WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution à  l'étude de la niche écologique de la Cigogne blanche Ciconia ciconia L. , 1758 (Aves, Ciconiidae ) et du Héron garde- boeufs Bubulcus ibis L. , 1758 (Aves, Ardeidae ) dans la région de Batna


par Naoual BOUKHTACHE
Université El Hadj Lakhdar Batna Algérie - Magister en agronomie 2008
  

précédent sommaire suivant

9- Facteurs de menace et de mortalité

Les populations de B. ibis sont contrôlées par plusieurs facteurs naturels et bien d'autres reviennent à l'effet de l'homme. Ces facteurs interviennent essentiellement aux stades poussins, par contre, les garde-boeufs adultes sont moins confrontés aux menaces de mortalité. Parmi les facteurs naturels nous citons :

> L'asynchronisation des éclosions

Selon LACK (1968), la différence d'âge des poussins permettrait d'ajuster au mieux le taux de mortalité aux disponibilités alimentaires. Par manque de proies, les parents ne peuvent subvenir aux besoins alimentaires de leur progéniture ce qui accentue l'agressivité entre les poussins. Parmi ces derniers, les plus âgés sont bien avantagés lors du nourrissage et les plus jeunes, se trouvant quasi privés de nourriture et meurent par inanition (FUJIOKA, 1985 ; INOUE, 1985 ; FRANCHIMONT, 1986c ; MOCK et PARKER, 1986).

> La prédation

Dans la littérature, les données relatives à la prédation par les oiseaux dans différentes régions du monde concernent généralement aussi bien les oeufs que les jeunes poussins. Ce sont, essentiellement, des prédateurs aériens tels des corvidés (FRANCHIMONT, 1986c), des rapaces diurnes et nocturnes (BURGER, 1981 ; HAFNER, 1977), des Goélands (SIEGFRIED, 1972) et d'autres espèces d'Ardéidés (BURGER, 1981 ; HANNANE, 1981 ; SIEGFRIED, 1972). SIEGFRIED (1972), signale également la prédation par la Poule d'eau, Gallinula chloropus, la Poule sultane, Parphyrio parphyrio et par l'Ibis sacré, Threskiornis aethiopicus.

Les prédateurs terrestres, peu fréquents, s'attaquent surtout aux nids près du sol. Ils sont représentés essentiellement par des mammifères et des reptiles (RIDDEL, 1944 ; TAYLOR et MICHAEL, 1971 ; HANNANE, 1981 ; BURGER, 1981 ; VOISIN, 1991 ; HAFNER, 1977).

> Les aléas climatiques

Beaucoup de nids ainsi que leurs contenus sont détruits par les vents violents, les orages, les ouragans et les fortes pluies (MEANLEY, 1955 ; JENNI, 1969 ; HAFNER, 1977- 1978, HANNANE, 1981).

HAFNER (1994), a montré que l'effectif de la population nicheuse est affecté par l'action des facteurs climatiques sévissant en hiver sur et à proximité des sites de reproduction en Camargue et par la hauteur des pluies reçues en automne et en hiver au sud de l'Espagne.

> Le cannibalisme

En période de famine, les hérons garde-boeufs adultes peuvent manger leurs propres poussins, ce phénomène est également appelé Kleptonisme (SIEGFRIED, 1972 ; FRANCHIMONT, 1986c).

> Le parasitisme

Plusieurs types de parasites se développent sur les hérons garde-boeufs. Certaines espèces peuvent entraîner la mort de ces derniers à tout âge. RENCUREL (1972), décrit des vers du genre Heterakis qui parasitent les garde-boeufs au Maroc ; la tique Argas persicus est notée par SKEAD (1956) en Afrique du sud. MURATA et al. (1998), ont dénombré un total de 22 trématodes du genre Pegosomum dans le canal biliaire de B. ibis.

En outre, l'homme est également à l'origine de perturbations pouvant constituer des facteurs de menace :

> Les dérangements humains

En cas d'intrusion humaine dans la héronnière, les adultes quittent leurs nids et n'y reviennent qu'une fois le danger passé. Les oeufs et les poussins se trouvent alors exposés aux prédateurs, à la pluie, au vent et au soleil, ce qui accroît leurs taux de mortalité (FRANCHIMONT, 1986c). Ce dernier auteur rajoute, suite à l'intrusion humaine, des vols de brindilles par les voisins causent également la destruction de certains nids abandonnés et dont les contenus tombent sur le sol. Aussi, le dérangement humain pousse les poussins à pénétrer dans les territoires d'adultes qui les reçoivent avec de violents coups de bec parfois mortels. L'intrusion de l'homme dans une colonie provoque également des régurgitations trop fréquentes des poussins, cela pourrait accélérer la mort des plus faibles sujets par inanition (FRANCHIMONT, 1985).

> La dégradation du milieu naturel

Les garde-boeufs, autant que le reste des Ardéidés et autres oiseaux, sont susceptibles d'intoxications dues à l'absorption de produits chimiques et ils peuvent être, à cet effet, utilisés comme bio-indicateurs de l'état de contamination de l'environnement par l'homme (BURGER et GOCHFELD, 1993-1997).

Au Pakistan, BOSTAN et al. (2007), ont constaté des concentrations importantes de métaux lourds, Plomb (Pb), cadmium (Cd), Chrome (Cr), Cobalt (Co), Argent (Ag), Nickel (Ni), dans les oeufs et les régurgitas de deux colonies de hérons garde-boeufs, dépassant la limite maximale de résidus standardisée par l'Agence de la Protection de l'Environnement (A.P.E.).

Ainsi, l'intoxication des adultes par le D.D.E. est à l'origine de la fragilité des oeufs qui se brisent facilement au nid. Ces derniers présentaient une mince coquille (OHLENDORF et al., 1979). La diminution des effectifs du garde-boeufs dans le Delta du Nil et de la région du canal de Suez est un résultat direct de l'épandage du D.D.T sur les cultures du coton (MULLIÉ et al., 1992).

Dans ce chapitre nous présenterons le cadre d'étude qui est la région de Batna et les deux zones échantillons, El Madher et Merouana, dans lesquelles s'est déroulée la présente étude.

précédent sommaire suivant