WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Ports de Djibouti :« un hub régional de transport maritime et porte d'entrée de l'Afrique de l'est » un chemin de longue haleine

( Télécharger le fichier original )
par Ahmed Guessod Abdourahman
Université Paul Cézanne, Aix- Marseille III - Diplome d'études superieurs universitaires 2009
   Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

I) la mer rouge, de l'antiquité à l'ouverture canal de suez : une voie maritime
hautement stratégique

La Mer Rouge s'etend des golfes de Suez et d'Aqaba au nord, jusqu'au detroit de Bab el Mandeb au sud, sur 2300 km de long et 350 km de large. Elle a ete toujours un veritable trait d'union entre trois continents, l'Europe, l'Asie et l'Afrique, et un lieu de contact et de passage. Même si le canal suez n'etait pas ouvert dans l'antiquité, les peuples de l'epoque s'aventuraient le voyage en mer rouge dans le but d'atteindre les coté orientales africains et asiatiques plus specialement l'inde ou il y a une abondance de produits très souhaites en occident. Selon les recits des historiens ces peuples aventureux etaient les grecs, les pheniciens, les egyptiens.

A) l'aventure des phéniciens

Les pheniciens est un peuple antiquite d'habiles navigateurs et commerçants. A partir du Xe siècle avant J.C., les mysterieux Pheniciens, ces intrepides navigateurs de l'antiquite, firent leur apparition en mer Rouge. Leurs expeditions, sous l'egide du Roi Salomon ou des Pharaons d'Egypte s'enfoncèrent dans l'inconnu et atteignirent rapidement le golfe Persique et la côte orientale d'Afrique. Selon les recits d'historiens, ils ont pousse leur expedition maritime jusqu'au golf persique. Les raisons de leur voyage sont avant tout economiques. Ils ont essaye de relier l'occident et l'orient. Ils ont cherche à creer un reseau commercial à travers la mediterraneen. Ils ont ete à la recherche de marches. Le but des aventures de phenicien etait toue la decouverte de nouvelles contrees ainsi que des materiaux susceptibles d'enrichir leur commerce.

B) les aventures de grecs (Potlmee)

Les Potlmee ont ete donc les premiers à s'interesser la mer rouge. Ils ont entrepris une serie de voyages maritimes en empruntant la mer rouge. Ils rencontrèrent une resistance de la part du peuple arabe qui leur voyaient de concurrent à leur suprematie sur la mer rouge « Mais la grande dynastie des Ptolémée allait bientôt donner à la navigation grecque une puissante impulsion. Ptolémée ler Soter (fils de Lagus), général d'Alexandre le Grand, était monté sur le trône d'Egypte en 323 avant J.C. à la mort de son souverain. Il avait accompagné Alexandre aux Indes et reconnu l'importance du commerce indien avec l'Egypte. Dès qu'il fut sur le trône, il fit construire de grands navires et les envoya explorer la mer Rouge sous les ordres de l'amiral Philon pour forcer la barrière arabe qui s'opposait farouchement à la percée des Grecs. En outre, il avait reconnu aux Indes la puissance au combat des éléphants de guerre et désirait s'en procurer, dans le sud de la mer Rouge pour armer ses légions »1

D'autre part, pour faciliter leur voyage, ils construisirent de ports toute au long de la rive de la mer rouge. Ils effectuèrent tous ces travaux pour acheminer les elephants qu'ils chassait des elephants sur la cote est de l'Afrique .

« Ptolémée II Philadelphe qui régna de 285 à 246 avant J.C. accentua encore les explorations de la mer Rouge. Ses navires franchirent Bab el-Mandeb et trafiquèrent avec les naturels de la côte des Somalis. Il ouvrit sur la mer Rouge de nouveaux ports reliés au Nil par d'excellentes routes et fonda des stations de chasse à l'éléphant jusqu'à Bab el-Mandeb. Il envoya Aristote et Pythagore explorer les côtes du Hedjaz et d'autres représentants de son autorité poussèrent même jusqu'à Gardafui, laissant sur les différents points de la côte Ouest de la mer Rouge et de la côte des Somalis des piliers et des autels pour marquer les points extrêmes de leur avance. » 2

