WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution à  l'étude de la niche écologique de la Cigogne blanche Ciconia ciconia L. , 1758 (Aves, Ciconiidae ) et du Héron garde- boeufs Bubulcus ibis L. , 1758 (Aves, Ardeidae ) dans la région de Batna


par Naoual BOUKHTACHE
Université El Hadj Lakhdar Batna Algérie - Magister en agronomie 2008
  

précédent sommaire suivant

Partie I : Présentation générale de la région de Batna

1- Situation géographique

La wilaya de Batna est localisée dans la partie orientale de l'Algérie entre les 4° et 7° de longitude Est et 35° et 36° de latitude Nord (ANONYME, 2005) (Fig. 6).

D'une Superficie de 12.038,76 km2, le territoire de la wilaya de Batna s'inscrit presque entièrement dans l'ensemble physique constitué par la jonction de deux Atlas Tellien et Saharien ce qui représente la particularité physique principale de la région et détermine, de ce fait, les caractères du climat et les conditions de vie humaine (ANONYME, 2005).

Administrativement, la wilaya de Batna est composée de 21 daïras et 61 communes, elle est limitée au nord par les wilayas d'Oum El Bouaghi, Mila et Sétif, à l'est par la wilaya de Khenchela, au sud par la wilaya de Biskra et à l'ouest par la wilaya de M'sila (ANONYME, 2005) (Fig. 6).

2- Orographie

La topographie de la région de Batna est subdivisée en trois grands ensembles : les Hautes plaines Telliennes, les reliefs Montagneux et les Hautes plaines Steppiques.

> Hautes plaines Telliennes

Au nord de la wilaya de Batna se distingue le domaine des hautes plaines telliennes qui matérialisent la limite nord de la wilaya, particulièrement avec une série de petits chotts. D'une manière générale, ces hautes plaines sont composées de vastes glacis plus ou moins encroûtés. Les altitudes dans cette zone varient entre 800 et 950 m en moyenne et les pentes excèdent rarement 3 %, c'est la raison pour laquelle elle prend le nom des hautes plaines (ANONYME, 2005).

> Reliefs Montagneux (la jonction des deux Atlas)

L'Atlas Tellien par l'ensemble des monts du Hodna, du Bou Taleb et les monts de Bellezma, et l'Atlas Saharien par les Aurès, le Dj. Metlili et les monts du Zab, forment « l'ossature physique » principale de la région. Les altitudes varient de 700 m (la plus basse altitude localisée dans cet ensemble est située au Dj. Rebaa sur le versant nord des monts du

Figure 6- Situation, limites et subdivisions administratives de la wilaya de Batna et situation des zones d'etude
d'El Madher et de Merouana (en grise : les zones d'etude).

Zab) à 2.328 m au Dj. Chélia considéré comme le plus haut point de la wilaya et troisième plus haut point de l'Algérie (ANONYME, 2005).

> Hautes plaines Steppiques

Situées dans la partie ouest de la wilaya de Batna, elles se trouvent encadrées au nord par les monts du Hodna, à l'est par les monts de Bellezma et le Dj. Metlili et au sud par le versant nord des monts du Zab constitué par les Djebels Ammar, Mekmizane et Bouzokma (ANONYME, 2005).

3- Hydrographie

L'ensemble de la wilaya de Batna est réparti sur 3 grands bassins versants selon la répartition faite par l'A.N.R.H. (Agence Nationale des Ressources Hydriques) (ANONYME, 2005) :

- Le Bassin du Constantinois : Situé au nord et nord-est, caractérisé par la présence d'une série de Sebkhas, Garâats et Chotts qui marquent toute une série de cuvettes au passage vers les hauts plateaux Constantinois.

- Le Bassin versant du Hodna : Situé à l'ouest, caractérisé par la présence du Chott El Hodna, point d'arrivée de certains Oueds qui se dirigent vers le sud-ouest, en particulier l'Oued de Barika et celui de Bitam.

- Le Bassin des Aurès-Nememcha : Occupe la partie sud et sud-est de la wilaya et dont les cours d'eau ont leur exutoire dans le Chott Melrhir en dehors des limites de la wilaya.

Tout le réseau hydrographique est étroitement lié aux précipitations ainsi qu'il est surmonté par une atmosphère à très fort pouvoir évaporant (ANONYME, 2005).

En effet, il est à signaler la vulnérabilité des ressources en eau dans les trois bassins versants, que ce soit les eaux superficielles ou les eaux renouvelables des nappes souterraines (ANONYME, 2005).

précédent sommaire suivant