WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

"patrimoine et musées; opportunités politiques, culturelles, économiques et touristiques au service des villes? Metz et l'arrivée du Centre Pompidou".

( Télécharger le fichier original )
par Mathilde Jannot
Paris Diderot-Paris 7 - Master 2 politiques culturelles 2011
  

précédent sommaire suivant

B. La rencontre de deux ambitions41

" Découvrir un lieu inconnu financé par le contribuable, vide, dans une ville méconnue. Montrer ce qui est caché derrière le voile de PTFE. Réunir des partenaires que rien ne devrait réunir. »42

Pour une bonne configuration d'un projet culturel, il est essentiel que les acteurs de la gestion politique s'entendent sur le rôle qu'ils ont à jouer afin d'assurer la qualité de la manifestation. Il s'agit d'avoir un conseil d'administration cohérent, qui respecte la loi par sa mission de service public, administré par des personnes ayant des compétences complémentaires. Selon Johanne Turbide, professeur à HEC-Montréal :

le" casting idéal » pour une bonne gouvernance et le fonctionnement optimal d'un organisme culturel est composé : " d'individus qui adhèrent à la mission et qui en comprennent le processus de création, d'individus plus près de la gestion interne, qui peuvent aider les gestionnaires à mieux surveiller les enjeux financiers et administratifs, d'individus qui peuvent « ouvrir des portes » à l'organisation c'est à dire des gens qui possèdent un réseau de contacts utile aux aspirations de l'entité ».43

Les collectivités territoriales ont la possibilité depuis 2002 de se regrouper en Etablissement Public de Coopération Culturelle (EPCC), ce qui vient palier à des lacunes législatives.

Le statut d'EPCC institutionnalise une coopération entre différentes personnes publiques et
permet d'avoir une juridiction adaptée pour les grandes institutions culturelles d'intérêt à

41 http://www.centrepompidou-metz.fr/la-rencontre-de-deux-ambitions

42 Laurent Le Bon, « Apostille ? » in Chefs-d'oeuvre ?, Editions du Centre Pompidou-Metz, Metz, 2010, p.533.

43 Cf. J.Turbide, « L'enjeu de la gouvernance : prévenir plutôt que guérir », Espaces, n°268, mars 2009, p.26.

la fois local et national. Il permet l'organisation d'un partenariat équilibré entre des collectivités territoriales et l'Etat ou entre des collectivités territoriales seules. Les différentes collectivités ayant participé à l'édification du projet sont l'Etat, le Centre Pompidou, la région Lorraine, Metz Métropole et la ville de Metz.

Aussi, le statut d'EPCC, permet aux collectivités territoriales d'avoir un rôle à jouer, précisément défini. Comme l'indique Laurent Le Bon dans son apostille au catalogue d'exposition Chefs d'oeuvres ? : « Découvrir un lieu inconnu financé par le contribuable, vide, dans une ville méconnue. (...) Réunir des partenaires que rien ne devrait réunir. »44 De la méme façon qu'il utilise le terme de chimère pour désigner un lieu qui n'est ni un musée, ni un centre d'art, nous le réutilisons pour désigner la façon dont le lieu réunit les collectivités territoriales. C'est une formule nouvelle proposée pour un équipement culturel. Il s'agit de proposer un musée dans le musée. Grace à un nouveau lieu, une collection peut se déployer sur une surface plus importante, permettant d'en montrer plus. C'est une nouvelle forme d'exposition, sans qu'il y ait véritablement création de musée. Au sens où l'entend la loi, un musée reste attaché à une collection45. Ce n'est ni une collection appartenant aux collectivités territoriales, ni un lieu financé par l'Etat. Les collectivités ont la possibilité de puiser dans une collection nationale. Il s'agit d'un phénix qui renait de ses cendres, en réinventant sa propre actualité. Les collectivités ont fait le pari que le développement d'un territoire passait entre autre par son attractivité culturelle. Le Centre Pompidou porte en région son modèle et met à disposition son savoir-faire et ses collections, dans un partenariat original avec les collectivités territoriales qui apportent le financement tout en garantissant l'autonomie des choix scientifiques et culturels. Aucun coüt, excepté, celui, induit, d'entretien des collections et de régie des oeuvres n'importent à l'Etat. Toutefois, il est étonnant que l'Etat dispose d'un nombre de sièges conséquents au conseil d'administration alors qu'il n'engage aucun centime. Neuf sièges se répartissent entre l'Etat et le Centre Georges Pompidou (huit plus la personnalité qualifiée désignée par le président du Centre Pompidou), alors que Metz Métropole est le plus gros investisseur dans le projet, il compte moins de sièges que le Centre Georges Pompidou et l'Etat

