WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Dynamique des paysages et développement durable dans les préalpes carniques


par Amelia ROTAR
Université Paris 7 -Denis Diderot - Master 2 2008
  

sommaire suivant

Sous la direction de Marianne COHEN

 

Université Paris 7 Denis Diderot
en cohabilitation avec
Muséum National d'Histoire Naturelle
Institut National d'Agronomie Paris - Grignon

MASTER 2 Environnement, Milieux, Techniques, Sociétés
Parcours Paysage, Milieux et Développement Durable

Année universitaire 2007 - 2008

 

Dynamique des paysages et développement durable dans les
Préalpes Carniques

Amelia ROTAR

Remerciements

La réalisation de ce travail n'aurait pas été possible sans le soutien de nombreuses personnes, auxquelles je souhaite témoigner ma reconnaissance.

Je remercie tout d'abord mon directeur de mémoire, Mme. Marianne COHEN, pour avoir accepté de diriger ce mémoire ; pour m'avoir initié à la recherche ; pour m'avoir fait profiter de son savoir et de son expérience ; pour sa patience et ses conseils, qui m'ont permis de mener à terme ce travail. Je tiens à lui exprimer ma profonde gratitude.

Je suis reconnaissante à Florence GARLATTI pour ses conseils, son soutien pendant mon stage de terrain, aussi bien que pour le matériel de recherche qu'elle a mis à ma disposition.

Je suis redevable à toutes les personnes que j'ai rencontré sur le terrain, gr%oce auxquels j'ai réussi à me faire une image complexe de mon terrain d'étude, et qui ont rendu mon travail plus facile (acteurs locaux, agriculteurs, etc.).

Je remercie ma famille, mes amis proches pour leur soutien sans faille.

Table de matières

Introduction

4

Chapitre 1. Les concepts

5

Chapitre 2. Présentation régionale

12

Chapitre 3. Méthodologie

32

Chapitre 4. Résultats et interprétation

.36

Conclusion

60

Références bibliographiques

61

Annexes

66

Introduction

Ce travail, réalisé dans le cadre du Master 2 <<Environnement, Milieux, Techniques, Sociétés È, s'inscrit dans le Programme européen << Dynamique des paysages, erosion et développement durable dans les montagnes méditerranéennesÈ répondant à l'appel d'offre du Ministère de l'Ecologie. L'Unité Mixte de Recherche LADYSS <<Dynamiques sociales et recomposition des espaces È, au sein de laquelle j'ai réalisé ce mémoire, développe sa problématique à partir de trois grands axes thématiques. L'Axe 3, << Environnement, Territoires et SociétésÈ (responsables: Marianne COHEN, Nathalie BLANC) est centré sur les questions environnementales et mène, entre autres, des opérations de recherche sur l'interaction entre la dynamique des paysages et le développement durable.

Dans le premier chapitre, <<Les concepts È, nous allons essayer de réaliser un passage en revue des notions principales que nous allons utiliser dans le cadre de ce travail: le paysage, la dynamique des paysages, le développement durable.

Le deuxième chapitre, <<Présentation régionaleÈ constitue un essai non-exhaustif de présenter les conditions naturelles et anthropiques de notre terrain d'étude - les Préalpes Carniques, en Italie - aussi bien que les enjeux principaux en matière de paysage, dans la région.

Ensuite, dans le troisième chapitre, << MéthodologieÈ nous allons expliquer nos méthodes de travail, tout en motivant nos choix.

Le quatrième et dernier chapitre, <<Résultats et interprétation È, représente un essai d'analyse des résultats obtenus dans le cadre de notre travail, aussi bien qu'un essai de prévoir l'évolution future de certains paysages de la région.

Ainsi, notre travail cherche à comprendre et analyser la dynamique des paysages dans les Préalpes Carniques, notamment le processus de fermeture apparu depuis quelques décennies, et, en plus, les perspectives de développement durable, dans la région.

Chapitre 1
Les concepts

I. La notion de ÇpaysageÈ

Le terme de paysage a subi, au fil du temps - depuis sa formulation originaire, jusqu'au présent - une notable évolution, en passant d'une vision principalement contemplative, à une vision dynamique, complexe, en rapport étroit avec l'évolution du territoire.

