WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Aperçu de la déforestation de la Réserve de biosphère de Luki en RDC et du projet de remédiation

( Télécharger le fichier original )
par Richard TSOMIKINA ILUNGA
Université de Kinshasa - A1 forestier 2010
  

précédent sommaire suivant

2.1.2 Relief

Le relief de la réserve de biosphère de Luki épouse celui du Mayombe, lequel se relève progressivement des plateaux côtiers jusqu'aux monts Bangu situés à 150 Km de l'Océan.

Il est constitué d'une série de collines orographiquement jeunes, dont l'altitude varie entre 150m (pont ferroviaire de la rivière Luki) et 500m (crête centrale de la réserve). L'amplitude moyenne de l'altitude entre le pont des vallées et les collines environnantes est de l'ordre de 40 à 70m (Donis, 1956).

particulièrement accessible. La périphérie, surtout occupée par des forêts remaniées est comparativement moins accidentée (Pendje et Baya, 1992).

En général, le relief formé de collines et de petites montagnes, de hautes vallées ou basses, de cours d'eaux permanents ou temporaires favorise la diversité des biotopes et constitue également un obstacle à la pénétration humaine.

Le relief est donc un atout pour la réserve car il favorise à la fois la biodiversité et la conservation (Donis, 1948).

2.1.3 Climat

Selon la classification de Koppen, la réserve de biosphère de Luki connaît un climat tropical humide (AW5), marqué par deux saisons : une saison des pluies de sept mois allant de mi-octobre à mi-mai et une saison sèche de cinq mois commençant de mi-mai à mi-octobre.

La saison sèche est interrompue par des petites pluies et atténuée par de fréquents brouillards, en particulier dans les vallées.

Tableau 1 : Données pluviométriques et thermiques de la station de Luki, 2000.

Mois

J

F

M

A

M

J

J

A

S

O

N

D

P(mm)

114,8

191,7

158,2

239,0

166,3

4,6

0,8

1,8

25,6

48,6

247,2

143,1

T (°c)

25,9

25,8

26,7

26,3

25,8

22,5

21,2

20,8

23,2

25,4

26,2

27,9

T moyenne annuelle= 24°C

Total de précipitations= 1341,7mm Source: Nsenga (2001)

2.1.4 Végétation

La réserve de biosphère de Luki constitue la pointe extrême de la forêt guinéenne du Mayombe. La végétation du Mayombe en RDC a été étudiée par Lebrun et Gilbert (1954), Maudoux (1954), Letouzey (1969), Donis (1984) et décrite par Schnell (1997). Celle de la réserve de biosphère de Luki a été étudiée par Lubini (1984; 1997).

Elle est très variée, suivant qu'elle pousse sur des sols hydromorphes ou des terres jeunes et selon les formes des biotopes (fonds des vallées, savanes, lisières, forêts denses, rivières, clairières, champs). On y distingue essentiellement :


·
· La forêt à Prioria balsamifera (Gossweilerodendron balsamiferum) ; la forêt primaire à Gilbertiodendron kisantuense ;


·
· Les forêts primaires remaniées à la suite des perturbations de nature anthropique ;


·
· Les forêts secondaires adultes à Terminalia superba et Hymestegia floribunda, à Xylopia aethiopica ;


·
· La forêt secondaire jeune ou recrû forestier à Musanga cecropioides ;


·
· La régénération postculturale comprenant essentiellement des essences héliophiles.

La proportion des différents types de végétation a été estimée à 3.000 ha de peuplement à Terminalia superba, 6.000 ha de vieilles forêts à caractère primaire, 20.714 ha de forêts remaniées et 3.000 ha de savanes.

précédent sommaire suivant