WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

De l'art de gouverner par les lois et par la force d'après Nicolas Machiavel


par Julien Bukonod
Université Saint Augustin de Kinshasa - Gradué en philosophie 2009
  

sommaire suivant

UNIVERSITÉ SAINT AUGUSTIN DE KINSHASA

FACULTÉ DE PHILOSOPHIE

B.P. 2143 KINSHASA I

République Démocratique du Congo

DE L'ART DE GOUVERNER

PAR LES LOIS ET PAR LA FORCE

D'APRÈS NICOLAS MACHIAVEL

Julien

BUKONOD

Travail de Fin Cycle

Présenté en vue de l'obtention

du grade de gradué en Philosophie 

Promoteur : Prof. Dr Frédéric-Bienvenu MABASI Bakabana

Année Académique 2009 - 2010

ÉPIGRAPHE

« Combien il est louable pour un prince d'être fidèle à sa parole et d'agir toujours franchement et sans artifice, chacun le conçoit bien. Mais l'histoire de notre temps nous enseigne que seuls ont fait des grandes oeuvres, les princes qui faisaient peu de cas de cette fidélité et savaient endormir la conscience des gens ; ces princes l'ont emporté sur ceux qui prenaient la loyauté pour base de toute leur conduite. Sachez donc qu'il y a deux manières de combattre : l'une par les lois et l'autre par la force ».

(N. MACHIAVEL, Le Prince, Chap. XVIII).

DÉDICACE

A ma regrettée mère,

Cécile Dikamona Bukonod, à mon regretté père Joachim Bukonod,

au très cher ami et cadet,

feu Dilfritch Hédibin Venceslas Diafouka,

à mes frangins :

Léandre, Sylvestre, Gaëtan, Sévérin, Willy et Brice Bézaire Bukonod,

à mes frangines :

Euphrasie Bukonod, Valentine Tchoucks et Elisabeth Podevin Bukonod,

à mes neveux, nièces et cousins, aux amis des Bukonod,

au regretté Père Antoine Mangenza Motuba, aux scholas populaires du Congo,

aux vertueux garants de la res publica, à tous les machiavéliens,

Hommages rendus.

0. INTRODUCTION GÉNÉRALE

0.1. Problématique

L'homme, à en croire Aristote, est un animal social, et donc condamné à vivre dans la société qui, d'après Hannah Arendt, conditionne toutes les actions humaines. Si la société est une nécessité à laquelle l'homme ne peut échapper, elle n'est pas pour autant immédiatement ordonnée et régulée de sorte que tous oeuvrent dans la même direction et pour le bien commun. C'est justement ce désordre ou, comme disait Kant, cette « insociable sociabilité » qui rend nécessaire l'établissement d'un gouvernement ou un organe investi du pouvoir exécutif afin de diriger un État.

Contrairement à Epicure, pour qui l'aventure politique est aléatoire et dangereuse - « Tiens-toi à l'écart de la place publique », disait-il - et aux philosophes sceptiques qui sont généralement hostiles à toute forme d'engagement dans le domaine politique, Aristote, pour qui l'homme est aussi un zôon politikon (animal politique), lui conseille de s'y engager. Car, pense-t-il, c'est le seul moyen d'accéder au bonheur véritable, au bien commun, à la justice et à la morale. Et pour y arriver, il faut, d'après Thomas Hobbes, un souverain, la seule personne avec qui la justice et la morale débutent dans la société1(*).

Selon Nicolas Machiavel (1469 -1527), ce souverain doit être un hypocrite démagogue incarnant en lui l'homme et la bête. Le prince, comme le nomme Machiavel, doit user des lois et de la force pour guider mais également pour conserver le pouvoir. Pour Machiavel, tous les moyens sont efficaces quand ils sont nécessaires. Toutefois, le prince doit toujours paraître vertueux en public. Ainsi, pendant qu'il n'est pas nécessaire pour le prince d'avoir toutes les vertus, il est très nécessaire pour lui de sembler les avoir. D'où la maxime machiavélienne, « gouverner, c'est dissimuler ».

A un ami qui nous posa la question de savoir pourquoi ceux qui travaillent sur la politique traitent toujours de la morale, nous répondions en citant Bruno Ntumba Muipatayi : « Ce qui nous a poussé à réfléchir davantage sur ce thème (morale et politique) est le contexte national et international où la politique semble truffée de mensonge, de démagogie, d'anarchisme et de meurtre. Dans notre culture luba, n'a-t-on pas identifié politique et mensonge ?» 2(*). Comme quoi, la politique ne serait rien d'autre que le mensonge. Myriam Revault D'Allones corrobore à cette pensée quand elle affirme que « L'art de gouverner est celui de tromper les hommes»3(*). Dès lors, faut-il crédibiliser Machiavel ? La satisfaction du bien commun et la pratique du pouvoir peuvent-elles justifier le droit de ne pas se conformer aux exigences de la morale ? Existe-il un droit ou un devoir de vérité en politique ? Aujourd'hui peut-on gouverner sans dissimuler ?

* 1Cf. E. S. STUMPF, Socrates to Sartre. A History of Philosophy, New York, McGraw-Hill, 1993, p. 226.

* 2 B. MUIPATAYI Ntumba, Le Lien entre la Politique et la Morale Chrétienne. Une étude critique de l'interprétation de Machiavel par R. Coste, mémoire présenté en vue de l'obtention du grade de Licencié en Théologie, FCK, Kinshasa, Juillet 1996, p. 1.

* 3M. REVAULT D'ALLONES, Ce que l'homme fait à l'homme. Essai sur le mal politique, Paris, Seuil, 1991,

p. 3.

sommaire suivant