44 Laurent Le Bon, « Apostille ? » in Chefs-d'oeuvre ?, Editions du Centre Pompidou-Metz, Metz, 2010, p.533.

45 Code du patrimoine, Livre IV, Titre 1, article L-410-1 « Est considérée comme musée, au sens du présent livre, toute collection permanente composée de biens dont la conservation et la présentation revêtent un intérêt public et organisée en vue de la connaissance, de l'éducation et du plaisir du public. »

confondus. Certes, le Centre Pompidou et l'Etat respectent la loi avec un nombre de représentants inférieur à la moitié du nombre des représentants des collectivités territoriales, néanmoins cela semble être, une tutelle qui semble garder un fort impact. En outre, le Conseil Général possède un siège alors qu'il n'engage qu'une convention de partenariat annuelle, renouvelable mais il n'est point de tacite reconduction mentionnée. Méme si l'on peut supposer qu'il ne se désengagera pas.

Les collectivités territoriales ont pris en charge la totalité des coûts du bâtiment : le coût final du bâtiment aura été de 69 330 000 € HT dont un montant des travaux porté à 51 660 000€ HT; les 17 670 000€ HT correspondant aux équipements mobiliers et aux honoraires pour les aménagements intérieurs et extérieurs.

La Communauté d'Agglomération de Metz Métropole finance majoritairement le projet à hauteur de 43,33 M€. Les autres financements proviennent de l'État (4 M€), de l'Union européenne - Feder (2 M€), de la Région Lorraine (10 M€) et du Département de la Moselle (10 M€).46 Comparativement, le Louvre- Lens dont la Région Nord-Pas de Calais et l'Europe sont les principaux financeurs a un plan de financement de 150 M€47.

Le budget de fonctionnement pour 2011, nous l'avons indiqué en introduction, s'élève à dix millions d'euros dont 4, 6 millions d'euros pris en charge par Metz Métropole, quatre par la région Lorraine, 400 000€ par la ville de Metz, et un million en ressources propres.48 A titre de comparaison, le budget de fonctionnement de la ville de Metz est d'environ 10 millions d'euros.49 Pour d'autres établissements déconcentrés, le budget du Louvre-Lens sera de 15 millions d'euros50 et celui du musée des confluences à Lyon est évalué entre 13 et 15 millions d'euros.

46 http://www.metzmetropole.fr/site/projets_CPM_01.php

47 http://www.louvrelens.fr/fr/pourquoi-louvre/chiffres.html

48 Centre Pompidou- Metz, l'architecture du musée- Chefs-d'oeuvre du XXe siècle, Beaux arts éditions, mai 2010.

49 http://www.metz.fr/metz2/articles/2010/100119_budget03.php

50 http://www.louvrelens.fr/fr/pourquoi-louvre/chiffres.html

Pour la première année, l'autofinancement s'est d'ailleurs élevé à 5 millions ! Selon Laurent Le Bon : " Ces ressources propres ont servi à boucler le budget, puisqu'il y a eu plus de dépenses à cause d'un nombre plus conséquent de visiteurs.»51

Lorsque l'on demande à M. Fonté52, adjoint à la culture de M. Dominique Gros s'il croit au pouvoir des collectivités territoriales pour la culture, en écho à Renaud Donnedieu de Vabres53 pour qui le chef-d'oeuvre ultime était celui du Centre Pompidou-Metz qui " fai[t] en sorte que la culture rayonne sur tout le territoire national, c'est en soi une oeuvre d'art. », il nous répond que oui :

" Non seulement j'y crois mais aujourd'hui dans ce pays, 75% des financements de la culture ce sont les collectivités locales, ce n'est pas l'Etat. L'Etat, le budget du Ministère de la Culture et de la Communication est concentré à 80% sur Paris et 20% en province. Pour la ville de Metz, entre Pompidou, l'Arsenal54, la future SMAC55, les éléments culturels : le budget culture est de dix millions d'euros. L'Etat c'est à peine 1,5 million de subventions. Donc on a la réponse, non seulement on y croit mais on paye pour y croire ! »

Sur son site Internet, l'administration du Centre Pompidou-Metz, reconnaît d'ailleurs que les collectivités territoriales sont ses principaux fondateurs et que sans leur soutien, le Centre n'aurait pas vu le jour56. Si les sites Internet des institutions culturelles sont en quelque sorte la partie visible de l'iceberg et ne trahissent pas tous les embarras, on peut au moins admettre que l'administration, par l'intermédiaire du webmestre, a la délicatesse de rendre compte de la part - non négligeable- d'investissement pour les collectivités territoriales que représente le financement de la construction, puis du fonctionnement du Centre Pompidou-Metz.