Ainsi, parmi les premières définitions du terme (tel qu'on le conna»t et percoit aujourd'hui), on cite celle du Petit Larousse (1974): «étendue de pays qui présente une vue d'ensemble: admirer un paysage», aussi bien que celle du Robert (1977): «Partie d'un pays que la nature présente à une observation».

Les premières définitions du paysage de l'écologue sont celles de Bertrand et ensuite de Forman et Godron.

Ainsi, pour Bertrand (de formation géographe), «le paysage est un médi at entre la nature et la société ayant pour base une portion d'espace matériel qui existe en tant que structure et système écologique, donc indépendamment de la perception» (Bertrand, 1975).

Forman et Godron définissent le terme de paysage dans le premier livre de cours d'écologie du paysage, en suivant la direction de pensée de Bertrand - «un paysage est une portion de territoire hétérogène composée d'ensembles d'écosystèmes en interaction qui se répètent de facon similaire dans l'espace» (1986).

Une nouvelle tentative de définir le paysage est réalisée par Bertrand & Bertrand (2003): Ç Le paysage n'est pas la simple addition d'éléments géographiques disparates. C'est, sur une certaine portion d'espace, le résultat de la combinaison dynamique, donc instable, d'éléments physiques, biologiques et anthropiques qui en réagissant dialectiquement les uns sur les autres fon du paysage un ensemble unique et indissociable en perpétuelle évolution. [É] Il faut bien préciser qu'il ne s'agit pas seulement du paysage Ç naturel È, mais du paysage total intégrant toutes les séquelles de l'action anthropique.È

En essayant de réaliser une classification des définitions paysages, on peut distinguer:

- le paysage objectif - objet des géographes physiciens, notamment des biogéographes (Rougerie, 1969, Bertrand, 1978)

- le paysage subjectif - tel qu'il est vu à travers les filtres culturels et la sensibilité de l'observateur (Pitte, 1983, Berque, 1990)

Cependant, les questions d'environnement supposent que soient prises simultanément en compte la dimension objective des paysages, aussi bien que la facon dont ils sont percus, gérés, gouvernés par les acteurs (Luginbuhl, 1989).

Récemment, l'intérêt accordé au paysage est devenu de plus en plus significatif, phénomène dont la preuve est la position officielle européenne actuelle : Ç soucieux de parvenir à un développement durable fondé sur un équilibre harmonieux entre les besoins sociaux, l'économie et l'environnement [...] notant que le paysage participe de manière importante à l'intérêt général, sur les plans culturel, écologique, environnemental et social, et qu'il constitue une ressource favorable à l'activité économique (...) >> («Convention européenne du paysage», Préambule)

De plus, cette position est renforcée par les définitions des termes employés dans la Convention: Ç Paysage - désigne une partie de territoire telle que percue par les populations, dont le caractère résulte de l'action de facteurs naturels et/ou humains et de leurs interrelations [...]>>

La Convention constitue le premier texte législatif sur le paysage, concu et appliqué au niveau européen. Pourtant, il existe des précurseurs de cette Convention, des pionniers législatifs, comme c'est le cas de la loi francaise Ç Paysage >>, de 1993.

Cette loi - la loi n°93-24 de 1993 - concerne la protection et la mise en valeur des paysages qu'ils soient naturels, urbains, ruraux, banals ou exceptionnels. Elle vient compléter les lois Ç Montagne >> et Ç Littoral >> et est surtout une loi d'aménagement et d'urbanisme.

La loi ne donne pas de définition du Çpaysage>> et a pour but, en plus de la protection, la gestion du paysage. En effet, les directives de protection et de mise en valeur du paysage établies par le décret d'application (n°94-283) de la loi Ç Paysage>> datant du 11 avril 1994, ont vocation à régir Ç des territoires remarquables par leur intérêt paysager >>, territoires définis par l'Etat en concertation avec les

collectivités territoriales concernées. Ces directives paysagères sont surtout des instruments de gestion qui doivent être prises en compte dans les documents d'urbanisme. Elles fixent des orientations et des principes fondamentaux concernant la qualité des constructions et les conditions de réalisation des travaux, ainsi que des recommandations.

L'arrêté du 8 décembre 2000 crée le Conseil national du paysage. Il est institué auprès du ministère chargé des paysages et a pour mission de proposer un plan annuel sur l'évolution des paysages en France ainsi qu'un bilan de la Loi <<Paysage>> et de suggérer des mesures susceptibles d'améliorer la situation des paysages en France.

sommaire suivant