WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution à  l'étude de la niche écologique de la Cigogne blanche Ciconia ciconia L. , 1758 (Aves, Ciconiidae ) et du Héron garde- boeufs Bubulcus ibis L. , 1758 (Aves, Ardeidae ) dans la région de Batna


par Naoual BOUKHTACHE
Université El Hadj Lakhdar Batna Algérie - Magister en agronomie 2008
  

précédent sommaire suivant

2.5- Similitude des peuplements de proies potentielles recensées dans les gagnages

En vue de comparer la composition des peuplements d'invertébrés échantillonnés entre les trois milieux pris deux à deux (Tableau XV), et également entre les saisons climatiques (Tableau XVI), nous avons calculé l'indice de similitude de SORENSON en se basant sur la présence ou l'absence des espèces. Cet indice est obtenu à partir du nombre des espèces communes entres les relevés pris deux à deux.

Tableau XV- Indice de similitude de SORENSON (% de similitude) dans les trois milieux d'échantillonnage pris deux à deux.

Milieux

Pelouse naturelle

Milieu humide

Culture basse

Culture basse

65,77

58,25

100

Milieu humide

62,46

100

 

Pelouse naturelle

100

 
 

Les valeurs de l'indice de similitude de SORENSON entre les stations varient de 58,25 % à 65,77 %. Ceci revient à dire qu'il y a une plus ou moins grande similitude des peuplements d'invertébrés entre les différents milieux. La plus grande similitude est notée entre la culture basse et la pelouse naturelle (Tab. XV).

Tableau XVI- Indice de similitude de SORENSON (% de similitude) dans les saisons climatiques prises deux à deux.

Saisons

Hiver

Printemps

Eté

Automne

Automne

32,79

40,3

34,15

100

Eté

50,68

54,87

100

 

Printemps

41,18

100

 
 

Hiver

100

 
 
 

La similitude de la composition des peuplements d'invertébrés suivant les saisons climatiques est la plus importante entre l'été et le printemps avec 54,87 %. Ce qui nous permet de constater une plus faible similitude entre les saisons climatiques qu'entre les milieux étudiés où cette similitude dépasse les 50 %.

précédent sommaire suivant