 en vue de déterminer les capacités maximales d'ingestion ainsi que les productions laitières permises avec un bersim « tout venant ».

Or le stade de coupe de ce fourrage a une grande influence aussi bien sur sa valeur nutritive que sur sa productivité.

C'est la raison pour laquelle nous cherchons à travers cet essai à comparer les effets de deux bersims de même cycle, coupés à deux âges différents sur la production laitière et la composition du lait des vaches frisonnes.

Ce problème se pose d'ailleurs concrètement sur le terrain puisque certains agriculteurs distribuent systématiquement le bersim jeune alors que d'autres (comme la ferme d'application de l'I.A.V Hassan II) ne le fauchent qu'une fois la hauteur de végétation dépassent le 60-70 cm.

C H A P I T R E

I

B I B L I O G R A P H I E

1ère partie

FACTEURS DE VARIATION DE L'APPETIT
DES VACHES LAITIERES

La ration des vaches laitières est généralement constituée de deux fractions :

· Les aliments concentrés (orge, maïs, pulpe de betteraves...).

· Les fourrages ou aliments grossiers, en général produits sur l'exploitation.

Dans un pays comme le Maroc, où il y a un problème de disponibilité en aliments concentrés, l'augmentation de la part des aliments grossiers dans le bilan fourrager est vivement recommandée.

Par ailleurs, la consommation maximum de ces fourrages par les animaux, est limitée par des problèmes d'appétit. Exprimé en quantité de matière sèche ingérée, cet appétit varie en fonction de plusieurs facteurs que l'on peut rattacher soit à l'animal, soit à l'alimentation.

I- FACTEURS LIES A L'ANIMAL

1- Stade de lactation

L'appétit de la vache laitière est minimum au moment de la mise bas, puis augmente lentement au cours des 3 à 5 premiers mois de lactation, et qu'il est difficile d'éviter ce déséquilibre énergétique.

Toutefois, à la parturition, la femelle, dispose le plus souvent de réserves énergétiques, sous forme de lipides. Ces dernières sont constituées pendant la deuxième moitié de lactation, phase, où la capacité d'ingestion de la ration de base reste élevée, alors que le niveau de production baisse.

2- Poids vif

La quantité de matière sèche consommée, augmente avec le poids vif de l'animal.

Les animaux de petits formats ont une capacité d'ingestion par 100 kg du poids vif, supérieure aux animaux de grands formats. C'est ainsi que JOURNET et al (1965) observent une diminution de la consommation de M.S par 100 kg du poids vif pour la ration totale et la ration de base, respectivement de 0,3 kg et 0,2kg ; lorsque le poids vif s'accroit de 100 kg.

D'autre part, l'augmentation du niveau de consommation semble varier selon la caractéristique des aliments, ainsi JOURNET (1973) montre que l'accroissement d'ingestion avec le poids est plus important avec un ensilage de maïs qu'avec un foin.

3- Age et numéro de lactation

la ration totale et 9,5% pour la ration de base . Cette variation est due essentiellement à l'accroissement du poids vif, et de la production laitière ; cependant la différence est surtout marquée entre la 1ère et la 2ème lactation, la quantité de fourrages ingérée augmente d'environ 1,1 kg de M.S/j, alors qu'aux lactations suivantes, l'augmentation n'est que de 0,19 kg M.S./j.

4- Niveau de production laitière

Dans les conditions d'une distribution à volonté, le niveau de consommation des fourrages, semble être peu influencé par le niveau de production des animaux. Ainsi REMOND et al (1973), trouvent par kg de lait (à4%) supplémentaire, une augmentation de consommation de 3,0 kg de M.S de fourrage, alors que pour le concentré, ils enregistrent 280 g d'accroissement.

5- Autres facteurs

Parmi les autres facteurs de variation de l'appétit, on peut citer l'histoire nutritionnelle des animaux, leur état sanitaire et les différences individuelles. Sur des vaches en lactation, les différences individuelles n'affectent que très peu les mesures d'ingestibilités (DEMARQUILLY et JARRIGE 1971 ; JARRIGE et al 1974).

Toutefois, si la répartition des vaches entre les lots est assez homogène (stade de lactation, poids vif, âge...) l'influence de tous ces facteurs sur l'appétit est moins importante que celle des facteurs relatifs à l'alimentation.

sommaire suivant