La gouvernance du Centre Pompidou ne s'est pas faite uniquement grâce aux collectivités territoriales.

51 Interview de Laurent Le Bon, réalisée à Metz, le 16 février 2011.

52 Interview d'Antoine Fonté, réalisée à Metz, le 16 février 2011.

53 Centre Pompidou-Metz, Une nuit au musée, France 5, Emission présentée par Laurence Piquet.

54 http://www.arsenal-metz.fr/

55 http://www.bam-metz.fr/

56 http://www.centrepompidou-metz.fr/collectivites

Le groupe Wendel s'engage effectivement comme mécène fondateur du Centre Pompidou-Metz pour une durée de cinq ans. Il soutient un projet phare pour la Lorraine, berceau du groupe et de ses familles57. Il est vrai que la famille Wendel a été une dynastie industrielle de maître de forges, possédant les aciéries lorraines dès 1704. Ainsi, par cet engagement, on peut y voir un rappel du passé sidérurgique tout en se dédouanant de la défaite de ce dernier, par un geste bienfaiteur. Ernest-Antoine Seillière, descendant de la lignée, est d'ailleurs le Vice-président des Amis du Centre Pompidou-Metz.58

L'usine d'électricité de Metz (Uem) 59s'est associée pour trois années au Centre Pompidou-Metz en mécénant les ateliers jeunes publics, la caisse d'Epargne de Lorraine s'est intéressée aux ateliers pour adolescents pour la même durée. Quelques entreprises de renom sont venues s'ajouter à la liste telles PSA et Pommery Vranken.

D'autres firmes sont devenues partenaires du Centre Pompidou-Metz : Anamnesia/Advisa soutient le dispositif de médiation. La Fnac.com et Samsung assurent également le Centre de leur coopération. La SNCF s'est engagée comme grand partenaire de l'inauguration.

A ce titre, nous rappelons le distinguo entre mécénat et parrainage. Le mécénat60est un don, en numéraire, en nature ou en compétence pour soutenir une oeuvre d'intérêt général et peut conduire à une déductibilité d'impôt. Le parrainage est destiné à promouvoir l'image de l'entreprise, c'est une opération commerciale et est déductible uniquement au titre des charges d'exploitation.

En outre, la création de l'association des Amis du Centre Pompidou-Metz en novembre 2010 peut contribuer à terme à épauler le financement de fonctionnement du Centre Pompidou-Metz. Les missions qu'elle s'est donnée sont, entre autres :

- L'accompagnement de l'institution dans ses projets, notamment en prenant une part active à la recherche de financements extérieurs, publics ou privés, et en accompagnant les actions de promotion et de diffusion de l'art moderne et contemporain menées par le Centre Pompidou-Metz ;

57 Centre Pompidou- Metz, l'architecture du musée- Chefs d'oeuvre du XXe siècle, Beaux arts éditions, mai 2010

58 http://www.centrepompidou-metz.fr/soutenir/particuliers

59 Edf n'est pas présent à Metz, c'est UEM qui la remplace, par délégation de service public, depuis 1925.

60 Loi n°2003-709 du 1er août 2003 relative au mécénat, aux associations et aux fondations.

- Le développement de la connaissance du Centre Pompidou-Metz et de ses activités tout particulièrement auprès du monde de l'entreprise en favorisant par tous les moyens son engagement dans le développement de l'établissement, de ses activités et de ses projets.61

Ainsi, les collectivités territoriales sont les initiatrices du projet, suivies par les entreprises privées qui s'associent au Centre Pompidou-Metz dont le geste architectural et la nouveauté peuvent séduire.

Attachons nous dès à présent à l'une des motivations qui a pu porter l'engagement des collectivités territoriales : l'architecture.

61 http://www.centrepompidou-metz.fr/soutenir/particuliers

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.