1. Recit de la mer rouge Henri Labrousse pp. 15

2. Recit de la mer rouge Henri Labrousse pp. 18

Enfin ils ont pris position sur la corne, pour de raison commerciale

« Son successeur Ptolémée III Evergète I (246-222 avant J.C.) organisa la chasse sur un pied militaire et établit sur la côte des Somalis des positions solides qui lui permirent de créer de nouvelles relations commerciale . Grâce aux géographes grecs : Pline, Artémidore, Agatharchide et tant d'autres, la mer Rouge et ses côtes étaient connues et soigneusement décrites. Le "Périple de la mer Erythrée", véritables instructions nautiques, permettait aux navigateurs de se rendre d'Egypte jusqu'à Bab el-Mandeb, Socotra et même aux Indes. De nombreux ports d'escale jalonnaient cette route maritime grecque. Ils s'échelonnaient ainsi d'après les dernières estimations » 3

Somalie

FT 11B1(117t11eB35 I(iTXe

Avalites (Zeila)

Tabas (mas Chenaref)

Malao (Berbera)

Panon Khor Benna)

Kundu (Mait)

Opone (Dante-Ras-Hafun)

Mosylon (Ras Chan)

Pano (Obbia)

Cobe (Botiala)

Serapion (Brava)

Elephant Potamia (Alula)

îles Pyralaes (Mombassa)

Borae Obnoxia (Oloch)

Rhapta (Dar es Salam ou (Bagamoyo)

côtes ouest de la mer Rouge

côtes est de la mer Rouge

Arsinoe-Cléopatris (Suez)

Aélanna (Eilath-golfe d'Akaba)

Myos-Hormos (Ras Abou-Char)

Leuco Come (El Haura -25°)

Albus Portus (Kosseir)

Egra (Yambo)

Bérénice (Ras-Benas)

Napogus Vicus (Hoddeidah)

Ptolémais Epitheras (île Er-Rih)

Sosipoi Portus (Moka)

(Asqiq (18° 2 N)

Ocelis (Cheik Said )

Adulis (golfe de Zula)

Arabia Eudaemon (Aden)

Arsinoe (Raheita - détroit de Bab el- Mandeb)

Cane (Bali Haf)

Dirae (Ras Syan - République de Djibouti

Syagrus Prom. (Ras Fartak)

Bérénice Epidires (Obok)

Ile Sérapidis (île Masirah)

3 .récits de la mer rouge pp 22

Sur les 36 ports d'escale qui chalonnaient sur les rives de la mer rouge 3 se trouvent dans le territoire de l'actuelle république de Djibouti (berenice, dirae, arsinoe)

L'existence d'un tel port facilite le voyage. Il permettait aussi la rencontre des voyageurs ou de navigateurs et les peuples indigènes. Parmi ces ports, certains fonctionnent bien et même sont devenu à ce temps un pole d'attraction du commerce qui transitait la mer rouge. Le cas du port availtes (Zeila) illustre bien. Il était le port d'entrée de la somalie, Djibouti, l'ethiopie. Il était un centre rayonnant oil se rencontraient des civilisations diverses. Certains d'autre sont disparus quelque temps après tel dirae (ras syan). La concurrence existait bel et bien mrme si elle n'était pas grandissante.

Figure 1

C) les Romains

« Lorsque l'Empire Romain eut conquis l'Egypte et la Syrie, son pouvoir s'étendait jusqu'à l'Euphrate et aux limites de l'Arabie. Rome était devenue la capitale du monde civilisé et un courant commercial et maritime important s'établit bientôt entre la péninsule romaine et l'Egypte. L'enrichissement prodigieux des provinces occidentales de l'Empire fut à l'origine de la reprise des expéditions maritimes en mer Rouge. Les denrées précieuses, les produits rares venant des Indes lointaines, étaient de plus en plus demandés en Europe et les marchands grecs d'Egypte reprirent les routes de l'aventure et de l'inconnu pour satisfaire l'immense désir de lucre de l'occident » 4

4. récits de la mer rouge pp 35

précédent sommaire suivant